Coronavirus

Flux RSS 219 messages · 21.404 lectures · Premier message par superdou · Dernier message par moderateur

  • On ressent une petite agressivité quand on les contrôle, la tension est palpable

    :))
  • captainflirt a écrit, le 30/03/2020 21:52 :

    C'est la confusion totale le truc.
    Par exemple le gouvernement annonce la fermeture des marchés. Mais 2 secondes après les préfets laissent entendre que si les maires font la demande de dérogation, ils l'obtiendront...
    À Grenoble et à Lyon par exemple, les marchés fonctionnent.


    Et à Haguenau, en dépit d'une demande argumentée du Maire précisant que les précautions d'hygiène seraient évidemment prises (distances de sécurité, évitement des contacts marchand - chaland, etc.), Mme le préfet a refusé [-X

    C'est à leur subordonnés de se débrouiller, ils sont dépassés, en témoigne le discours versatile. On est passés par exemple de l'interdiction de rassemblement de + 5000 personnes à + 1000 puis + 500, + 100 et enfin + 50 (de mémoire). Maintenant, et sans que le mot "confinement" ait été annoncé le 16, tu peux sortir te balader avec les enfants, mais dans un rayon de 2km autour de chez toi, puis 1, et désormais 1 seul parent.

    :-/ #-o
  • takl1234655756.jpg
    Modifié par takl ·
    takl • 40 ans
    En même temps si on est confinés comme des cons, c'est en partie dût à l'impréparation et l'incurie des pouvoirs publics face à la gestion de la crise qui venait. On peut être en colère et leur en vouloir. En restant chez nous pour le moment, mais il faudra que certaines questions aient des réponses qui aillent au-delà des éléments de langage de Madame N'Diaye et consorts. Des réponses judiciaires.

    Je vais faire mon vieux con, mais dans les années 1990 on pouvait se vanter d'avoir un système de santé public au top, équipé, avec des pros investis et tout. Quand je me suis niqué les ligaments du genou en 2004, une visite au CHU d' Hautepierre m'avait déjà convaincu qu'on était passé à la médecine de brousse, et que le privé et ses dépassements étaient la seule option potable pour retrouver une prise en charge et une chirurgie digne de ce nom, mais je croyais encore au public pour les urgences vitales.

    La déliquescence organisée des hôpitaux publics et le manque de moyens structurels dénoncés par des grèves depuis 2018(putain!) suivies par un personnel exemplaire, dévoué, et qui n'a jamais mis le soin du patient derrière ses propres revendications dans un pays qui brasse UN POGNON DE DINGUE sont des choix politiques que certains devront assumer, quoiqu'il en coûte! A force de tout vouloir rendre rentable, on rend tout minable, alors qu'on savait faire de la qualité. Ce constat est malheureusement transposable à énormément de secteurs en France. Si l'une des conséquences de cette crise sanitaire pourra être de poser des questions à ces sujets, au moins elle aura servie à quelque chose, c'est tout ce que j'espère.

    PS : ma compagne est au "tri" des patients Covid19 dans l'exercice de son métier. On en est là. On trie des gens. Comme du bétail. Rendez-vous compte. Demandez des comptes. C'EST PAS NORMAL PUTAIN !
  • C'est pas con d'être confiné, ce sont les cons qui sont dehors, c'est l'isolement l'intelligence. Divaguer à des occupations futiles dehors à l'air libre, c'est ça la connerie.
  • Si seulement jean-claude et odette étaient le problème https://www.liveleak.com/view?t=H0t0_1585227613
  • kitl1373095462.jpg
    Modifié par kitl ·
    kitl • 30 ans
    Je trouve ce mantra de vouloir « régler des comptes » assez malsain.

    Il aurait fallu faire quoi ? Créer 50.000 lits de réanimation (dont 5.000 sur l’île de Ré) et les bloquer depuis dix ans « en attendant » ? Semer une panique généralisée début février, vis-à-vis d’une population rétive qui n’avait aucune idée de ce qui allait lui tomber sur la tête ?

    On a bien vu les réactions suite à l’annulation du Racing, « préfète incompétente », « ailleurs ça joue », etc... En se limitant à notre petit monde de fans de foot, on a pu mesurer les côtés irrationnels et insouciants de la population. Applique cela à tout un pays...
  • Oui enfin cela fait plus d'un an que les services soignants sont en grève, qu'il gueule partout leur manque de moyen, leur fatigue et la réponse du gouvernement c'était de leur envoyer la police.... Et maintenant tout d'un coup ce sont devenu des héros de la nation... Si le gouvernement les avaient écouté il ya un an, ont n'auraient peut être un meilleur bilan actuellement. Car pour le moment on a des chiffres meilleurs que les espagnols et italiens, mais vu qu'ont ne compte pas les morts à la maison ainsi qu'à lephad je ne suis pas sur que l'on nous dit les vrais chiffres. Tout sa pour que se gouvernement n'assume pas d'avoir fait des erreurs...
  • Pour se rendre compte du désastre en Alsace de la pandémie
    14 pages d'avis de décès dans les DNA samedi
  • kitl a écrit, le 31/03/2020 09:27 :
    Je trouve ce mantra de vouloir « régler des comptes » assez malsain.

