Sélestat Alsace Handball (SAHB)

Flux RSS 790 messages · 192.254 lectures · Premier message par alsacien2 · Dernier message par chrisneudorf

  • Dommage, une victoire en mémoire de Mr Spatz, ça aurait été beau..
  • rcsforever1186182311.jpg
    Modifié par rcsforever ·
    rcsforever
    On constate que le bilan de Sélestat à domicile est très correct jusqu'à présent et qu'à l'extérieur ça se joue souvent à pas grand chose,preuve que cette équipe a de la qualité et certainement les moyens de se maintenir cette saison.
    Prochain rdv face à Montpellier au Rhénus,ce qui promet une belle fête dans une salle quasiment pleine même si une défaite serait logique face à un tel adversaire.
  • Dans l'histoire !

    Ce dimanche 30 octobre 2011 restera dans l'histoire du handball sélestadien.

    http://www.sa-hb.com/lib/Une/2011-10/67i_30.jpg

    Parce que, pour la première fois, la formation phare de la Ligue d'Alsace accueillera un de ses adversaires hors de ses bases. Et pas n'importe où, puisque c'est au Rhenus sport, devant 5500 spectateurs, que le SAHB se frottera à Montpellier, le champion de France en titre, le recordman en la matière (12 sacres nationaux depuis 1995).

    Ce dimanche est ainsi jour de fête pour les hommes de Jean-Luc Le Gall et leurs supporteurs, pour tous ceux, aussi, sevrés de handball de haut niveau depuis... 1995 et la disparition du Racing. Il y a l'EuroTournoi c'est vrai, mais les Strasbourgeois mériteraient bien évidemment de ne pas avoir à attendre un an pour se régaler.

    C'est jour de fête, aussi, parce que c'est le grand Montpellier qui dépose sa carte de visite au Wacken. Ce qui se fait de mieux en France depuis une quinzaine d'année. Autant dire que les « violets » d'Olivier Jung ne seront, eux, pas à la fête.
    Parce que, pour l'énorme majorité d'entre eux, ce sera la première fois qu'ils évolueront devant autant de monde, ce à quoi les Héraultais sont habitués, eux qui ont déjà et souvent joué dans les plus grandes et les plus belles salles d'Europe. Eux qui ont déjà fréquenté le Rhenus sport à l'occasion de l'ET, ce qu'aucun Bas-Rhinois n'a fait. Face à l'armada du Pacha Patrice Canayer, ce sera mission impossible, si tant est qu'impossible fait, cette saison, partie du vocabulaire sélestadien. Héroïques il y a une dizaine de jours à Chambéry (31-29) tout comme ils avaient été remarquables, un peu plus tôt dans la saison, face à Saint-Raphaël ou à Nantes, les Alsaciens, sans François-Marie, Salami et Ostarcevic (excusez du peu) devront encore élever leur niveau de jeu s'ils veulent faire bonne figure. Ou mieux encore.

    C'est qu'en face, il n'y a que du lourd, du très lourd.

    De l'international en veux tu, en voilà. Les champions du monde tricolores que sont Karabatic, Guigou, Honrubia ou Accambray, mais aussi les Slovènes Prost (appelé en remplacement de l'ancien du SCS Mika Robin, ce dernier ne devant retrouver les terrains qu'en fin d'année), Kavticnik ou Gajic, Tej (autre ancien de la maison violette) et Hmam les Tunisiens, Stochl le Slovaque ou Bojinovic le Serbe. Ce MAHB-là rêve de sacre européen, d'un deuxième succès en Ligue des champions après celui décroché en 2003, quand le SAHB n'ambitionne que le maintien au plus haut niveau français...

    C'est mission impossible, si tant est... Mais Laszlo Fulop (vraisemblablement au repos pour ce match) et ses petits camarades ont montré, depuis le début de saison, une telle envie, un tel courage et tant de valeurs, qu'on a envie de croire qu'ils peuvent titiller, un temps au moins, le plus longtemps possible, cette superbe mécanique qu'est cette équipe de Montpellier. Après tout, qui ne rêve pas n'a rien...

