musique


(P)rose ?

12/08/2008 22:54
304 lectures
Vivez si m'en croyez, n'attendez à demain.
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.


http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/strasbourgg-76...

"Te faire mourir de rire
Aspirer tes soupirs
M'enfermer tout le jour
Ecrire des mots d'amour
Boire mon café noir
Me lever en retard
Pleurer sur un trottoir
Me serrer sur ton coeur
Pardonner tes erreurs
Jouer de la guitare
Danser sur un comptoir..."

Le rose biffe

28/03/2008 13:38
439 lectures
Et parfois il vire même au rouge...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.03.2008-352...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.03.2008-325...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.03.2008-328...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.03.2008-329...
http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.03.2008-432...

"Colore le monde, sans feutre, sans épreuves ni bombes
Indolore les murs, et coule dans le fleuve la facture
En monnaie de singe, fraîche blanche comme le linge
A jamais répand du fard sur les hommes comme le temps

Colore la foule , colore mes veines
Chaque jour il me révèle
En chair de poule, en dieu du ciel
Et la foule sort de mes veines
Oui comme le temps est un ami
Il colore mon pays

Des dieux, mes soeurs j'en vois de toutes les couleurs
Pour des cieux, mes frères s'engagent sur des routes à l'envers
Mais là haut décide, fait le ménage fait le vide
Sur la peau répand du fard sur les hommes comme le temps..."

Blues au tel

02/12/2007 22:11
348 lectures
Manque, n.m : fait de manquer, absence ou grave insuffisance d'une chose rare

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/01.12.2007-011...

"Blue Hotel, on a lonely highway,
Blue Hotel, life don't work out my way.

Blue Hotel, on a lonely highway,
Blue Hotel, life don't work out my way.
I wait alone in a lonely night,
Blue Hotel. Blue Hotel.

Blue Hotel, every room is lonely,
Blue Hotel, I was waitin' only.
The man in the light had a lonely dream,
Blue Hotel. Blue Hotel.

Blue Hotel, on a lonely highway,
Blue Hotel, life don't work out my way.

Blue Hotel, on a lonely highway,
Blue Hotel, life don't work out my way.
I wait alone in a lonely night,
Blue Hotel. Blue Hotel." (source)

Chris Isaac, Blue Hotel

Red aérien

11/10/2007 00:01
972 lectures
"Quand le soleil s'éclipse, on en voit la grandeur"

C'est comme un choc. Le genre de spectacle qui fait s'arrêter, regarder, capturer...

Un peu plus et il n'y aurait rien d'autre... Qu'astres, comme ils disent au rugby...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/10.10.2007-013...

"I've never seen you looking so gorgeous as you did tonight
I've never seen you shine so bright you were amazing
I've never seen so many people want to be there by your side
And when you turned to me and smiled, It took my breath away
I have never had such a feeling
Such a feeling of complete and utter love, as I do tonight

The way you look tonight
I never will forget, the way you look tonight
The lady in red
The lady in red..."

Stan-islas bonitas

29/09/2007 09:39
393 lectures
Sans avoir (de loin) le charme ancien de l'île strasbourgeoise, le Canal de la Marne au Rhin et les bras de la Meurthe annoncent des sites en plein boom immobilier où il est parfois agréable de se promener le soir, même si les tours modernes n'atteindront jamais le charme historique... On ne peut s'empêcher de penser à l'aménagement des quais de la Place de l'Etoile...

Non loin de là, la "nouvelle" ville et l'ancienne. C'est le gros avantage de Nancy : finalement, rien n'est loin et c'est bien agréable. Comme le sont d'ailleurs la jeunesse et le dynamisme de la ville, avec grand nombre d'offres culturelles et de lieux de sortie. Nancy serait la 5e ville universitaire en terme de densité étudiante, et ça se sent...

Et pour la peine, une vue en direct via webcam de la très connue place Stanislas avec son jardin éphémère...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/26.09.2007-014...

"Last night I dreamt of San Pedro
Just like I'd never gone, I knew the song
A young girl with eyes like the desert
It all seems like yesterday, not far away

Tropical the island breeze
All of nature wild and free
This is where I long to be
La isla bonita
And when the samba played
The sun would set so high
Ring through my ears and sting my eyes
Your Spanish lullaby..."

Madonna, La isla bonita

(bon n'exagérons rien, hein...)

L'arme à l'oeil

24/09/2007 00:01
314 lectures
L'ignorer, c'est donc avoir la paix ?

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/19.08.2007-012...

"Savoir que la plus belle de vous deux
savoir que la plus belle de moi
elle est amoureuse
savoir, là j'en perds la mémoire
Savoir lequel de moi
étant deux
est amoureux de toi
la plus belle des deux
savoir si la plus belle de vous deux
et là j'en perds la mémoire
Savoir être capable de toi
sur moi
savoir si après tout tu m'aimeras
et l'a j'en perds la mémoire
Tout l'temps gentil
tu dis que j'suis
tout l'temps gentil
tu disparais réapparais
putain faudrait savoir
et là j'en perds la mémoire." (source)

Louise Attaque, Savoir


Foot loose

21/08/2007 00:01
352 lectures
Nan mais ça va pas la tête ?!

Il paraît que le football serait la poursuite de la guerre par d'autres moyens remarque...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.08.2007-010...

"Where have all the good men gone
And where are all the gods?
Where's the street-wise Hercules
To fight the rising odds?
Isn't there a white knight upon a fiery steed?
Late at night I toss and turn and dream
of what I need

{Chorus:}
I need a hero
I'm holding out for a hero 'til the end of the night
He's gotta be strong
And he's gotta be fast
And he's gotta be fresh from the fight
I need a hero
I'm holding out for a hero 'til the morning light
He's gotta be sure
And it's gotta be soon
And he's gotta be larger than life

Somewhere after midnight
In my wildest fantasy
Somewhere just beyond my reach
There's someone reaching back for me
Racing on the thunder end rising with the heat
It's gonna take a superman to sweep me off my feet

{repeat Chorus}

Up where the mountains meet the heavens above
Out where the lightning splits the sea
I would swear that there's someone somewhere
Watching me

Through the wind end the chill and the rain
And the storm and the flood
I can feel his approach
Like the fire in my blood" (source)

Footloose - Holding out for a hero (Bonnie Tyler)

L'art mateur

28/05/2007 00:24
1.038 lectures
Ou comment passer d'une manifestation culturelle avec des oeuvres d'art exposées sur les berges d'un canal au naufrage du Titanic...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/27.05.2007-050...

"J'aurais voulu être un artiste
Pour pouvoir faire mon numéro
Quand l'avion se pose sur la piste
A Rotterdam ou à Rio
J'aurais voulu être un chanteur
Pour pouvoir crier qui je suis
J'aurais voulu être un auteur
Pour pouvoir inventer ma vie
Pour pouvoir inventer ma vie

J'aurais voulu être un acteur
Pour tous les jours changer de peau
Et pour pouvoir me trouver beau
Sur un grand écran en couleur
Sur un grand écran en couleur

J'aurais voulu être un artiste
Pour avoir le monde à refaire
Pour pouvoir être un anarchiste
Et vivre comme un millionnaire
Et vivre comme un millionnaire

J'aurais voulu être un artiste....
Pour pouvoir dire pourquoi j'existe"

Coup bas libre ?

24/05/2007 00:01
1.064 lectures
La baie des cochons strasbourgeois ? En tout cas, débarquement sur nos murs de quelques fidèles...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/05.04.2007-003...

Cuba no ?

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/20.05.2007-017...

"Que je devienne un jour un vieux singe ridé
Que le ciel de Cuba se brise comme verre
Je sais que l'on peut vivre ici pour une idée
Mais ceci est une autre affaire

Cuba, Cuba, Cuba sí
Cuba, Cuba sí
Cuba, Cuba, Cuba sí
Cuba, Cuba... sí"

Natural Borné Killer

23/05/2007 00:01
1.048 lectures
23 mai 1934 : "Bonnie Parker et Clyde Barrow, 24 et 25 ans, tombent dans un guet-apens tendu par les policiers sur une petite route de Louisiane. Ils sont tués par balles sans sommation et on compte 167 impacts dans la carrosserie de leur voiture. Ainsi s'achève la vie des deux célèbres amants criminels du Texas, une vie d'attaques à main armée, de cambriolages et de fuite incessante,"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/05.04.2007-015...

"... De toute façon
Ils ne pouvaient plus s'en sortir
La seule solution
C'était mourir
Mais plus d'un les a suivis
En enfer
Quand sont morts
Barrow et Bonnie Parker

Bonnie and Clyde
Bonnie and Clyde"

Politik taklée

10/05/2007 00:01
3.402 lectures
takl, on t'a reconnu...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/08.05.2007-043...

"Allez patron encore un verre
Pour oublier une vie amère
Allez patron encore un coup
Juste de quoi tenir le coup !

Allez patron fais-moi confiance
On va boire à la déchéance
Allez patron sers mes amis
Même si ce sont des insoumis

Encore une bière
Encore une bière
Allez patron encore une bière ! {x2}

Allez patron sers-moi à boire
Pour oublier tous mes cauchemars
Allez patron soyons amis
Le monde n'est pas un paradis !

Allez patron buvons ensemble
Le dernier verre qui nous rassemble
Allez patron c'est ta tournée
Nous on est jeunes on n'a pas d'blé !