    Il aurait fallu faire quoi ? Créer 50.000 lits de réanimation (dont 5.000 sur l’île de Ré) et les bloquer depuis dix ans « en attendant » ? Semer une panique généralisée début février, vis-à-vis d’une population rétive qui n’avait aucune idée de ce qui allait lui tomber sur la tête ?


    Merci ! =D
    Aujourd'hui tout le monde est expert, tout le monde donne son avis, tout le monde dis "il fallait faire ci" , "on aurait du faire ça", alors que PERSONNE n'aurait pu prévoir un tél phénomène il y a quelques semaines a peine.
    Rappellez ou vous etiez il y a seulement 1 mois (fin février), et comme la situation d'aujourd'hui parraissait impossible. Les gens n'ont pas conscience de la vitesse à laquelle les choses se sont emballées.
  • 53a951752c0ea.jpeg
    Modifié par father-tom ·
    father-tom • 37 ans
    Sauf que le problème des manques de moyens de l'hôpital remonte à plus loin que le covid-19. Le covid-19 le rend plus criant. Cela fait des années que ce secteur est délaissé, dans les infrastructures, les équipements (pas uniquement les lits), le personnel... à plein de niveaux.

    L'Etat brasse beaucoup de pognon en effet, mais il en dépense aussi énormément en vivant au-dessus de son train de vie, avec le contribuable déjà pas mal sollicité pour payer la dette, les déficits et l'ensemble des services. Si l'ouverture de toutes les vannes budgétaires n'est pas possible dans tous les domaines de la dépense publique, certains équilibrages pouvaient se faire en tenant davantage compte de la situation déjà inquiétante des hôpitaux. Avant même cette pandémie qui est un révélateur aggravant.

    Il y a quand même eu des choix faits par le ou les gouvernements et c'est plutôt normal, ou sain, de s'interroger à leurs sujets et d'en déplorer/dénoncer certains. A moins de dire "amen" à tous ces choix, historiques et présents, au prétexte d'une situation actuelle imprévisible et exceptionnelle. Celle-ci ne doit pas empêcher d'être critique sur ce qu'il passe dans la gestion de la santé en France, avant et pendant cette pandémie.
  • Ce secteur apparaît délaissé - ou encore plus que les autres - car il est au cœur de l'actualité, qui joue l'effet d'un miroir grossissant.

    Lorsque des attentats sont commis, on déplore la baisse des moyens consacrés au renseignement.
    Lorsqu'on regarde les rideaux baissés des commerces du centre-ville de Sainte-Marie-aux-Mines, on se dit que l'Etat ne fait pas assez pour ses territoires.
    Lorsque le baromètre PISA est dans le rouge, on déplore le manque de moyens consacrés à l'éducation.
    Lorsque le palmarès des 100 meilleurs universités du monde est dévoilé, on déplore la faiblesse du budget de la recherche.
    Lorsqu'on regarde NRJ12, on déplore la diminution du budget de la culture.
    Lorsqu'un canard boiteux du capitalisme va mal, il faut nationaliser cette société.

    Or l'administration essaye de gérer les destinées de l'Etat sans se laisser dicter sa conduite par les circonstances.
  • Il y a environ 150 gouvernements qui gèrent mal le Covid qui devront rendre des comptes alors ...:-/

    Ceux qui gèrent correctement ont déjà privatisé à presque 100% leur hopitaux ...

    En tout cas , je vois qu'il y a beaucoup de gens solidaire , qu'ils sont prêt à payer encore plus d'impots pour répondre à tous les besoins ..
  • Citation:
    En même temps si on est confinés comme des cons, c'est en partie dût à l'impréparation et l'incurie des pouvoirs publics face à la gestion de la crise qui venait. On peut être en colère et leur en vouloir. En restant chez nous pour le moment, mais il faudra que certaines questions aient des réponses qui aillent au-delà des éléments de langage de Madame N'Diaye et consorts. Des réponses judiciaires.


    Loin de moi l'envie de défendre Macron, mais la crise actuelle n'est que l'aboutissement de 30 ans de politique de santé mise en place par tout les gouvernements précédents (et l'actuelle également bien sûr) et qui a consisté à taper à bras raccourcit sur le service public, et à diminuer les budgets des hôpitaux (moins de lits, moins de moyens, moins de personnel, etc...) parce que ça coûte "un pognon de dingue".
    Pourtant le SRAS, le H1N1 auraient dû alerter le pouvoir public sur l'imminence d'une catastrophe à venir.
    Donc oui, le gouvernement actuel à sa part de responsabilité, mais ceux qui l'ont précédent sont tout autant responsable.
  • Heureusement qu'on n'est pas à l'époque de la révolution ou Moyen Age, le gouvernement actuel est déjà jugé et déclaré coupable par le bon peuple des yavaitka , fokon

    S'ils s'en sortent judiciairement ( à mon avis ce qui est fort probable ) , ce sera forcément une justice achetée ..