    (Site officiel)
  • Perso je comprends pas cette idée de dé-localisé cette rencontre au Rhénus!
  • rcsforever1186182311.jpg
    Modifié par rcsforever ·
    rcsforever
    Le but est d'attirer un public plus nombreux,sachant qu'en temps normal Sélestat joue devant environ 2000 spectateurs alors qu'ils seront 5500 ce dimanche.
    Sinon pour info Karabatic et Guigou seront absents au Rhenus.
  • Je dirais même les deux Krabatic!!
  • La logique a été respectée avec la victoire de Montpellier (33-27) mais Sélestat est tombé la tête haute dans une très belle ambiance au Rhenus.
  • Ils ont limiter les degats selestat. De toute facon ils sont injouables montpellier. Meme sans karabatic et guigou trop fort. Au complet selestat aurait peut etre tenu encore + longtemps mais a la fin la force l aurait emporter
  • C'était un match à sens unique ou bien Sélestat a montré quelque chose ?
  • Franchement épaté, d'après le score, pour les Sélestadiens (+)
  • Si je me souvient bien il n'y avait qu'un point d'avance pour Montpellier à la mi-temps, et Séléstat est passé souvent en tête lors des 20 premières minutes. Le trou c'est fait à la sorti des vestiaires, puis Montpellier à géré. Perso j'ai trouvé Séléstat pas mal, surtout Beretta qui a été énorme!! Sinon Montpellier a fait le boulot...
  • D'accord .. Accrocher de près Chambéry puis Monptellier, c'est pas mal quand même, à confirmer lors de matchs moins excitant maintenant.
  • g.raphael67 a écrit, le 2011-10-28 23:28:37 :
    Perso je comprends pas cette idée de dé-localisé cette rencontre au Rhénus!


    Idem, ça ne dérange pas Sélestat de perdre la plus belle affiche de la saison dans sa salle ? #-o
  • kibitz a écrit, le 2011-10-31 21:21:18 :
    g.raphael67 a écrit, le 2011-10-28 23:28:37 :
    Perso je comprends pas cette idée de dé-localisé cette rencontre au Rhénus!


    Idem, ça ne dérange pas Sélestat de perdre la plus belle affiche de la saison dans sa salle ? #-o

    dans leur salle a selestat ils auraient peut etre eu plus de chance car de meilleurs reperes mais ils ont privilegié le nombre.C est comme en cdf au foot qd l equipe amateur choisit souvent le grand stade pour une bonne recette
  • Mouai,l'amateur au foot il a surtout pas le choix a cause des normes.
  • De nombreux fans avaient fait le déplacement de Sélestat,alors que pour les joueurs le fait d'évoluer devant quasiment trois fois plus de spectateurs qu'en temps normal était une énorme source de motivation.
    Bref cette rencontre était une belle publicité pour le hand en Alsace.
  • Mouais enfin au hand, il n'y a pas de différence d'un terrain à l'autre, contrairement au foot (terrain plus petit, pelouse de moins bonne qualité), donc c'était tout à fait neutre de ce point de vue.

    Sélestat c'est un club qui veut grandir, et qui doit donc être attractif au delà du centre-Alsace.
  • Handball
    Et revoilà Christian Omeyer

    Pour pallier l'absence sur blessure d'Obrad Ivezic, Christian Omeyer, l'ancien capitaine sélestadien reconverti au poste de directeur sportif, sera en effet sur la feuille de match, ce vendredi soir à Toulouse.

    L'infirmerie sélestadienne est bien remplie et le joker médical se fait attendre. Il fallait donc trouver une solution dans l'immédiat.

    Ces dernières semaines, Christian Omeyer avait repris l'entraînement au cas où...

    DNA
  • rcsforever1186182311.jpg
    Modifié par rcsforever ·
    rcsforever
    Victoire de Sélestat (28-27) (+)

    (Toulouse était classé 4e avant la rencontre)
  • Pas d'armistice pour Sélestat

    http://www.lalsace.fr/fr/images/58E71E73-7EDF-4B9C-A806-30FD33AA0...

    Obrad Ivezic s'est montré décisif en seconde période dans les buts sélestadiens.

    Sélestat a réalisé un véritable exploit en allant s'imposer hier soir dans l'antre de Toulouse (28-27). Avec la manière en sus.

    Appelés à monter - ne serait-ce que provisoirement - sur le podium en cas de victoire assortie d'un écart substantiel, compte tenu de l'écrasement, la veille, de Saint-Raphaël, leur concurrent direct, par Montpellier, les Toulousains n'ont pu convenablement accomplir la mission qui leur incombait.