Encore une bière
Encore une bière
Allez patron encore une bière ! {x2}

Encore une bière
Encore une bière
Pour tous les miens pour tous mes frères

Encore une bière
Encore une bière
Allez patron encore, encore une bière ! {x2}" (source)

Les Sales Majestés, Encore une bière

Pas de pot

28/04/2007 08:55
379 lectures
"J'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joie
C'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choix
J'suis pas au bout d'mes surprises, là d'sus y'a aucun doute
Et tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma route"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/27.04.2007-008...

"You said you couldn't stay
You've seen it all before, I know
They sold you on their way
Oh honey that's ok

No harm, he's armed
Setting off all your alarms
When I found out
I hope it's you who's set this trap

And storefronts rarely change
At least I'm on my own again
Instead of anywhere with you
Ah tell me it's all the same

And I lost my page again
I know this is surreal
But I'll try my luck with you
This life is on my side
I am your one
Believe me this is a chance

Lets see what's for sale
He's trying not to give his job a chance
It's never going to be
It's sad but I agree
The signals don't seem right
It lasts for just one night, and then
I'm sorry that I said that we were just good friends

No harm, he's armed
Setting off all your alarms
Entranced, I couldn't be there in time
Now think about that

And I lost my page again
I know this is surreal
But I'll try my luck with you
This life is on my side
And I am your one
Believe me this is a chance"

The Strokes, Trying your luck

Sous rire, le retour

15/04/2007 11:26
531 lectures
Il y a un an, une photo illustrait un billet, suite à la découverte d'un message à la craie sur un mur : "il y a ton sourire"

Un an après, des messages identiques refleurissent, preuve que rien n'a changé...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/04.03.2007-013...

D'autres l'ont d'ailleurs remarqué, puisqu'un dialogue s'installe, avec notamment un "mais quel sourire ?!" limite excédé, entraînant la réponse de notre amoureux, ou d'un troisième intervenant, compréhensif :

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/04.03.2007-012...

"Ce matin au réveil
Quand j'me suis retournée
Quelle fut pas ma surprise !
C'est sur toi que je suis tombée
Moi qui voulais pas sortir
Y a des jours comme ça
Moi qui voulais juste dormir
Et maintenant, t'es là !

Chut ! Ne dis rien
Reste encore mystérieux
Chut ! Ne bouge pas
Je suis si bien dans tes yeux

Quelle heure et quel jour on est ?
J'oublie toujours
Est-ce l'hiver ? Est-ce l'été ?
Je m'en rappelle jamais
Comment on s'est r'trouvés là ?
Laisse-moi deviner
Pour une fois qu'j't'attendais pas
Et maintenant, ça y est !

Chut ! Ne dis rien
Dans tes yeux, je vois l'jour
Chut ! Ne bouge pas
Reste encore mon amour

Je suis une femme dangereuse
Vraiment infréquentable
Je suis une femme amoureuse
Vraiment incontrôlable

Chut ! Ne dis rien
Reste encore dans mon lit
Chut ! Ne bouge pas
Tu t'appelles chéri et
Dans tes bras je suis bien

Oui ! Ne dis rien
Laisse-moi me réveiller
Chut ! Ne bouge pas
Laisse-moi encore rêver
Chut !" (source)

Adrienne Pauly, Chut

Dense avec moi ?

09/03/2007 00:01
1.443 lectures
"Vivre intensément ne signifie pas vivre chaque jour comme si c'était le dernier mais comme si c'était le premier"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/04.03.2007-001...

"The mind has so many pictures
Why can't I sleep with my eyes open
The mind has so many memories
Can you remember what it looks like when I cry

I'm Trying, trying to tell you
All that I can in a sweet and velvet tongue
But no words ever could sell you
Sell you on me after all that I have done

I'm only the one you love
Am I only the one you love ?
The Lady Gloom and her hornets circling round
Is now before us, the screaming's done without moving
One little move and for sure you will be stung

I'm singing "Oh, Jerusalem oh, Jerusalem
See what he's picked up in the park"
Let's f**k this awful art party
Want you to make love to me and only to me in the dark

I'm only the one you love
Am I only the one you love ?

We've traded in our snap shots
We're going through the motions
Into the view, I'm leaving you
Down Conduit Avenue into the early morning
Into the early morning
The one I love
Are you only the one I love ?" (source)

Po(hér)ésie du matin

04/03/2007 10:54
1.108 lectures
Retur des promenades matinales et déjà printanières...

"On se demande parfois si la vie a un sens... et puis on rencontre des êtres qui donnent un sens à la vie"

https://racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/04.03.2007-003-17cd0.jpg

"C'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des jours
Voire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujours
Une route pleine de virages, des trajectoires qui dévient
Un ch'min un peu bizarre, un peu tordu comme la vie
Evidemment j'étais pas tout seul, j'avais envie d'faire connaissance
Y'avait un tas d'personnes et personne marchait dans l'même sens
Alors j'continuais tout droit mais un doute s'est installé
Je savais pas c'que j'foutais là, encore moins où j'devais aller
Mais en ch'min au fil du temps j'ai fait des sacrées rencontres
Des trucs impressionants, faut absolument qu'j'vous raconte
Ces personnages que j'ai croisé c'est pas vraiment des êtres humains
Tu peux parler avec eux mais jamais leur serrer la main
Tout d'abord sur mon parcours j'ai rencontré l'innocence
Un être doux, très gentil mais qui manque un peu d'expérience
On a marché un p'tit moment, moins longtemps que c'que j'aurais cru
J'ai rencontré d'autres éléments et l'innocence a disparue
Un moment sur mon ch'min, j'ai rencontré le sport
Un mec physique, un peu grande gueule mais auprès d'qui tu d'viens fort
Pour des raisons techniques on a du s'quitter c'était dur
Mais finalement c'est bien comme ça, puis l'sport ça donne des courbatures
J'ai rencontré la poésie, elle avait un air bien prétentieux
Elle prétendait qu'avec les mots on pouvait traverser les cieux
J'lui ai dit j't'ai d'jà croisée et franchement tu vaux pas l'coup
On m'a parlé d'toi à l'école et t'avais l'air vraiment relou
Mais la poésie a insisté et m'a rattrapé sous d'autres formes
J'ai compris qu'elle était cool et qu'on pouvait braver ses normes
J'lui ai d'mandé tu penses qu'on peux vivre ensemble ? J'crois qu'j'suis accroc
Elle m'a dit t'inquiêtes le monde appartient à ceux qui rêvent trop
Puis j'ai rencontré la détresse et franchement elle m'a saoulé
On a discuté vite fait mais rapidement je l'ai r'foulée
Elle a plein d'certitudes sous ses grands airs plein d'tension
Mais vous savez quoi ? La détresse, elle a pas d'conversations
Un moment sur ma route j'ai rencontré l'amour
J'lui ai dit tient tu tombes bien, j'veux t'parler d'puis toujours
Dans l'absolu t'es une bonne idée mais dans les faits c'est un peu nul
Tu pars en couille une fois sur deux faudrait qu'tu r'travaille ta formule
L'amour m'a dit écoute petit ça fait des siècles que j'fais mon taff
Alors tu m'parles sur un autre ton si tu veux pas t'manger des baffes
Moi j'veux bien être gentille mais faut qu'chacun y mette du sien
Les humains n'font aucun effort et moi j'suis pas un magicien
On s'est embrouillé un p'tit moment et c'est là qu'j'me suis rendu compte
Que l'amour était sympa mais que quand même il s'la raconte
Puis il m'a dit qu'il d'vait partir, il avait des rendez-vous par centaine
Que ce soir il d'vait diner chez sa d'mi-soeur : la haine
Avant d'partir j'ai pas bien compris, il m'a conseillé d'y croire toujours
Puis s'est éloigné sans s'retourner, c'était mes derniers mots d'amour
J'suis content d'l'avoir connu, ça j'l'ai bien réalisé
Et je sais qu'un d'ces quatre on s'ra amené à s'recroiser
Un peu plu stard sur mon ch'min j'ai rencontré la tendresse
Ce qui reste de l'amour derrière les barrières que le temps dresse
Un peu plus tard sur mon ch'min j'ai rencontré la nostalgie
La fiancée des bons souvenirs qu'on éclaire à la bougie
Assez tôt sur mon parcours j'avais rencontré l'amitié
Et jusqu'à c'jour, elle marche toujours à mes côtés
Avec elle j'ma tape des barres et on connait pas la routine
Maintenant c'est sûr, l'amitié, c'est vraiment ma meilleure copine
J'ai rencontré l'avenir mais il est resté très mystérieux
Il avait la voix déformée et un masque sur les yeux
Pas moyen d'mieux l'connaitre, il m'a laissé aucune piste
Je sais pas à quoi il r'semble mais au moins j'sais qu'il existe
J'ai rencontré quelques peines, j'ai rencontré beaucoup d'joie
C'est parfois une question d'chance, souvent une histoire de choix
J'suis pas au bout d'mes surprises, là d'sus y'a aucun doute
Et tous les jours je continue d'apprendre les codes de ma route

C'était sur une grande route, j'marchais là d'puis des jours
Voire des s'maines ou des mois, j'marchais là d'puis toujours
Une route pleine de virage, des trajectoires qui dévient
Un ch'min un peu bizarre, un peu tordu, un peu comme la vie." (source)

Grand Corps Malade, Rencontres

Clip... clap

23/02/2007 00:01
393 lectures
Clope ?

"Le Temps n'a d'autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres."