    En tout cas moi je n'ai pas attendu que le discours du gouvernement soit clair pour prendre mes précautions et accentuer mes gestes barrières
    Si maintenant le gouvernement doit se comporter comme des parents avec leur gosse pour se faire comprendre , on n'est pas sorti de l'auberge
  • @kitl et que s'est-il passé lorsque tous ces manques ont éclatés au grand jour ? Rien. :-'

    A l'instar de @takl et sa visite à l'hôpital pour ses ligaments, j'y suis allé pour une clavicule fracturée l'été 2016. J'ai aussi été témoin de manques.

    Et je passe sur la grève et le blocage de mon université au printemps 2009, les critiques subies et l'état de l'université aujourd'hui. Ce n'est pas le topic =;

    Si, à chaque fois qu'une critique est émise sur une politique, on la balaie d'un revers de main au prétexte que "vous n'êtes pas seuls, d'autres secteurs sont dedans jusqu'au cou, c'est pas la peine de vous exprimer", on avance pas. Si à chaque fois qu'on montre un exemple, quelqu'un montre le contre-exemple, on ne fait rien. On peut débattre, mais sans action, pas de résultat.

    C'est en mettant le doigt sur des dysfonctionnements qu'on peut (va ?) le réparer. Sinon, c'est la politique de l'autruche.

    kitl a écrit, le 31/03/2020 11:03 :
    Or l'administration essaye de gérer les destinées de l'Etat sans se laisser dicter sa conduite par les circonstances.


    Sur cette citation, je suis en désaccord. Nombreuses sont les politiques de circonstances menées depuis ces dernières années. Les plans vigipirates après les attentats terroristes, les sanctions sur la route après les bilans catastrophiques du nombre de morts annuels, et j'en passe.

    Après, quand je lis Jean-François Kahn dire qu'on doit se taire, sous prétexte que chacun à son mot à dire, et attendre la fin de la crise pour tirer les leçons, je me marre... :-w
    J'interprète ça comme "fermez-là et restez chez vous, continuez d'être des moutons". Encore un énième chien de garde.
    Quant au "ils rendront des comptes devant la justice" que je lis et j'entends depuis quelques jours, là aussi j'ai peu d'espoir, par expérience. Comment ne pas être sûr qu'on repartira comme avant ? b-(
  • Parce qu'on repartira comme avant, comme toujours.
    Le Dieu dollars (ou Euro) refera la loi une fois l’émotion passé.
  • kitl1373095462.jpg
    Modifié par kitl ·
    kitl • 30 ans
    lawknight a écrit, le 31/03/2020 11:37 :

    @kitl et que s'est-il passé lorsque tous ces manques ont éclatés au grand jour ? Rien. :-'
    kitl a écrit, le 31/03/2020 11:03 :
    Or l'administration essaye de gérer les destinées de l'Etat sans se laisser dicter sa conduite par les circonstances.


    Sur cette citation, je suis en désaccord. Nombreuses sont les politiques de circonstances menées depuis ces dernières années. Les plans vigipirates après les attentats terroristes, les sanctions sur la route après les bilans catastrophiques du nombre de morts annuels, et j'en passe.

    Que s'est-il passé ? Ben on a érigé ces chantiers en grande causes nationales, on a fait basculer un milliard d'un ministère à l'autre, en déshabillant Pierre pour habiller Paul, fait basculer le curseur...

    Chaque administration, généralement soutenue par leur ministre de passage, défend son bifteck et souhaite augmenter son budget, ou a minima le « sanctuariser ». Va expliquer à la justice que la santé est devenue prioritaire, à la défense qu'elle va devoir se mettre à la diète, à l'éducation qu'elle va devoir se serrer la ceinture... Et l'on parle de centaines de milliards, pas de symbole comme le budget de l'Elysée.

    Sur les « politiques de circonstances » que tu cites, en effet on a beaucoup entendu les trois plans lancés par Chirac en 2002, pour tenter de trouver des choses positives dans sa looongue présidence : sécurité routière, lutte contre le cancer, plan handicap.
    Je ne dis pas que des choix politiques n'existent pas, mais ce type d'initiatives est une goutte d'eau dans le budget de la nation.
  • Bah non Kitl , ils te disent que maintenant ils sont tous solidaires , prêt à passer à la caisse pour répondre à tous les problèmes
    Plus besoin de modifier le budget d'un ministère à l'autre , il suffit d'augmenter les impots, inventer de nouvelles taxes aussi bien pour les entreprises que pour le particulier ( riches ou pauves )

    ou bien on emprunte à des taux scandaleux ( auprès des méchants financiers ) pour vivre largement au dessus de nos moyens jusqu'à la banqueroute

    ou bien on recolonise l'Afrique et l'Asie, on relocalise les industries polluantes, on achète les matières premières pas cher et on revend très cher à ces pays :)
  • Les discussions dévient largement vers la politique depuis plusieurs jours, malgré plusieurs interventions de la modération. Nous n'avons donc pas d'autres choix que de fermer le topic.
Discussion verrouillée.