Le RCS au niveau

Note
5.0 / 5 (2 notes)
Date
Catégorie
Après-match
Lectures
Lu 3.034 fois
Auteur(s)
Par athor
Commentaires
1 comm.
20150724_182317.jpg
© manacor67

Opposé à Nancy, pour ce qui constituait le sommet de sa préparation estivale, le Racing a su se mettre au niveau de son adversaire pour accrocher un match nul très intéressant.

Le match entre le Racing et Nancy, pensionnaire de Ligue 2, avait tout de l'affiche de gala, à commencer par le tarif du billet d'entrée, fixé entre 8 et 12€. Avec les quelques 1500 spectateurs, et des buvettes ayant bien assuré leur réhydratation, le trésorier du Sporting Schiltigheim a de quoi se frotter les mains. D'un point de vue sportif, c'était surtout l'occasion d'une opposition sérieuse entre une équipe lorraine à une semaine de la reprise d'un championnat dont elle espère jouer les troubles fêtes, et un RCS qui affiche des ambitions élevées en National et qui comptait donc bien se jauger à un pensionnaire de l'étage supérieur.

Après un match amical face à Haguenau où il a surtout fait jouer ses remplaçants, Jacky Duguépéroux a profité de l'occasion pour tester une équipe qu'on pourrait qualifier d'équipe type. Seul changement notable avec la composition attendue, l'absence d'Alexandre Oukidja, légèrement touché à la cuisse lors de l'entraînement du matin, et qui est remplacé par Olivier Blondel. Le jeune Alexandre Nagor assure la place sur le banc. En défense centrale, on note la première sortie du duo prometteur Seka-Saad:

Equipe


D'entrée de jeu, le match se révèle plutôt vivant, avec des visiteurs qui tentent de prendre les choses en main par l'intermédiaire du très prometteur Rémi Walter, qui tente notamment une jolie frappe dès la troisième minute. Il ne faut que quelques secondes pour que les Bleus répliquent : sur un bon décalage de Liénard, Oumar Pouye envoie une belle frappe que Ndy Assembé dévie en corner. Le Racing prend dès lors le cours du match, et tente de construire offensivement, souvent par l'intermédiaire de son milieu offensif sénégalais.

Au bout d'un quart de jeu, le jeu se durcit, et les deux équipes se livrent à un festival de tacles virils et autres amabilités. Si l'enjeu reste celui d'un match amical, les intentions sont plus sérieuses. Néanmoins, le RCS continue de pousser, et obtient plusieurs corners intéressants, comme dirait Christian Jeanpierre. Sur l'un d'eux, botté par Pouye, le ballon traverse la surface pour se retrouver dans les pieds d'Ernest Seka, dont la frappe croisée est sauvé par un Nancéien. Dans la foulée, un nouveau coup de pied de coin de Pouye est mal repoussé par la défense, directement dans les pieds de Yannick Aguemon, mais sa frappe puissante est contrée. En face, l'ASNL tente de sortir la tête de l'eau, mais ne parvient que très rarement à trouver Youssouf Hadji, bien pris par la défense centrale. Seuls les joueurs extérieurs, Robic et Coulibaly, parviennent à se montrer réellement menaçants.

La domination strasbourgeoise se concrétise peu de temps avant la pause. Sur une offensive menée côté gauche, Liénard décale Ndour qui délivre un centre parfait dans la surface pour la tête de Jérémy Blayac, parfaitement dans le timing pour tromper le gardien. Le stade exulte comme si on jouait déjà la première journée de National. Fort de son avantage à la mi temps, Strasbourg peut se féliciter d'avoir produit 45 minutes de bonne facture, en faisant plus que de tenir tête à son adversaire.

Avancement de la préparation oblige, le 11 qui débute la seconde période est relativement similaire à celui du départ, mises à part les entrées en jeu de Stéphane Bahoken et de Jean-Philippe Sabo. De leur côté, les hommes de Pablo Correa sont revenus avec d'autres intentions. Après à peine quelques minutes, sur une récupération de balle contestée, Maurice Dalé remonte le ballon pour servir Anthony Robic à l'extrême limite du hors jeu. L'ancien Lavallois remporte son duel face à un Blondel venu à sa rencontre, et permet à son équipe d'égaliser. L'entame de période est décidément difficile pour le Racing. Sur un coup franc, la défense manque de sérénité, mais Blondel, puis Jérémy Grimm, venu le suppléer, repoussent le danger. Il faut attendre plus de dix minutes de jeu pour voir la première situation notable, avec Stéphane Bahoken, encore bien servi par Oumar Pouye, qui parvient à passer l'épaule devant son défenseur pour s'avancer tout en puissance vers la cage adverse, mais son tir est malheureusement trop croisé. Petit à petit, les débats se tendent encore plus, et l'arbitre est souvent mis à contribution, à la grande joie de Jacky Duguépéroux qui reçoit là sa première réprimande de la saison. Ce dernier aura encore une petite frayeur quand, à la suite d'une incompréhension, Blondel se saisit du ballon avec les mains, alors qu'il vient d'être touché par un coéquipier. ComM. Bien souvent, le coup franc indirect ne donne rien, même si la sortie du portier alsacien, comme d'autres, était bien particulière et à contre temps. Une dernière occasion de chaque côté, dont une frappe trop puissante de Jérémy Blayac, encore servi par devinez qui … Oumar Pouye, et on en reste sur ce score de 1-1.

Un match plutôt logique, qui laisse l'impression de deux équipes de niveau relativement similaire. Forcément rassurant pour le RCS, dont la préparation est décidément pleine de promesses. Il reste désormais deux semaines, et encore deux rencontres (face à Metz II mercredi, puis face à l'UNFP samedi prochain), pour peaufiner les derniers réglages.

athor

Commentaires (1)

Flux RSS 1 message · 2.545 lectures · Premier message par domarchivsas · Dernier message par domarchivsas

Commenter