Clopin-clopant... Surtout le clip d'ailleurs...



"Si je m'arrête un instant
Pour te parler de ma vie
Juste comme ça tranquillement
Dans un bar rue St-Denis
J'te raconterai les souv'nirs
Bien gravés dans ma mémoire
De cette époque où vieillir
Était encore bien illusoire
Quand j'agaçais des p'tites filles
Pas loin des balançoires
Et que mon sac de billes
Devenait un vrai trésor
Ces hivers enneigés
A construire des igloos
Et rentrer les pieds g'lés
Juste à temps pour Passe-Partout
Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester
De la p'tit'école et d'la cour de récré ?
Quand les avions en papier ne partent plus au vent
On se dit que l'bon temps passe final'ment
Comme une étoile filante

Si je m'arrête un instant
Pour te parler de la vie
Je constate que bien souvent
On choisit pas mais on subit
Et que les rêves des ti-culs
S'évanouissent ou se refoulent
Dans cette réalité crue
Qui nous embarque dans le moule
La trentaine, la bedaine
Les morveux, l'hypothèque
Les bonheurs et les peines
Les bons coups et les échecs
Travailler, faire d'son mieux
N'arracher, s'en sortir ("n'arracher" c'est une contraction de "en arracher", avoir de la difficulté)
Et espérer être heureux
Un peu avant de mourir
Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester
De not' p'tit passage dans ce monde effréné
Après avoir existé pour gagner du temps
On s'dira que l'on était final'ment
Des étoiles filantes

Si je m'arrête un instant
Pour te parler de la vie
Juste comme ça, tranquillement
Pas loin du Carré Saint Louis
C'est qu'avec toi je suis bien
Et qu'j'ai pu l'goût d'm'en faire
Parce que tsé voir trop loin
C'pas mieux qu'd'regarder en arrière
Malgré les vieilles amertumes
Et les amours qui passent
Les chums qu'on perd dans brume
Et les idéaux qui se cassent
La vie s'accroche et renaît
Comme les printemps reviennent
Dans une bouffée d'air frais
Qui apaise les coeurs en peine
Ça fait que si à soir t'as envie de rester
Avec moi la nuit est douce on peut marcher
Et même si on sait ben que tout dure rien qu'un temps
J'aimerais çà que tu sois pour un moment
Mon étoile filante

Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester

Mais au bout du ch'min dis-moi c'qui va rester

Que des étoiles filantes" (source)

Les Cowboys Fringants, Les étoiles filantes

Dream her

17/02/2007 00:01
476 lectures
Nan mais franchement, une enseigne comme ça avec un nom et un slogan comme ça à deux pas de chez moi, ils auraient voulu le faire exprès qu'ils n'auraient pas réussi, si ?

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/23.04.06--2--c...

"On vous souhaite tout le bonheur du monde
Et que quelqu'un vous tende la main
Que votre chemin évite les bombes
Qu'il mène vers de calmes jardins.

On vous souhaite tout le bonheur du monde
Pour aujourd'hui comme pour demain
Que votre soleil éclaircisse l'ombre
Qu'il brille d'amour au quotidien.

Puisque l'avenir vous appartient
Puisqu'on n'contrôle pas votre destin
Que votre envol est pour demain
Comme tout c'qu'on a à vous offrir
Ne saurait toujours vous suffir
Dans cette liberté à venir
Puisque on sera pas toujours là
Comme on le fut aux premiers pas.

{Refrain}

Toute une vie s'offre devant vous
Tant de rêves a vivre jusqu'au bout
Surement plein de joie au rendez-vous
Libre de faire vos propres choix
De choisir qu'elle sera votre voie
Et où celle-ci vous emmenera
J'espère juste que vous prendrez le temps
De profiter de chaque instant.

{Refrain}

Ché pas quel monde on vous laissera
On fait d'notre mieux, seulement parfois,
J'ose espérer que c'la suffira
Pas à sauver votre insoucience
Mais à apaiser notre conscience
Aurais-je le droit de vous faire confiance...

{Refrain}" (source)

Petit clin d'oeil pour chris, entres autres...

Tours niqué

11/02/2007 12:06
299 lectures
Ou ce à quoi vous avez échappé...

Tours nan, merci
2-1 : à double Tours
Un petit Tours et puis s'en va
Tours nage... clap
Tours noyé... glouglou !
Tour de rein, Tours de rien
A chacun son Tours
A Tours de drôle

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/11.06.2006-009...

"J'ai pas un rond, pis à vrai dire, chu pomal paumé
C'est vrai qu'j'ai pas travaillé bin bin fort c't'année
J'fais d'la musique a'ec des chums dans un vieux logement
Pis entre tout ça, j'pense à toi d'temps en temps

Viens donc faire un p'tit tour dans mon appartement frette
On s'gèle le cul, mais c'pas grave, on s'collera en d'ssous des couvertes
Viens donc faire un p'tit tour dans mon appartement frette
Pis si d'main tu m'aimes encore j'frai p't'être réparer la chauffrette

Chez nous c'pas propre: c't'à limite du taudis
Les murs sont en cartons a'ec d'la vieille tapisserie
Fait attention en entrant pour pas faire de bruit
Parce que mon coloc travaille sul chiffre de nuit

Viens donc faire un p'tit tour dans mon appartement frette
On s'gèle le cul, mais c'pas grave, on s'collera en d'ssous des couvertes
Viens donc faire un p'tit tour dans mon appartement frette
Pis si d'main tu m'aimes encore j'frai p't'être réparer la chauffrette

Si dans soirée tu t'es pas déjà poussée
Y me reste du pain, j'te f'rai des toats pis du café
C'est tout c'que j'peux t'offrir, y a rien dans le garde-manger
J'espère qu'un de ces quatre que j'puisse te redemander

Viens donc faire un p'tit tour dans mon appartement frette
On s'gèle le cul, mais c'pas grave, on s'collera en d'ssous des couvertes
Viens donc faire un p'tit tour dans mon appartement frette
Pis si d'main tu m'aimes encore j'frai p't'être réparer la chauffrette

Viens donc faire un p'tit tour dans mon appartement frette
On s'gèle le cul, mais c'pas grave, on s'collera en d'ssous des couvertes
Viens donc faire un p'tit tour dans mon appartement frette
Pis si d'main tu m'aimes encore j'frai p't'être réparer la chauffrette" (source)

Les Cowboys Fringants, "un p'tit tour"

Tu rêves Herbert !

09/02/2007 00:01
310 lectures
"Soyons raisonnable, demandons l'impossible"

Oui bah prendre une jolie photo c'est possible...
Regarder les flocons danser sur la lumière dans la nuit aussi...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/p1040876-35b73.jpg

"Sans en attendre rien
Mais pour le plaisir
Regarder une fille dans la rue et se dire
Qu'elle est belle
Sans même aller plus loin
Mais pour le plaisir
En passant simplement lui sourire

Pour le plaisir
Il faut savoir prendre le temps
De refaire d'un homme un enfant
Et s'éblouir

Pour le plaisir
S'offrir ce qui n'a pas de prix
Un peu de rêve à notre vie
Et faire plaisir
Pour le plaisir

Ne plus courber le dos
Même pour réussir
Préférer être bien dans sa peau que sourire
Sur commande
Avoir pendant des mois
Trimé comme un fou
Et un soir tout claquer d'un seul coup ...

Pour le plaisir ne plus courir, ne plus compter
Prendre la vie du bon cote
Pour le plaisir

Pour le plaisir
On peut aussi tout foutre en l'air
Faire souffrir comme on a souffert
Et revenir

Pour le plaisir
Oublier qu'on a dit un jour
Ça sert à rien les mots d'amour
Et te les dire
Pour le plaisir" (source)

Herbert Léonard, Pour le plaisir

Smile, eh !

08/02/2007 00:01
337 lectures
"Un sourire ne coûte rien, mais il rapporte beaucoup ; il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/p1040854-2809b.jpg

"When you're smilin'....keep on smilin'
The whole world smiles with you
And when you're laughin'....keep on laughin'
The sun comes shinin' through

But when you're cryin'.... you bring on the rain
So stop your frownin'....be happy again
Cause when you're smilin'....keep on smilin'
The whole world smiles with you

(instrumental break)
Oh when you're smilin'....keep on smilin'
The whole world smiles with you
Ah when you're laughin'....keep on laughin'
The sun comes shinin' through

Now when you're cryin'.... you bring on the rain
So stop that sighin'....be happy again
Cause when you're smilin'....just keep on smilin'
And the whole world gonna smile with

The great big world will smile with

The whole wide world will smile with you" (source)

Louis Armstrong, When your smiling

Snow bord

05/02/2007 00:01
419 lectures
Y paraît que plus on a de toits, plus on a de neige...
Boah...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/p1040865-c734b.jpg

"Marilou repose sous la neige
Et je me dis et je me redis
De tous ces dessins d'enfant que n'ai-je
Pu préserver la fraîcheur de l'inédit

De ma Lou en bandes dessinées je
Parcourais les bulles arrondies
Lorsque je me vis exclu de ses jeux
Erotiques j'en fis une maladie

Marilou se sentait pris au piège
Tous droits d'reproduction interdits
Moi naïf j'pensais que me protégeaient
Les droits du copyright opéra mundi

Oh ma Lou il fallait que j'abrège
Ton existence c'est ainsi
Que Marilou s'endort sous la neige
Carbonique de l'extincteur d'incendie" (source)

Serge Gainsbourg, Marilou sous la neige

Fée d'hiver

02/02/2007 00:01
303 lectures
"Fées répandez partout la rosée sacrée des champs..."