    Et quand bien même des grondements pour le moins réprobateurs ont fait écho à plusieurs décisions du duo arbitral, tout le mérite en revient à cette formidable équipe alsacienne qui n'a en aucun cas usurpé son succès.

    Un succès construit en deux périodes bien distinctes. Une mi-temps pour que s'insinue le doute dans les esprits adverses, une deuxième pour reprendre progressivement l'ascendant alors que Toulouse était en mesure d'inverser la tendance.

    En effet, les Haut-Garonnais, un moment menés de quatre longueurs (10-6, puis 11-7 suite à un missile de Beauregard, 22 e), avaient rétabli l'équilibre en grande partie grâce aux arrêts de Wesley Pardin. Les protégés de Jean-Luc Legall donnent alors l'impression de ne pas disposer des solutions tactiques adéquates pour prendre les intervalles laissés libres par une défense à géométrie variable.

    Solidarité admirable

    Mais pour gérer les temps faibles, il y a aussi le mental en acier trempé propre aux compétiteurs dans l'âme. A l'image de ce penalty du pourtant redoutable spécialiste Ayed bloqué par Obrad Ivezic dès la reprise. La configuration aux allures de ballottage tantôt favorable à l'un, tantôt à l'autre des protagonistes se poursuit, qui tient en haleine le public du Palais des Sports : 16-16 (38 e), 17-17 (39 e), 22-22 (51 e).

    En effet, Toulouse manque le coche alors que Pierrick Chelle trouve des angles impossibles pour tromper la vigilance du préposé au dernier rempart. Deux buts inscrits en l'espace de quelques instants par Yurij Petrenko plongent Toulouse dans un profond désarroi : 26-24 (56 e) pour Sélestat. Des promus qui font preuve d'une solidarité admirable pour endiguer les ultimes assauts de rivaux transcendés par les appels du speaker. Olivier Jung s'empare du ballon de la toute dernière chance dans les mains de Cham. Malgré un but de Kabengelé, il ne restait plus assez de temps pour espérer un match nul miraculeux.

    Ils ont dit

    Obrad Ivezic : « C'est la victoire du coeur et de la patience. Nous avons fait un grand match face à une excellente équipe de Toulouse qui était favorite ».

    Djordje Pesic : « Cela s'est joué à peu de choses. Nous avons proposé une bonne défense tout au long de la rencontre. «

    Jean-Claude Legall : « Jamais l'écart en faveur de Toulouse n' a été supérieur à 2 buts. Pardin a livré une prestation qui nous a mis un moment en échec. C'est l'équipe qui a su marquer et défendre dans les moments clés qui l'a emporté ».

    L'Alsace
  • Sélestat a marqué les esprits mais aussi des points

    http://www.lalsace.fr/fr/images/05CCDCFD-280D-4FEB-91E3-EB147DB8A...

    Frédéric Beauregard et ses coéquipiers sont allés chercher une première victoire à l'extérieur avec du coeur et de l'énergie. Archives Denis Werwer

    En volant dans les plumes du Fenix Toulouse, Sélestat a confirmé qu'il avait un rôle à jouer en D1 et que son maintien n'a rien d'utopique.

    Après être passé deux fois à côté d'une performance retentissante en s'inclinant par deux buts d'écart seulement chez des grosses cylindrées comme Chambéry et Nantes, Sélestat n'a pas laissé passer sa chance une troisième fois. Et c'est Toulouse, un autre ténor (ou supposé tel) qui en a fait les frais, vendredi soir. Au lieu de se retrouver sur le podium de la D1, Jérôme Fernandez et ses coéquipiers du « Fenix » ont été plumés par une équipe alsacienne sûre de sa force. Un collectif mis en confiance par ses prestations précédentes et qui a fort bien joué le coup en tordant le cou au volatile toulousain.

    « Jusque-là, nous avions réussi de belles sorties contre des adversaires censés nous être supérieurs. Ces compliments nous faisaient plaisir, mais ne nous faisaient pas avancer. Il était devenu nécessaire de concrétiser cela. C'est ce qu'on a réussi à faire à Toulouse », se réjouit Frédéric Beauregard. Car avant cette huitième journée de championnat, l'arrière gauche du SAHB avait encore en travers de la gorge ce point, voire ces points, que le groupe avait laissé échapper à Nantes au début du mois d'octobre. « L'an dernier, Dijon est descendu pour un point manquant, j'espère qu'on ne le regrettera pas en fin de saison. Car on n'a pas de droit à l'erreur », rappelait le Martiniquais.

