February 2007






Der Weg ins Freie

Citation:
Georg von Wergenthin saß heute ganz allein bei Tische. Felician, sein älterer Bruder, hatte es vorgezogen, nach längerer Zeit wieder einmal mit Freunden zu speisen. Aber Georg verspürte noch keine besondere Neigung, Ralph Skelton, den Grafen Schönstein, oder andere von den jungen Leuten wiederzusehen, mit denen er sonst gern plauderte; er fühlte sich vorläufig zu keiner Art von Geselligkeit aufgelegt.



Vienne au crépuscule raconte l'histoire d'un jeune aristocrate viennois, brillant et paresseux, qui se consacre à la musique et aux mondanités. A travers ce roman psychologique, nous suivons les amitiés et les inimitiés de la bourgeoisie qui se partage entre l'antisémitisme, le conservatisme et le nationalisme.

Paru sur ce site, à propos d'un livre sur Schnitzler, qui a inspiré Eyes wide shut, cette critique judicieuse : Schnitzler fut un subtil observateur de la société viennoise de la Belle Epoque. Juif assimilé à la culture allemande de la bourgeoisie viennoise, il n'a pas de définition claire de l'identité juive mais se montre très sensible aux manifestations répétées d'un antisémitisme dont il comprend et montre qu'il est devenu le code culturel dominant dans les sociétés allemandes et autrichiennes de l'époque. Le roman Vienne au crépuscule est en la matière emblématique.



La musique classique est très présente car elle est le signe distinctif de la bourgeoisie viennoise.




Les langues gourdes se délient

19/02/2007 03:28
267 lectures
Rares sont nos amis sourds (ou pour parler stublogically correct, ont les oreilles gourdes) qui prendront offense du fait que nous ne fissions un compte-rendu au mot près, à la respiration près, de l'émission dominicale et radiophonique (ou webmatique, sans vouloir exclure les patients des doigts gourds expatriés, parmi lesquels nous comptons de très larges proportions d'amis et d'accompagnateurs de route) de l'Esprit public, mais une recension subjective et impressive, toute chose étant égale par ailleurs.

Lire la suite...











Football et philosophie

09/02/2007 20:24
252 lectures
Alors que les fédérations organisent des matchs spectacles pour leur centenaire, matchs qui alourdissent les calendriers et qui n'intéressent que les happy-few ou les marques de rasoir, nous, tenanciers de ce stublog, pour célébrer notre première année dans le cosmos virtuel, nous avons organisé un match un peu spécial, dont voici le compte-rendu.

Lire la suite...



Les démons du métabolisme

07/02/2007 23:32
191 lectures
Je viens de quitter la porte Kirschleger, après deux mois d'études cliniques. J'ai gagné quelques sous, en prêtant mon corps. Je suis un habitué de la Science. Dans ce cas, on testait sur mon "corps sain" des substances et leur degré de toxicité, je n'ai jamais eu trop mal, on a arrêté l'expérience plutôt que prévue. Par contre, la peau de mon bras s'est durcie, je ne reconnais plus, mon petit derme doux imberbe et érogène. Ma copine est partie, je le voyais bien qu'elle s'amusait mieux avec son groupe d'amis, elle riait avec eux, évoquer des choses futiles et moi, j'avais droit aux plaintes et douleurs physiques. J'attendas qu'elle finisse de dormir, en général. Je ne sens plus mes dents, ce n'est pas désagréable.

Je repense à ce russe avec qui je jouais aux échecs chaque jour et ce marocain flambeur qui revenait d'Angleterre où il s'était fait oublié des institutions françaises, il a aiguisé son sens des affaires. Je lui souhaite du succès.

On a résilié mon forfait de téléphone. Une fois que mon argent tombera, je m'achéterais un forfait hors de prix et une petite merveille technologique.

J'ai été contacté. J'appartiens au panel. Je devrais participer à une émission de grande audience, car j'ai une question à poser à un ambitieux ministre. J'aimerais lui dire que les gens ne sont pas assez progressistes pour élire un nabot de 1m68, cocu et d'origine étrangère (sinon je serais président, hé hé). Mais cela ne fait rire que moi, j'ai les lèvres gercées et ce serait douloureux.

Je lui ai dit que j'aimerais partir en Afrique du Sud, j'aimerais aider dans une vaste exploitation agricole de boers, puis, apprendre, avec l'esprit bâtisseur, cultiver l'esprit pionnier, qui nous manque ici, dans notre pays, puis, pourquoi pas ? si la violence se calme là-bas, reprendre une ferme avec des animaux, des potagers et des jardins, des beaux jardins. S'il pouvait me payer le billet d'avion, lui dis-je, je serais content, je voterais pour lui, lui dis-je.

Das Leben der Anderen

Les critiques de comptoir sont unanimes :
Paul-Paul : "enfin, je peux me vanter d'avoir choisi allemand première langue".
Olo : "Les Inrocks en ont même dit du mal."
Almendralejo : "J'ai mis une semaine pour m'en remettre"
Wolf Beerman : "Die Gespenter treten aus dem Schatten"
NV : "C'est mieux, j'imagine, qu'Effroyables jardins".

Lire la suite...

  • 1 (current)