Le Racing des années 70

Flux RSS 142 messages · 9.637 lectures · Premier message par schlesier · Dernier message par strohteam

  • Après une belle 5e place en 1969-70, le Racing fusionne avec les Pierrots Vauban mais tombe en D2 en 1970-71. Mais cette D2 n'est plus professionnelle, plus crédible : elle vient d'exploser (c'est l'époque de la fin du contrat à temps... qui oblige les clubs à "racheter" leurs joueurs!) mélangeant allègrement amateurs, pros et semi-pros... De ce chaos qui s'appelera même Championnat National une saison (3 groupes de 16 équipes...) le Racing mettra deux saisons à émerger...

    Empêtré dans des clubs style Merlebach, Creil, Cambrai ou Paris Joinville, le Racing finit à une piteuse 7e place, seulement deux points devant Mulhouse, tout heureux d'être revenu à ce niveau là. Mais en 71-72, le Racing "pulvérise" cette D2, finissant premier de son groupe avec 13 points d'avance sur son dauphin, marquant 92 buts, dont 40 pour le seul Marco Molitor. Mais l'année suivante, en D1, nos Bleus ne se maintiennent que pour deux petits points...

    En 73-74, ce fut un honorable milieu de tableau, pas plus, faute d'un véritable buteur. Gress est revenu sur le terrain, le groupe de joueurs continue néanmoins de rajeunir. En fin de saison, l'équipe nationale du Brésil, sur la route du Mondial 74 en Allemagne, est à La Meinau pour un match de prestige où le Racing la tient en échec (2-2) devant 35.000 personnes.

    73-74 marque aussi la première année du centre de formation, dont les pensionnaires ont pour noms : Jacky Burkhardt, Bernard Conrath, Maurice Danelon, Serge Gobert, Jean-Marc Hoerle, René Kupfer, Philippe Lowinski, Joël Tanter, Jean-Marie Paluchiewicz, Christian Ebel, Pierre Syther et André Wiss. Seuls Contrath, Tanter, Syther & Wiss passeront pro à Strasbourg.

    Anonyme par son ambition, le Racing rechute en 75-76, sa jeunesse n'étant pas encore mûre... pour remonter de D2 en 76-77, en commençant par un 9-0 sur Chaumont en ouverture à La Meinau ! Besançon, champion d'automne, prendra pourtant une raclée (4-0) à La Meinau, tout comme Brest, Epinal, Lorient, Saint-Dié et Tours (5-0 ou 5-1). Même Lille (D1) prend 4-0 en coupe à La Meinau où Nantes, futur champion de France, passe près de l'élimination... Albert Gemmrich est le canon Strasbourgeois, en compagnie de Roland Wagner, cette saison là, et le Racing écrase les matches retours. Le 14 mai 1977, le Racing est de retour en D1... quatorze jours avant la fin du championnat et Gilbert Gress est annoncé comme nouvel entraîneur le 17 mai...

    Le reste est fabuleusement tip-top sur www.racingstub.com/page.php?page=histoireClub6 !
  • Avez-vous des bons "trucs" sur cette époque vous tous? ;)
  • Détail intégriste, le Racing n'est resté qu'une année en D2, en 71/72. Il y avait effectivement des clubs assez pitoresques dans son groupe:

    1. RC Strasbourg 30-52 (92-19) 24 4 2
    -------------------------------------------------------
    2. Olympique Avignon 30-39 (51-28) 13 13 4
    3. SC Toulon 30-36 (48-30) 15 6 9
    4. La Ciotat 30-33 (30-33) 12 9 9
    5. AS Cannes 30-33 (46-26) 12 9 9
    6. FC Gueugnon 30-31 (34-40) 11 9 10
    7. AC Arles 30-31 (28-36) 13 5 12
    8. FC Toulouse 30-30 (37-34) 11 8 11
    9. Stade Montpellier 30-28 (34-40) 9 10 11
    10. US Montelimar 30-27 (36-42) 11 5 14
    11. FC Sete 30-27 (37-45) 10 7 13
    12. CS Cuiseaux-Louhans 30-26 (37-46) 8 10 12
    -------------------------------------------------------
    13. AS Beziers 30-26 (29-54) 9 8 13
    14. AS Aix-en-Provence 30-26 (26-35) 9 8 13
    15. FC Martigues 30-20 (39-53) 6 8 16
    16. Gazelec Ajaccio 30-15 (20-59) 2 11 17
  • Il n'y a pas eu un haut de tableau style une 5ème place au milieu de la décennie? :-/
  • schlesier a écrit :
    Après une belle 5e place en 1969-70, le Racing fusionne avec les Pierrots Vauban