    Ses voeux ont été exaucés dès le lendemain avec cette première victoire ramenée de l'extérieur. Un succès sur le fil, sur le plus faible des écarts (27-28), mais qui, en revanche, ne souffre d'aucune contestation. « Cette victoire nous l'avons construite pendant soixante minutes. Elle n'a rien d'un hold-up. De la première à la dernière seconde, nous avons évolué sur le même rythme avec un fonds de jeu bien calé qui tenait la route. Sans oublier bien sûr une défense qui est notre marque de fabrique. Tout cela nous a permis de faire la différence face à une grosse cylindrée qui nous a pris de haut. »

    Le scénario s'est inversé

    Les Toulousains auraient peut-être dû se rappeler qu'ils étaient la seule équipe à s'être inclinée deux fois de suite en 2008/2009, contre le futur relégué sélestadien qui n'avait remporté que trois victoires durant toute la saison. Trois ans plus tard, de retour parmi l'élite, le SAHB a donc déjà atteint son piètre total de victoires de l'époque au bout de huit journées.

    Cela donne des idées et des certitudes pour la suite. À condition de garder ces valeurs qui permettent à l'équipe d'avancer et de surprendre son monde malgré une conjoncture défavorable puisque son effectif est diminué depuis le début de la saison par une cascade de blessures. « Il faut garder cette dynamique et continuer sur notre lancée. Ces deux points ramenés de Toulouse vont solidifier encore davantage le groupe. Mais cette victoire ne servira à rien si nous n'enchaînons pas derrière avec une autre, samedi prochain sur Nîmes », prévient « Bobo » très utile dans le money time puisqu'il est l'auteur de deux des cinq derniers buts du SAHB quand un 6-2 alsacien entre la 54 e et la 59 e minute (de 23-22 à 25-28) a fait basculer le match. C'est justement là où le scénario des matches précédents a changé. À Toulouse, les coéquipiers d'un Obrad Ivezic très précieux dans ces instants décisifs ont pris le soin de l'écrire à leur avantage. S'évitant ainsi de nouveaux gros regrets.

    « Nous n'avons pas craqué »

    « Même un match nul nous aurait empêchés de faire la fête dans le bus car nos efforts n'auraient pas été récompensés à leur juste valeur, confie le meilleur arrière gauche de la Pro D2 2010/2011. Nous avions clairement pris l'ascendant et, cette fois, on sentait qu'on avait un coup à jouer. Nous n'étions pas aussi entamés par les impacts physiques qu'à Nantes ou Chambéry. Nous n'avons pas craqué ou commis d'erreurs. Nous avions installé notre jeu et tout le monde était à fond dans ces dernières minutes. »

    Ce résultat doit conforter les Sélestadiens dans leurs certitudes et leur permettre de confirmer ce résultat en profitant d'un calendrier plus favorable jusqu'à la trêve.

    L'Alsace
  • Un très joli début de saison tout de même pour Sélestat, malgré les nombreuses blessures... Je suis bien content que le handball de haut niveau soit de retour en Alsace.

    D'ailleurs, le SCS est sans doute une des meilleures équipes alsaciennes sur l'année civile 2011 (avec les SRC) ! (+)
  • Tu as oublié l'Etoile Noire quand même en cette année 2011 ;)
  • the-naturel1362415986.jpg
    Modifié par the-naturel ·
    the-naturel • 19 ans
    En oubliant la descente en CFA2, le Racing en 2011 en championnat c'est :

    21 victoires
    6 nuls
    2 défaites.


    Pas mal hein?


    Sinon c'est vrai que Selestat fait un très bon début de championnat, qui plus est pour un promu. Aller battre Toulouse chez eux ou tenir tête à Chambéry, contre Saint-Raphaël ou même face à Montpellier (on a bien vu que St-Raph s'était mangé 12 buts contre les Héraultais alors qu'on s'en prend que 5), c'est pas donné à n'importe quel promu !
    Un petit maintien confortable cette saison et ce serait parfait pour préparer à grappiller de plus en plus des places en D1..
  • Citation:
    D'ailleurs, le SCS est sans doute une des meilleures équipes alsaciennes sur l'année civile 2011 (avec les SRC) !


    Détail intégriste, comme dirait l'autre, depuis environ 2 ans (?) on parle de SAHB (Sélestat Alsace handball) :-B
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.