"LOS ANGELES (AFP) - Cinq personnes arrêtées en flagrant délit de cambriolage en Californie (ouest) risquent en outre des poursuites pour cruauté envers animal, le chihuahua de la maison dans laquelle ils s'étaient introduits ayant été retrouvé dans un congélateur, a annoncé jeudi la police.
L'incident s'est produit à Lancaster, à 80 km au nord de Los Angeles. Appelée mercredi matin sur les lieux d'un cambriolage, la police a arrêté un adulte et quatre adolescents, pris sur le fait.

Mais l'occupante de la maison a signalé que son petit chien avait disparu. L'animal a finalement été retrouvé dans un congélateur. Il devrait survivre, selon le vétérinaire qui l'a examiné.

Le code pénal californien prévoit un an de prison et jusqu'à 20.000 dollars d'amende pour les personnes reconnues coupables de cruauté envers animal."

Oh, chiwawa !

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/p1040952-ad581.jpg

"... Chiwawa here
Chiwawa there
Everybody wants it
everywhere
Sing it loud
And life can be so easy

What can make you
move, Chiwawa
Can you feel the groove Chiwawa
What can make you dance
Chiwawa
Oh Chiwawa!
What can make you sing Chiwawa
Take it and you win
Chiwawa
What can bring you joy Chiwawa
Oh Chihuahua !"

Terre... horizon...

01/02/2007 00:01
295 lectures
Terrorisons ? Un peu visiblement...
Terreur ? Taire, heurt, oui...
Petite mise au point, réglage des objectifs et... clic. Claque, work goes on

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/p1040936-b7ea1.jpg

"Dans les ténèbres j'ai contre-plongé,
J'ai du mal viser ou bien mal cadrer
J'ai pourtant le bonheur dans l'objectif,
J'ai brûlé tous les négatifs,

Malgré les mises au point,
Je suis floue.
Malgré les mises au point,
Je suis floue.

Le temps des rêves passe comme un bolide,
Dans l'instantané d'un polaroïd,
J'ai l'impression d'une vie de cliché,
Montrant mon coeur surexposé.

Malgré les mises au point,
Je suis floue.
Malgré les mises au point,
Je suis floue." (source)

Pauline Croze, Je suis floue

Rabais-joie

11/01/2007 00:01
335 lectures
Avec tout ça, on en aurait presque oublié que c'est le retour des soldes. Avec tout le bordel que ça implique...

Et quand Brad rit...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/18.01.06-001-3...

"There you come again, I see you're having your everlasting smile on your
face, like now n' then.
I cannot hide, I cannot fight, I cannot go, you know, you know, you
know,
hey, do you know
that you do not have to entertain anybody, that you do not have to
entertain my cat,
if you don't want that, yeah.
It seems that you don't know that you're twisted by your nature n'
that's the reason
I hate ya.

I'm gone, I can't stay another day.
Roll my mind, hold my hands up in the air.

So here it comes now - a couple of hard words, yah, yah, I know this
hurts but I'm so, so happy.
'cos you, oh yes, yes, you do really deserve this. Shed a tear when you
want me to stop.
So many times you have made people cry. So many lies, why I'm asking.
I'm the one who will say, hey get out of my way, because you're twisted.
Oh yes you are." (source)

The Rasmus, Sold

Zénith, zen niet ?

Si, si... Doucement, il sort du sol et monte vers le ciel, même si les habitués des enceintes sportives, et particulièrement des stades de foot, ne seront pas spécialement impressionnés...

On met son petit casque et on écoute les explications... Une centaine de travailleurs sont à pied d'oeuvre pour finir le projet à l'automne, avec les premiers spectacles prévus à l'hiver 2008... Le Zénith sera susceptible d'accueillir entre 1661 (mini) et 9975 (maxi) personnes...

Un petit article sur le Zénith, avec plans et interview...

Et le site de la société qui sera en charge de l'exploitation...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/strasbourgg-16...

"Un canard dans le café.
J'ai du mal à digérer, parfois,
Tous les papiers mâchés
Qui se prennent à mon filet
De voix. Pauvre pêcheur,
Fallait lire entre mes lignes,
Pas mordre à mes sautes d'humeur
Même si je n'en suis pas digne.

Fallait rester Zen. Soyons Zen,
Du sang froid dans les veines, soyons Zen
Plus de choc à la chaîne.
Zen, restons Zen,
Du calme à la vie comme à la scène,
Sans amour et sans haine.

J'suis pas dans l'vent des guignols,
De ces joueurs en fond de court,
De ceux qui, pour un p'tit bout d'atoll,
Sont prêts à larguer les amours,
Tous ces maîtres-chanteurs
Qui manquent de coffre et de hauteur.
C'est facile de compter les erreurs
Quand on ne joue pas la scène.

L'erreur est humaine. Soyons Zen.
Du sang froid dans les veines. Soyons Zen
Plus de choc à la chaîne.
Zen, restons Zen.
Du calme à la vie comme à la scène,
Sans amour et sans haine.
Zen, Zen,
Zen, Zen.

Zen, restons Zen.
Du sang froid dans les veines, Zen
Plus de choc à la chaîne, Zen.
Du calme à la vie comme à la scène,
Sans amour et sans haine,
Zen,
Sans amour et sans haine,
Zen,
Sans amour et sans haine,
Soyons Zen,
Zen." (source)

Zazie, Zen

Qui en voeux ?

09/01/2007 00:01
358 lectures
J'ai du me taper au moins 300 cartes de voeux et quand 20 personnes de la même boîte envoient la même, force est de constater que c'est pas toujours très original. C'est pourtant pas compliqué de choisir une jolie photo, si ?

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/22.11.2005-079...

"You a go tired fe see me face
Can't get me out of the race
Oh man you said I'm in your place
A make you draw bad card
And then you draw bad card (repeat)

Propaganda spreading over my name
Say you want to bring another life to shame
Oh man you just playing a game
And then you draw bad card, draw bad card
A make you draw bad card, draw bad card
A make you draw bad card

I want to disturb my neighbor
Cause I'm feeling so right
I want to turn up my disco
Blow them to full Watts tonight
In a rub-a-dub style, in a rub-a-dub style
In a rub-a-dub style, in a rub-a-dub style

Cause we guarding the palace so majestic
Guarding the palace so realistic
Them a go tired fe see we face, oh yeah
Me say them can't get we out of the race
Oh man it's just a big disgrace

The way you draw bad card, draw bad card
The way you make wrong moves, make wrong moves
The way you draw bad card, draw bad card
A make you draw bad card, draw bad card
A make you draw bad card
In a rub-a-dub style, in a rub-a-dub style" (source)

Bob Marley, Bad card

Lampe d'achevé

07/01/2007 00:01
971 lectures
Il paraît qu'il en faut pour tous les goûts...
Ote ta lampe, que je guette, comme dirait l'autre (amis du contrepet, lâchez-vous...)

L'occasion, en cherchant une idée stupide pour agrémenter un jeu de mot tout aussi débile, de tomber sur cette petite perle de... heu... comment ils disent ? Ah oui, bon goût, avec une page d'accueil ma foi fort alléchante...

Le monde est fou, et c'est pas près de s'arranger...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/expo-centenair...

"Oh I wish I was a punk rocker with flowers in my hair
In '77 and '69 revolution was in the air
I was born too late into a world that doesn't care
Oh I wish I was a punk rocker with flowers in my hair

When the head of state didn't play guitar
Not everybody drove a car
When music really mattered and when radio was king
When accountants didn't have control
And the media couldn't buy your soul
And computers were still scary and we didn't know everything

[Chorus]

When pop stars still remained a myth
And ignorance could still be bliss
And when god saved the queen she turned a whiter shade of pale
My mom and dad were in their teens
And anarchy was still a dream
And the only way to stay in touch was a letter in the mail

[Chorus]

When record shops were still on top
And vinyl was all that they stocked
And the super info highway was still drifting out in space
Kids were wearing hand me downs
And playing games meant kick arounds
And footballers still had long hair and dirt across their face

[Chorus]

I was born too late into a world that doesn't care
Oh I wish I was a punk rocker with flowers in my hair" (source)

Sandi Thom, I wish I was a punk rocker

Le bâti ment

05/01/2007 00:01
305 lectures
Ou pas...

Certains bâtiments font partie de notre quotidien. Familiers, ils deviennent pourtant mystérieux quand on s'arrête un beau jour pour les regarder et découvrir qu'on ne sait rien d'eux finalement. Comme pour les gens...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/06.08.05-004-5...

"An old man, turned 98
He won the lottery, and died the next day
It's a black fly in your chardonnay
It's a death row pardon, two minutes too late
And isn't it ironic?
Don't you think?

It's like rain, on your wedding day
It's a free ride, when you've already paid
It's the good advice, that you just didn't take
And who would've thought? It figures

Mr. Play-It-Safe, was afraid to fly
He packed his suitcase, and kissed his kids goodbye
He waited his whole damn life, to take that flight
And as the plane crashed down he thought, "Well isn't this nice?"
And isn't it ironic?
Don't you think?