    Le fameux "Racing Pierrot Strasbourg Meinau", le RPSM, que les habitués de ma page perso (si il y en a...) connaissent bien :p
    schlesier a écrit :
    En fin de saison, l'équipe nationale du Brésil, sur la route du Mondial 74 en Allemagne, est à La Meinau pour un match de prestige où le Racing la tient en échec (2-2) devant 35.000 personnes.

    Et sous une pluie diluvienne... :( mais devant le champion du monde en titre :) Dommage, Pelé venait juste de prendre sa retraite...
    schlesier a écrit :
    73-74 marque aussi la première année du centre de formation...

    Jean-Marie Paluchiewicz, dit "Palu", a fait carriére à Mulhouse
    Jacky Burkhardt à fait une bonne carriére aussi, à Bastia je crois???



    :x merci schlesier :'>
  • Revivez les Seventies sur le Stub:

    Rubrique Saisons (il manque les deux années de D2 en 71-72 et 76-77.)
  • conan a écrit :
    Détail intégriste, le Racing n'est resté qu'une année en D2, en 71/72. Il y avait effectivement des clubs assez pitoresques dans son groupe:

    1. RC Strasbourg 30-52 (92-19) 24 4 2
    -------------------------------------------------------
    2. Olympique Avignon 30-39 (51-28) 13 13 4
    3. SC Toulon 30-36 (48-30) 15 6 9
    4. La Ciotat 30-33 (30-33) 12 9 9
    5. AS Cannes 30-33 (46-26) 12 9 9
    6. FC Gueugnon 30-31 (34-40) 11 9 10
    7. AC Arles 30-31 (28-36) 13 5 12
    8. FC Toulouse 30-30 (37-34) 11 8 11
    9. Stade Montpellier 30-28 (34-40) 9 10 11
    10. US Montelimar 30-27 (36-42) 11 5 14
    11. FC Sete 30-27 (37-45) 10 7 13
    12. CS Cuiseaux-Louhans 30-26 (37-46) 8 10 12
    -------------------------------------------------------
    13. AS Beziers 30-26 (29-54) 9 8 13
    14. AS Aix-en-Provence 30-26 (26-35) 9 8 13
    15. FC Martigues 30-20 (39-53) 6 8 16
    16. Gazelec Ajaccio 30-15 (20-59) 2 11 17



    Qu'est ce que fichait le Racing dans le groupe SUD :-/ :O
  • je crois qu'il s'agis plutot du groupe est
  • - Ben le groupe Sud c'est la répartition géographique... :)) Faut croire qu'ils étaient encore plus psychédélique à la Ligue dans les années 70 (tu me diras c'est l'époque).

    - André Burkhardt à effectivement joué à Bastia. Il était d'ailleurs dans la fameuse équipe de 78 finaliste en UEFA

    - Je crois que le score de Racing-Brésil était de 1-1, le but Strasbourgeois étant inscrit par un certain Rolland Wagner...
  • jphilou a écrit :
    je crois qu'il s'agis plutot du groupe est


    C'étais le groupe sud ... et puis faut dire que bézier n'est pas al'est du sud ... :p
  • Pas intégriste du tout... mais quelle était cette équipe dénommée "Strasbourg" en National (la L2 de l'époque)?

    conan a écrit :
    Détail intégriste, le Racing n'est resté qu'une année en D2, en 71/72.
  • Là réponse est là:

    (group A) 70/71

    1. Olympique Lille 30-44 (56-25) 19 6 5
    -------------------------------------------------------
    2. ECAC Chaumont 30-42 (42-19) 17 8 5
    3. RC Lens 30-41 (51-34) 18 5 7
    4. US Boulogne 30-39 (54-38) 15 9 6
    5. Entente 30-32 (43-31) 9 14 7 2b
    6. US Dunkerque 30-32 (42-36) 11 10 9
    7. Pierrots 30-31 (43-45) 12 7 11 Amat
    8. FC Mulhouse 30-29 (32-37) 9 11 10
    9. RCFC Besancon 30-28 (40-41) 9 10 11
    10. AC Amiens 30-28 (39-50) 9 10 11
    11. AS Troyes 30-27 (31-33) 8 11 11
    12. Paris-Joinville 30-27 (33-51) 9 9 12 2b
    13. FC Sochaux Montbeliard II 30-23 (33-48) 8 7 15 Amat
    14. Cambrai 30-22 (44-52) 6 10 14
    15. AS Creil 30-21 (32-47) 8 5 17
    -------------------------------------------------------
    16. US Merlebach 30-14 (27-57) 2 10 18
  • Palu à Mulhouse exact, Danelon aussi... As-tu quelque chose sur ce match contre les brésiliens?

    aragon a écrit :
    schlesier a écrit :
    Après une belle 5e place en 1969-70, le Racing fusionne avec les Pierrots Vauban

    Le fameux "Racing Pierrot Strasbourg Meinau", le RPSM, que les habitués de ma page perso (si il y en a...) connaissent bien :p
    schlesier a écrit :
    En fin de saison, l'équipe nationale du Brésil, sur la route du Mondial 74 en Allemagne, est à La Meinau pour un match de prestige où le Racing la tient en échec (2-2) devant 35.000 personnes.

    Et sous une pluie diluvienne... :( mais devant le champion du monde en titre :) Dommage, Pelé venait juste de prendre sa retraite...
    schlesier a écrit :
    73-74 marque aussi la première année du centre de formation...

    Jean-Marie Paluchiewicz, dit "Palu", a fait carriére à Mulhouse
    Jacky Burkhardt à fait une bonne carriére aussi, à Bastia je crois???



    :x merci schlesier :'>
  • C'était donc les Pierrots (Vauban) avant la fusion, okay? Sans parler de toutes ces montées en D2 refusées par Vauban dans les années 80, mais là, c'est une autre histoire...

    conan a écrit :
    Là réponse est là:

    (group A) 70/71
  • A noter que la saison 72/73 commenca par une énorme anerie de la part du Racing: Ils ont viré la légende vivante Ivica Osim pour recruter deux stars Allemandes: Heinz Van Haaren, ex buteur de Schalke 04 qui n'a guère cassé de briques au Racing et surtout Stan Libuda, véritable vedette internationale, qui ne fit que quelques apparition sous le maillot Strasbourgeois, suspendu pour une sombre affaire de corruption en Bundesliga.
  • En 1971-72, c'était le groupe C du National.

    jphilou a écrit :
    je crois qu'il s'agis plutot du groupe est
  • schlesier a écrit :
    Palu à Mulhouse exact, Danelon aussi... As-tu quelque chose sur ce match contre les brésiliens?



    Pour le match amical contre le brésil j'avais des souvenirs issu d'un bouquin sur le Racing perdu lors d'un déménagement (avec mon maillot CMDP taille 12 ans de 1980...) X-(
    J'ai aussi souvenir d'un nul 1-1 comme conan...
  • Et saviez -vous que pendant la saison 70-71, la Racing a utilisé pas moins de 5 entraineurs!! Il devait vraiment y avoir des problèmes d'entente car ces entraineurs ont été dans l'ordre : Frantz, Mateo, Czaknady, puis a nouveau Frantz, puis Mateo.
    Vous en savez plus? Pourquoi autant de changement, pour uniquement 3 noms?
    Ca doit être le record non de changer 5 fois en une seule saison? #-o

    C'était d'ailleurs l'année de la descente, où le Racing a fini 18ème, comme quelqu'un l'a rappelé plus haut...
  • Rien qu'à voir les résultats, la saison 70/71 fut assez catastrophique. Par contre, j'ignorais l'histoire des changements d'entraneurs. J'ai lu quelque part que Czaknady était très space comme entraineur...
  • Modifié par line ·
    line • 21 ans
    schlesier a écrit :
    Mais en 71-72, le Racing "pulvérise" cette D2, finissant premier de son groupe avec 13 points d'avance sur son dauphin, marquant 92 buts, dont 40 pour le seul Marco Molitor. Mais l'année suivante, en D1, nos Bleus ne se maintiennent que pour deux petits points...


    Le Marc Molitor, il était ptet bon, il marquait beaucoup, mais niveau entente avec les dirigeants c'était pas tip top apparemment, vu que Alfred Wenger aurait bien voulu le virer du club pour une histoire assez bizarre... :-B
  • line a écrit :

    Le Marc Molitor, il était ptet bon, il marquait beaucoup, mais niveau entente avec les dirigeants c'était pas tip top apparemment, vu que Alfred Wenger aurait bien voulu le virer du club pour une histoire assez bizarre... :-B


    Ca fait un autre A. Wenger alors :-B

    Raconte l'histoire bizarre! :)
  • Molitor c'était un cas assez athypique. Un joueur exceptionnel (qui a d'ailleurs joué en Equipe de France) mais qui a arreté sa carrière à l'age de 26 pour exercer la profession de kiné.

    La brouille avec le Président Wenger vient du fait qu'il fut le meneur d'une grêve avant un match à Marseille. Ils avaient du aligner la reserve contre l'OM de Skoblar pour se prendre une branlée. (par contre je ne sais plus en quelle année c'était).

    Pour l'anecdote, Alfred Wenger demissiona et jura qu'il ne remettrait plus les pieds à la Meinau tant que l'un des gréviste porterait le maillot du Racing. Il tint parole, ce qui lui fit rater le titre de 1979. En effet, le tout jeune René Deutschmann faisait partie des frondeurs...
  • conan a écrit :
    Molitor c'était un cas assez athypique. Un joueur exceptionnel (qui a d'ailleurs joué en Equipe de France) mais qui a arreté sa carrière à l'age de 26 pour exercer la profession de kiné.

    La brouille avec le Président Wenger vient du fait qu'il fut le meneur d'une grêve avant un match à Marseille. Ils avaient du aligner la reserve contre l'OM de Skoblar pour se prendre une branlée. (par contre je ne sais plus en quelle année c'était).

    Pour l'anecdote, Alfred Wenger demissiona et jura qu'il ne remettrait plus les pieds à la Meinau tant que l'un des gréviste porterait le maillot du Racing. Il tint parole, ce qui lui fit rater le titre de 1979. En effet, le tout jeune René Deutschmann faisait partie des frondeurs...


    Arf je pensais que pas grand monde était au courant de cette histoire, je me voyais déjà tout vous raconter, j'oubliais que Msieur Conan savait tout! ;) :p

    Pour l'année de la grève c'était en 1973 visiblement... :-B
  • Ce qui est bizzare, c'est que je ne trouve nulle trace de ce match... Tous les matchs de cette époque joués au Vélodrome, le Racing à aligné l'équipe type... :-/
  • line a écrit :
    conan a écrit :
    Molitor c'était un cas assez athypique. Un joueur exceptionnel (qui a d'ailleurs joué en Equipe de France) mais qui a arreté sa carrière à l'age de 26 pour exercer la profession de kiné.

    La brouille avec le Président Wenger vient du fait qu'il fut le meneur d'une grêve avant un match à Marseille. Ils avaient du aligner la reserve contre l'OM de Skoblar pour se prendre une branlée. (par contre je ne sais plus en quelle année c'était).

    Pour l'anecdote, Alfred Wenger demissiona et jura qu'il ne remettrait plus les pieds à la Meinau tant que l'un des gréviste porterait le maillot du Racing. Il tint parole, ce qui lui fit rater le titre de 1979. En effet, le tout jeune René Deutschmann faisait partie des frondeurs...


    Arf je pensais que pas grand monde était au courant de cette histoire, je me voyais déjà tout vous raconter, j'oubliais que Msieur Conan savait tout! ;) :p

    Pour l'année de la grève c'était en 1973 visiblement... :-B


    Comme vous n'avez pas les mêmes sources tu peut raconter ta version, line, et je trouve que tu a une voix plus douce que conan :-'
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.