It's like rain, on your wedding day
It's a free ride, when you've already paid
It's the good advice, that you just didn't take
And who would've thought? It figures

Well life has a funny way of sneaking up on you
When you think everything's okay and everything's going right
And life has a funny way of helping you out
When you think everything's gone wrong and everything blows up in your face

A traffic jam, when you're already late
A "No smoking" sign, on your cigarette break
It's like ten thousand spoons, when all you need is a knife
It's meeting the man of my dreams, and then meeting his beautiful wife
And isn't it ironic?
Don't you think?
A little too ironic?
Yeah I really do think

It's like rain, on your wedding day
It's a free ride, when you've already paid
It's the good advice, that you just didn't take
And who would've thought?
It figures

Life has a funny way of sneaking up on you
And life has a funny, funny way, of helping you out
Helping you out" (source)

Alanis Morissette, Ironic

J'en voeux pas

31/12/2006 16:17
666 lectures
"Janvier est le mois où l'on offre ses meilleurs voeux à ses amis. Les autres mois sont ceux où ils ne se réaliseront pas"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/25.11.2006-028...

"Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balle.
Tu voudrais donner des yeux a la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.

Antisocial, tu perds ton sang froid.
Repense a toutes ces annees de service.
Antisocial, bientot les annees de sevices,
Enfin le temps perdu qu'on ne rattrape plus.

Ecraser les gens est devenu ton passe-temps.
En les eclaboussant, tu deviens genant.
Dans ton desespoir, il reste un peu d'espoir
Celui de voir les gens sans fard et moins batards.
Mais cesse de faire le point, serre plutot les poings,
Bouge de ta retraite, ta conduite est trop parfaite
Releve la gueule, je suis la, t'es pas seul
Ceux qui t'enviaient, aujourd'hui te jugeraient.

Tu bosses toute ta vie pour payer ta pierre tombale,
Tu masques ton visage en lisant ton journal,
Tu marches tel un robot dans les couloirs du metro,
Les gens ne te touchent pas, il faut faire le premier pas,
Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle,
Impossible d'avancer sans ton gilet pare-balle.
Tu voudrais donner des yeux a la justice
Impossible de violer cette femme pleine de vices.
Antisocial, antisocial, antisocial, antisocial" (source)

Trust, Antisocial

Rrrr'âge

19/12/2006 06:18
372 lectures
"Ces douleurs ne sont pas calmées par le repos mais au contraire sont plus importantes la nuit et le matin au réveil." Merci Doctissimo...

"Ce sera ça la vieillesse. Des douleurs partout dans le corps et une maison vide autour."

Putain de corps, putain de coeur. Putain de prisons...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/31.08.2006-016...

"Lève toi c'est décidé
Laisse-moi te remplacer
Je vais prendre ta douleur

Doucement sans faire de bruit
Comme on réveille la pluie
Je vais prendre ta douleur

Elle lutte elle se débat
Mais ne résistera pas
Je vais bloquer l'ascenseur...
Saboter l'interrupteur

Mais c'est qui cette incrustée
Cet orage avant l'été
Sale chipie de petite soeur ?

Je vais tout lui confisquer
Ses fléchettes et son sifflet
Je vais lui donner la fessée...
La virer de la récrée

Mais c'est qui cette héritière
Qui se baigne qui se terre
Dans l'eau tiède de tes reins ?

Je vais la priver de dessert
Lui faire mordre la poussière
De tous ceux qui n'ont plus rien...
De tous ceux qui n'ont plus faim

Dites moi que fout la science
A quand ce pont entre nos panses ?
Si tu as mal là où t'as peur
Tu n'as pas mal là où je pense !

Qu'est-ce qu´elle veut cette conasse
Le beurre ou l'argent du beurre
Que tu vives ou que tu meurs ?

Faut qu'elle crève de bonheur
Ou qu'elle change de godasses
Faut qu'elle croule sous les fleurs
Change de couleur...
Je vais jouer au docteur

Dites moi que fout la science
A quand ce pont entre nos panses ?
Si tu as mal là où t'as peur
Tu n'as pas mal là où je chante !" (source)

Camille, Ta douleur

King Kongdom of heaven

04/12/2006 00:01
976 lectures
marc, je te proute !

Cela a commencé par le gros kiki noir qui croque de l'indigène sacrifié en se tapant le torse poilu et s'éclate quelques dinos, poursuivi par un pianiste hagard accompagné notamment d'un baroudeur grognard aux airs de José Bové qui perd son pote chinois avant de se faire avaler par un vers de terre. Pendant ce temps, la blonde jongle dans la jungle ou escalade un building en ouvrant la bouche. Les gros hippo-diplos s'empilent comme des chamallow écrasés, et on sait maintenant que c'est à cause d'un anti-héros qui reçoit habituellement le journal du lendemain avant sa parution (ça a l'air décousu comme ça, mais en fait pas du tout, c'est la faute du réalisateur).
Ensuite, il y a eu le western rythmé, avec l'Arme Fatale pas encore bedonnant ni hébété, le Robin des Bois de Waterworld en jeune chien fou et d'autres garçons de vaches vachement forts (même que tous les méchants y sont tous morts...). L'important, c'est que les gentils gagnent en musique finalement, le gros sadique au sourire Colgate ne faisant pas long feu (fallait pas menacer la naine, gros nigaud)...
Puis le Pirate des Caraibes est allé défendre Jérusalem, après avoir commencé, encore, en forgeron blasé. Remarque, il a pas les oreilles en antenne à la Spock cette fois, et c'est pas le fils d'un boucanier boiteux mais d'un Rob Roy croisé. Enfin bref, il fait la nique aux Sarrasins et à Saladin, qui ne lui en veut d'ailleurs pas, même s'il lui explose ses tours. Si le méchant rougeaud n'avait pas décapité sa soeur et que l'homme au masque de fer n'était pas mort, tout ça ne serait peut-être pas arrivé finalement...
Pour finir, une Amélie claudiquante prend son sourire pincé pour retrouver son MMM (ce qui n'est ni un mm's ni un mms, anachronisme oblige) pendant que son oncle se fait niquer son gravier par un facteur des bois tendance Polnareff rétro. « Bah pourquoi tu pleures ?», qu'il demande l'amnésique à la fin. Et elle, elle le regarde, elle le regarde...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/24.04.06-001-2...

"This could be heaven
This could be heaven
This could be heaven for everyone

In these days of cool reflection
You come to me and everything seems alright
In these days of cold affections
You sit by me - and everything's fine

This could be heaven for everyone
This world could be fed, this world can be fun
This could be heaven for everyone
This world could be free, this world can be one

In this world of cool deception
Just your smile can smooth my ride
These troubled days of cruel rejection, hmm
You come to me, soothe my troubled mind

Yeah, this could be heaven for everyone
This world could be fed, this world can be fun
This should be love for everyone,
This world should be free, this world can be one
We should bring love to our daughters and sons
Love, love, love, this could be heaven for everyone
You know that
This could be heaven for everyone
This could be heaven for everyone

Listen - what people do to other souls
They take their lives - destroy their goals
Their basic pride and dignity
Is stripped and torn and shown no pity
When this should be heaven for everyone"

Queen...

Le loco motive...

03/12/2006 09:54
415 lectures
Ou pas ! Así es la vida loca, loca, loca...

"Quand vous verrez la lumière au bout du tunnel, priez pour que ce ne soit pas le train"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/01.09.2006-200...

"J'crois que les histoires d'amour c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Les trains démarrent souvent au moment où l'on s'y attend le moins,
Et l'histoire d'amour t'emporte sous l'oeil impuissant des témoins,
Les témoins c'est tes potes qui te disent au revoir sur le quai,
Ils regardent le train s'éloigner avec un sourire inquiet,
Toi aussi tu leur fais signe et tu imagines leurs commentaires,
Certains pensent que tu te plantes et que t'as pas les pieds sur terre,
Chacun y va de son pronostic sur la durée du voyage,
Pour la plupart le train va derailler dès le premier orage.

Le grand amour change forcément ton comportement,
Dès le premier jour faut bien choisir ton compartiment,
Siège couloir ou contre la vitre il faut trouver la bonne place,
Tu choisis quoi une love story de première ou d'seconde classe.

Dans les premiers kilomètres tu n'as d'yeux que pour son visage,
Tu calcules pas derrière la fenêtre le défilé des paysages,
Tu te sens vivant tu te sens léger tu ne vois pas passer l'heure,
T'es tellement bien que t'as presque envie d'embrasser le controleur.

Mais la magie ne dure qu'un temps et ton histoire bât de l'aile,
Toi tu te dis que tu n'y est pour rien et que c'est sa faute à elle,
Le ronronement du train te saoule et chaque virage t'écoeure,
Faut que tu te lèves que tu marches tu vas te dégourdir le coeur.

Et le train ralentit et c'est déjà la fin de ton histoire,
En plus t'es comme un con tes potes sont restés à l'autre gare,
Tu dis au revoir à celle que tu appelleras désormais ton ex,
Dans son agenda sur ton nom elle va passer un coup de tipex.

C'est vrai que les histoires d'amour c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Pour beaucoup la vie se résume à essayer de monter dans le train,
A connaitre ce qu'est l'amour et se découvrir plein d'entrain,
Pour beaucoup l'objectif est d'arriver à la bonne heure,
Pour réussir son voyage et avoir accès au bonheur.

Il est facile de prendre un train encore faut il prendre le bon,
Moi je suis monté dans deux trois rames mais c'était pas le bon vagon,
Car les trains sont crapricieux et certains sont innaccessibles,
Et je ne crois pas tout le temps qu'avec la SNCF c'est possible.

Il y a ceux pour qui les trains sont toujours en grèves,
Et leurs histoires d'amour n'existent que dans leurs rêves,
Et y'a ceux qui foncent dans le premier train sans faire attention,
Mais forcément ils descendront dessus à la prochaine station,
Y'a celles qui flippent de s'engager parce qu'elles sont trop émotives,
Pour elles c'est trop risqué de s'accrocher à la locomotive,
Et y'a les aventuriers qu'enchainent voyages sur voyages,
Dès qu'une histoire est terminée ils attaquent une autre page.

Moi après mon seul vrai voyage j'ai souffert pendant des mois,
On s'est quitté d'un commun accord mais elle était plus d'accord que moi,
Depuis je traine sur les quais je regarde les trains au départ,
Y'a des portes qui s'ouvrent mais dans une gare je me sent à part.

Il parait que les voyages en train finissent mal en général,
Si pour toi c'est le cas accroche toi et garde le moral,
Car une chose est certaine y'aura toujours un terminus,
Maintenant tu es prévenu la prochaine fois tu prendras le bus." (source)

Grand Corps Malade, Les voyages en train

Coule, heure...

28/11/2006 00:07
426 lectures
"La vie est comme un arc-en-ciel : il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs" Glou, glou...

Robert dit :
"Couleur : qualité de la lumière renvoyée par la surface des objets, perçue par le sens de la vue et permettant de distinguer des surfaces indépendamment des formes ; propriété que l'on attribue à la lumière, aux objets de produire une telle impression"

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/25.11.2006-009...

"Colore le monde, sans feutre, sans épreuves ni bombes
Indolore les murs, et coule dans le fleuve la facture
En monnaie de singe, fraîche blanche comme le linge
A jamais répand du fard sur les hommes comme le temps

Colore la foule , colore mes veines
Chaque jour il me révèle
En chair de poule, en dieu du ciel
Et la foule sort de mes veines
Oui comme le temps est un ami
Il colore mon pays

Des dieux, mes soeurs j'en vois de toutes les couleurs
Pour des cieux, mes frères s'engagent sur des routes à l'envers
Mais là haut décide, fait le ménage fait le vide
Sur la peau répand du fard sur les hommes comme le temps" (source)

Les Innocents, Colore

L'arche de Noël

27/11/2006 00:01
547 lectures
Ayé, c'est parti pour un mois...
A sentir les odeurs, humer les vapeurs de vin chaud dès que la porte s'ouvre, slalomer entre les touristes, se frayer un chemin au milieu de la foule, guetter les décorations ou viser les illuminations... La tendance à la peluche se confirme, les petites bêtes se multiplient au fil des ans, bientôt on pourra faire un véritable zoo...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/25.11.2006-041...

"Ce soir c'est le Déluge,
Le dernier, le plus beau.
C'est la vraie fin du Monde
On a fait un bateau.
On a pris des vermines
Un peu malgré nous,
Il ne sauve rien,
Celui qui ne sauve pas tout...

Noé, Noé, Noé...

On a pris des lentilles,
On a pris des bijoux.
On aimait ce qui brille
La nuit et qui rend fou.
On a pris l'éléphant
Et ses deux dernières dents,
Dernier éléphant
Premier million de cure dents.

Noé, Noé, Noé...
Pourquoi t'es pas sur le bateau ?
Noé, Noé,
Pourquoi t'as troué la voile
Et le drapeau ?

On a pris les castors,
On a pris les oiseaux...
Et toutes les fourrures
Pour nous faire des manteaux.
On s'est dit: les poissons
Ils resteront dans l'eau.
Comment mettre une baleine
Tout au fond d'un bateau ?

Noé, Noé, Noé...

On a pris des gazelles
Et même des manchots,
Un couple d'hirondelles
Des putois, des blaireaux.
Comme il faisait froid
Tout au fond du bateau,
On a pris des menteurs
Pour dire qu'il fait chaud...

Noé, Noé, Noé...
Pourqoi t'es pas sur le bateau ?
Noé, Noé,
Pourquoi t'as troué la voile
Et le drapeau ?

Comme on avait compris
Qu'on aurait pas de journaux,
On a pris des mannequins
Pas trop maigres et très beaux,
Des tonnes de maquillage
De dentelles, de maillots
Pour faire face à la plage
Quand il referait beau...

Noé, Noé, Noé...

On a pris des punaises
Pour les posters de Dieu,
Ces rêves de camionneur
Qui nous pincent le coeur.
Ce soir, c'est le Déluge,
Le dernier, le plus beau.
C'est la vraie fin du Monde.
On a fait un bateau...

Noé, Noé, Noé...
Pourquoi t'es pas sur le bateau ?
Noé, Noé,
Pourquoi t'as troué la voile
Et le drapeau ?" (source)

Julien Clerc, Noé

Starbourg...

25/11/2006 01:03
631 lectures
Le temps d'un mois, la ville des rues devient celle de la lumière et des étoiles filantes...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/24.11.2006-012...

"Sous la lumière en plein
et dans l'ombre en silence
si tu cherches un abri
Inaccessible
Dis toi qu'il n'est pas loin et qu'on y brille

A ton étoile

Petite soeur de mes nuits
ça m'a manqué tout ça
quand tu sauvais la face
à bien d'autre que moi
sache que je n'oublie rien mais qu'on efface

A ton étoile

Toujours à l'horizon
Des soleils qui s'inclinent
comme on a pas le choix il nous reste le coeur
tu peux cracher même rire, et tu le dois

A ton étoile

A Marcos
A la joie
A la beauté des rêves
A la mélancolie
A l'espoir qui nous tient
A la santé du feu
Et de la flamme
A ton étoile" (source)

Noir Désir, A ton étoile

Ange en jeu en je ?

23/11/2006 00:01
382 lectures
« Dors avec les anges et rêve de moi car un jour tu pourras dormir avec moi et rêver des anges. »

Entendu en zappant :
« Si je suis le premier, ça va faire mal...
Tu essaies d'être drôle ?
Je ne parle pas de sexe.
Alors de quoi parles-tu ?
Je veux faire l'amour avec toi. »

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/22.11.2006-011...

"I sit and wait
Does an angel contemplate my fate
And do they know
The places where we go
When we're grey and old
'cos I've been told
That salvation lets their wings unfold
So when I'm lying in my bed
Thoughts running through my head
And I feel that love is dead
I'm loving angels instead

Chorus

And through it all she offers me protection
A lot of love and affection
Whether I'm right or wrong
And down the waterfall

Wherever it may take me
I know that life won't break me
When I come to call she won't forsake me
I'm loving angels instead

When I'm feeling weak
And my pain walks down a one way street
I look above
And I know I'll always be blessed with love
And as the feeling grows
She breathes flesh to my bones
And when love is dead
I'm loving angels instead

Chorus

And through it all she offers me protection
A lot of love and affection
Whether I'm right or wrong
And down the waterfall
Wherever it may take me
I know that life won't break me
When I come to call she won't forsake me
I'm loving angels instead" (source)

Robbie Williams, Angels

Bulle... gare !

17/11/2006 00:01
363 lectures
"Les mots c'est comme des bulles d'air. C'est brillant, c'est doux quand ça passe et après, vous cherchez et y a rien"

Par contre, il y a des claques qui restent. Le 17 novembre 1993, le Bulgare rit. Et notamment Kostadinov et ses deux buts qui éliminent la France du Mondial 1994 lors des arrêts de jeu. Et préparent sans doute aussi le renouveau français par la suite...

Je me souviens n'avoir réalisé que le lendemain matin, dans la cuisine, mal réveillé, face au journal...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/11.11.2006-054...

"Soleil écorché,
Vestiges éventrés,
Corps décapités,
Squelettes éclatés,
Fragments de silence
Dans la transparence
Ouatée des écrans
De contrôle assistance,
Bruits de bulles,
Bruits de bulles,
Bruits de bulles.

Le rouge de ses lèvres
Et le bleu de ses yeux
Sur le blanc crayeux
De son visage laiteux,
Charme ténébreux
Des ruines sur les lieux
Du crash où se cache
La bête à sept têtes,
Bruits de bulles,
Bruits de bulles,
Bruits de bulles.

Le temps se coagule,
Lueurs des rayons
Rouges filtrés des néons,
Lasers et lézards,
Démons de mon hasard,
Bruits de bulles,
Bruits de bulles,
Bruits de bulles.

L'instant se coagule,
Aurore et rosée,
Légère et vaporeuse,
Parfums orangés
De ces nuits orageuses,
Je m'engouffre en fumée
Dans la fissure,
Cliché désintégré,
Faille obscure,
Bruits de bulles,
Bruits de bulles,
Bruits de bulles,
Le temps se coagule..." (source)

Hubert-Félix Thiéfaine, Bruits de bulles

Bleu âtre...

16/11/2006 00:01
288 lectures
"Quand la cheminée flambe, c'est signe que le poêle tire bien"

Ah... oué...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/09.11.2006-047...

"Comme te dire qui je suis
J'ai pas écrit d'une autobiographie
Je viens d'un pays étrange où les gens s'aiment et se déchirent
Et sont capables du meilleur comme du pire
Je suis né sur une petite orange bleue
Au milieu d'un monde immense et silencieux
Et elle tourne et elle tourne, petite orange bleue
Entourée d'étoiles et d'un ciel mystérieux

Et elle m'attire
J'aime bien son genre d'atmosphère
Faut que je respire
Si elle étouffe je manque d'air
Je veux pas qu'elle tourne mal
C'est ma terre
Ma place dans l'univers
C'est ma terre
Moi son grain de poussière

C'est pas l'Eden, cette petite orange bleue
Mais c'est pas l'enfer, c'est peut être un peu des deux
Mais moi je l'aime, ma petite orange bleue
C'est là où je vis
C'est là que je respire le mieux

C'est ma terre
Mon histoire, mon mystère
C'est ma terre
Moi son grain de poussière

Qu'on m'enterre par devant sa lumière
Revoir mon frère, redevenir poussière" (source)

Michel Berger, L'orange bleue

Blanche heure

12/11/2006 00:01
318 lectures
"Dans la symbolique occidentale, le blanc est généralement associé à la pureté, à l'innocence, à la chasteté, à la paix (drapeau blanc), à la virginité, au mariage, à la spiritualité (couleur de la papauté), à la sainteté et à la vie. L'origine de cette symbolique réside dans le caratère immaculé, sans présence de noir, et absolu de la lumière blanche, et dans le fait que le blanc est aussi la couleur de la neige et du lait maternel. La couleur souvent opposée au blanc est le noir.

[...]

Cependant le blanc est aussi associé à une symbolique contraire : la vieillesse (cheveux blancs), la mauvaise santé (hôpital) et finalement la mort (linceul, os), mais aussi l'angoisse devant la fameuse « feuille blanche » des étudiants lors des examens, de l'écrivain lorsqu'il débute son oeuvre ou celle de l'artiste devant son tableau blanc à peindre.

En effet, éthymologiquement le mot blanc vient du germanique blank, ce qui signifiait vide. C´est à partir de cette racine que se sont batît les mots dans les langues latines : blanco (espagnol), branco (portugais), bianco (italien). Dans les langues germaniques par contre les mots weiss (allemand) ou white (anglais) sont à rapprocher de la racine wis signifiant la sagesse qu'on retrouve dans wisdom (anglais), weisheit (allemand). Il est donc probable que le mot blank avait originellement un sens négatif : le vide, l´absence, la pâleur." (source)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/11.11.2006-052...

"Il y a tant de vagues et de fumée
Qu'on arrive plus à distinguer
Le blanc du noir
Et l'énergie du désespoir
Le téléphone pourra sonner
Il n'y aura plus d'abonné
Et plus d'idée
Que le silence pour respirer
Recommencer là où le monde a commencé

Je m'en irai dormir dans le paradis blanc
Où les nuits sont si longues qu'on en oublie le temps
Tout seul avec le vent
Comme dans mes rêves d'enfant
Je m'en irai courir dans le paradis blanc
Loin des regards de haine
Et des combats de sang
Retrouver les baleines
Parler aux poissons d'argent
Comme, comme, comme avant

Y a tant de vagues, et tant d'idées
Qu'on arrive plus à décider
Le faux du vrai
Et qui aimer ou condamner
Le jour où j'aurai tout donné
Que mes claviers seront usés
D'avoir osé
Toujours vouloir tout essayer
Et recommencer là où le monde a commencé

Je m'en irai dormir dans le paradis blanc
Où les manchots s'amusent dès le soleil levant
Et jouent en nous montrant
Ce que c'est d'être vivant
Je m'en irai dormir dans le paradis blanc
Où l'air reste si pur
Qu'on se baigne dedans
A jouer avec le vent
Comme dans mes rêves d'enfant
Comme, comme, comme avant
Parler aux poissons
Et jouer avec le vent
Comme dans mes rêves d'enfant
Comme avant" (source)

Michel Berger, Le paradis blanc

11 novembre...

11/11/2006 12:28
365 lectures
Jour de la Saint-Martin ?

A "5h05 du 11 novembre 1918, la France et le nouveau gouvernement de la toute jeune république allemande sont d'accord sur le texte définitif de l'armistice. Au terme de cet accord du 11 novembre 1918, il est décidé d'arrêter les hostilités le plus tôt possible. Un télégramme , qui a été immédiatement envoyé sur tout le front par radio et par message téléphoné aux commandants en chef à la date du 11 novembre 1918 stipule que :
"Les hostilités seront arrêtées sur tout le front à partir du 11 novembre à 11 heures, heure française" Dans le courant de la matinée du 11 novembre 1918, les différents documents sont remis aux plénipotentiaires allemands. Leur train quitte, le jour même le garage de Rethondes à 11h30 pour Tergnier, où ils retrouveront leurs automobiles. Sur leur demande, toutes facilités ont été données au capitaine allemand Geyer pour se rendre, le même jour (11 novembre 1918) en avion au grand-quartier-général allemand, porteur des textes et de la carte.

Voici ce qu'écrira Foch à propos du 11 novembre : "le 11 novembre à 11 heures, le feu était arrêté sur tout le front des armées alliées. Un silence impressionnant succédait à cinquante-trois semaines de bataille. Les peuples pouvaient entrevoir le rétablissement de la paix dans le monde. Le lendemain [du 11 novembre], j'adressais un ordre du jour de félicitations aux armées alliées". (source)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/11.11.2006-023...

"Martin, est-ce que tu viens demain ?
J'aimerais bien savoir
Ce qui peut être possible entre nous
Martin, les lignes de ta main
Me laissent apercevoir
Des choses...et nos rendez-vous

Ta ligne de vie est très jolie
Ta ligne de coeur ne m'fait pas peur
Et le destin...il est pour nous Martin

Ne fais pas le malin
Les envies les espoirs
Ca veut dire que ça vaut le coup
Martin, si j'ai eu du chagrin
Aujourd'hui la victoire
Serait de te voir pendu à mon cou

Pont :
Ta ligne de coeur ne m'fait pas peur
Ta ligne de vie est très jolie
Et le destin...il est pour nous Martin
La lala lala...
La lala lala...

Martin, un geste de ta main
Ou une petite histoire
L'histoire d'un soir
C'est tout c'que j'veux Martin
Martin, tu es sur mon chemin
Et rien n'est dérisoire
Rien que toi et moi

Pont :
Ta ligne de coeur ne m'fait pas peur
Ta ligne de vie est très jolie
Et le destin...il est pour nous Martin

Est-ce que tu viens demain ?
J'aimerais bien savoir
Ce qui peut être possible entre nous
Martin, si tu ne me dis rien
Je crois qu'il va falloir
Que je choisisse plutôt Benjamin

La lala lala..." (source)

La Grande Sophie, Martin

Et la lumière feu...

C'est d'ailleurs immortalisé sur l'impression qu'il tient en main...

"Que la lumière soif... Et la lumière but"...

"Genèse, 1
1 Au commencement Dieu créa les cieux et la terre. 2 Et la terre était désolation et vide, et il y avait des ténèbres sur la face de l'abîme. Et l'Esprit de Dieu planait sur la face des eaux.
3 Et Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. 4 "Et Dieu vit la lumière, qu'elle était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres." 5 "Et Dieu appela la lumière Jour; et les ténèbres, il les appela Nuit. Et il y eut soir, et il y eut matin: - premier jour." (source)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/09.11.2006-042...

"You see the face on the TV screen
coming at you every Sunday
see that face on the billboard
that man is me

On the cover of the magazine
there's no question why I'm smiling
you buy a piece of paradise
you buy a piece of me

I'll get you everything you wanted
I'll get you everything you need
don't need to believe in hereafter
just believe in me

Cos Jesus he knows me
and he knows I'm right
I've been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I'm right
and he's been telling me
everything is alright

I believe in the family
with my ever loving wife beside me
but she don't know about my girlfriend
or the man I met last night

Do you believe in God
cos that's what I'm selling
and if you wanna get to heaven
I'll see you right

You won't even have to leave your house
or get outta your chair
you don't even have to touch that dial
cos I'm everywhere

And Jesus he knows me
and he knows I'm right
I've been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I'm right
well he's been telling me
everything's gonna be alright

Won't find me practising what I'm preaching
won't find me making no sacrifice
but I can get you a pocketful of miracles
if you promise to be good, try to be nice
God will take good care of you
just do as I say, don't do as I do

I'm counting my blessings,
I've found true happiness
cos I'm getting richer, day by day
you can find me in the phone book,
just call my toll free number
you can do it anyway you want
just do it right away

There'll be no doubt in your mind
you'll believe everything I'm saying
if you wanna get closer to him
get on your knees and start paying

Cos Jesus he knows me
and he knows I'm right
I've been talking to Jesus all my life
oh yes he knows me
and he knows I'm right
well he's been telling me
everything's gonna be alright, alright

Jesus he knows me
Jesus he knows me, you know..." (source)

Genesis, Jesus he knows me

Cours, âge

06/11/2006 00:01
473 lectures
Fuite effrénée du temps ou malgré le temps qui passe ?

"Le temps passe. Et chaque fois qu'il y a du temps qui passe, il y a quelque chose qui s'efface."

"Ce qui est passé a fui ; ce que tu espères est absent ; mais le présent est à toi."

"Le temps qui passe arrange parfois les choses mais pas les gens !"

"On passe notre temps à chercher ce qui nous manque, sans vraiment savoir ce que c'est..."

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/colmar17.09.05...

"Sur la plage, elle se fige,
Les yeux à l'horizon :
Un point flou se dirige
Vers de lointains bastions ;
Dès ce matin – que dis-je,
Dès l'aube – elle comprit qu'on
Pouvait perdre courage
Comme on perd la raison.
Ce que la mer érige
Interdit toute action :
Parades et haute voltige
Contre lames de fond...
D'un regard, elle fustige
Avec appréhension
La forme qui voyage
Dans l'autre direction...
Quand l'avenir incertain charge,
La peur des lendemains la ronge
Et son courage atteint le large ;
Sans lui
Comment veux-tu qu'elle plonge ?
En nage, panique oblige,
Jusqu'à l'ébullition,
Elle court comme on s'inflige
D'inutiles ambitions ;
Elle cherche, et elle exige
Qu'on rende à sa raison
Le beau, le doux visage
Du courage en question ;
Et alors qu'elle néglige
Simplement l'abandon,
Arrivent le vertige,
Bientôt l'imploration :
Elle revit le prodige
D'anciennes insoumissions
Et elle longe le rivage,
Son courage en amont...
Quand l'avenir incertain charge,
La peur des lendemains la ronge
Et son courage atteint le large ;
Sans lui
Comment veux-tu qu'elle plonge ?
Quand l'avenir incertain charge,
La peur des lendemains la ronge
Et son courage atteint le large...
Sur la plage, elle se fige,
Les yeux à l'horizon :
Un point flou se dirige
Vers de lointains bastions ;
Dès ce matin – que dis-je,
Dès l'aube – elle comprit qu'on
Pouvait perdre courage
Comme on perd la raison
Quand l'avenir invertain charge,
La peur des lendemains la ronge
Et son courage atteint le large ;
Sans lui
Comment veux-tu qu'elle plonge ?
Quand l'avenir invertain charge,
La peur des lendemains la ronge
Et son courage atteint le large...
Sur le sable humide, elle s'allonge."

Elista, Courage

Occis Jane

05/11/2006 12:04
280 lectures
On dit toujours qu'il faut tuer le père. Et la mère ?
Chassez le naturel, il revient au galop...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/27.10.2005-020...

"Approche-toi petit, écoute-moi gamin,
Je vais te raconter l'histoire de l'être humain
Au début y avait rien au début c'était bien
La nature avançait y avait pas de chemin
Puis l'homme a débarqué avec ses gros souliers
Des coups d'pieds dans la gueule pour se faire respecter
Des routes à sens unique il s'est mis à tracer
Les flèches dans la plaine se sont multipliées
Et tous les éléments se sont vus maîtrisés
En 2 temps 3 mouvements l'histoire était pliée
C'est pas demain la veille qu'on fera marche arrière
On a même commencé à polluer le désert

Il faut que tu respires, et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire

D'ici quelques années on aura bouffé la feuille
Et tes petits-enfants ils n'auront plus qu'un oeil
En plein milieu du front ils te demanderont
Pourquoi toi t'en as 2 tu passeras pour un con
Ils te diront comment t'as pu laisser faire ça
T'auras beau te défendre leur expliquer tout bas
C'est pas ma faute à moi, c'est la faute aux anciens
Mais y aura plus personne pour te laver les mains
Tu leur raconteras l'époque où tu pouvais
Manger des fruits dans l'herbe allongé dans les prés
Y avait des animaux partout dans la forêt,
Au début du printemps, les oiseaux revenaient

Il faut que tu respires, et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire
Il faut que tu respires, c'est demain que tout empire
Tu vas pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire

Le pire dans cette histoire c'est qu'on est des esclaves
Quelque part assassin, ici bien incapable
De regarder les arbres sans se sentir coupable
A moitié défroqués, 100 pour cent misérables
Alors voilà petit, l'histoire de l'être humain
C'est pas joli joli, et j'connais pas la fin
T'es pas né dans un chou mais plutôt dans un trou
Qu'on remplit tous les jours comme une fosse à purin" (source)

Mickey 3D, Respire

France Galerie, ou pas...

04/11/2006 09:40
286 lectures
On a beau passer devant presque tous les jours, ça reste toujours un mystère. Comme d'autres bâtiments du quotidien, familiers et si méconnus... Imposant...

"Théophile Bader est né a Dambach-la-Ville en Alsace en 1864 et mort en 1942.
Théophile Bader est l'un des fondateurs de Kahn & Bader qui deviendra les Galeries Lafayette en 1896.
Durant les années 20, Théophile Bader tentera d'étendre son activité à d'autres pays mais il rencontrera toutefois un succès limité.
Il investira personnellement dans plusieurs entreprises, dont notamment Vionnet & Cie.
Il sera l'un des premiers à vendre dans son grand magasin du prêt-à-porter, copie de modèles haute couture." (source)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/30.09.05-040-1...

"Tous mes amis sont partis
Mon coeur a déménagé
Mes vacances c'est toujours Paris
Mes projets c'est continuer
Mes amours c'est inventer

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon coeur aussi

Et le temps défile comme un train
Et moi je suis à la fenêtre
Je suis si peu habile que demain
Le bonheur passera peut-être
Sans que je sache le reconnaître

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon coeur aussi

Mon coeur est confortable, bien au chaud
Et je lasse passer le vent
Mes envies s'éteignent, je leur tourne le dos
Et je m'endors doucement
Sans chaos ni sentiment

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon coeur aussi

Si, maman, si
Si, maman, si
Maman, si tu voyais ma vie
Je pleure comme je ris
Si, maman, si
Mais mon avenir reste gris
Et mon coeur aussi" (source)

France Gall, Si maman si

Froide heure...

03/11/2006 00:01
277 lectures
Et non froide her... Froid heurt ?

Après la b(a)ise estivale, il est temps d'embrasser l'hiver, et zapper l'automne monotone...
La douceur a laissé place à la fraicheur... Paraît même qu'une tempête se prépare... Glaciale...
Peut-être le prix à payer pour hiberner en paix. Y berner ?
Hystrion pour Istres ? Strions-y, ouais...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/27.12.05-025-9...

"Tout est ta propriété,
Tout ce que mon être a été.
La foi m'a lâché, lâcheté,
Je t'ai laissée m'acheter ;
Et tu m'as laissé m'endetter
Quand j'aurais pu me racheter –
Tu m'as regardé regretter,
Le temps de vivre était passé.
Tu vivras mes journées d'été,
Tous les jours une éternité,
Maladie mal identifiée,
Fais à ma vie mes amitiés.
Salue le Mal et la Bonté,
Fais à ma vie mes amitiés,
Salue mes quatre volontés.
Tant pourtant ne t'ont pas cédé
J'ignore encore le procédé
Mon manque de témérité
Me voue-t-il à te mériter ?
Tu vis sous mon identité,
Mes beaux jours en priorité,
Toujours en toute impunité :
Fais à ma vie mes amitiés.
Bonjour à toute adversité,
Fais à ma vie mes amitiés.
Salue le Mal et la Bonté,
Très bon séjour et bons baisers,
Fais à ma vie mes amitiés."

Elista, Lâcheté

Rock and roule

02/11/2006 00:01
296 lectures
On dit que la musique adoucit les moeurs. Quel est le conard qui a bien pu inventer ça ?
Puisqu'on parle de beau parleur, les baffles crachent haut la haine et la rage...
Pierre qui roule, qui roule, qui roule... Sauf que c'est pas Pierre...

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/31.08.2006-031...

"Once upon a time you dressed so fine
You threw the bums a dime in your prime, didnt you?
Peopled call, say, beware doll, youre bound to fall
You thought they were all kiddin you
You used to laugh about
Everybody that was hangin out
Now you dont talk so loud
Now you dont seem so proud
About having to be scrounging for your next meal.

How does it feel
How does it feel
To be without a home
Like a complete unknown
Like a rolling stone ?

Youve gone to the finest school all right, miss lonely
But you know you only used to get juiced in it
And nobody has ever taught you how to live on the street
And now you find out youre gonna have to get used to it
You said youd never compromise
With the mystery tramp, but now you realize
Hes not selling any alibis
As you stare into the vacuum of his eyes
And ask him do you want to make a deal?

How does it feel
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone ?

You never turned around to see the frowns on the jugglers and the clowns
When they all come down and did tricks for you
You never understood that it aint no good
You shouldnt let other people get your kicks for you
You used to ride on the chrome horse with your diplomat
Who carried on his shoulder a siamese cat
Aint it hard when you discover that
He really wasnt where its at
After he took from you everything he could steal.

How does it feel
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone ?

Princess on the steeple and all the pretty people
Theyre drinkin, thinkin that they got it made
Exchanging all kinds of precious gifts and things
But youd better lift your diamond ring, youd better pawn it babe
You used to be so amused
At napoleon in rags and the language that he used
Go to him now, he calls you, you cant refuse
When you got nothing, you got nothing to lose
Youre invisible now, you got no secrets to conceal.

How does it feel
How does it feel
To be on your own
With no direction home
Like a complete unknown
Like a rolling stone ?"

Bob Dylan / The Rolling Stones, Like a rolling stone

Start flambées

31/10/2006 00:01
401 lectures
Tout recommence à flamber : les normales de chon (alors que les gratinées sont manifestement meilleures), les ambrées de la Lanterne, les bus, les esprits, les coeurs... Même le Racing s'enflamme...

Robert dit : va voir flambage, flambant, flambard, flambe, flambé, flambeau, flambée, flambement, flamber, flambeur, flamboiement, flamboyant, flamboyer. Après c'est flamenco, c'est une autre histoire...

"Bois qui flambe vite ne dure pas longtemps..."

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/enterrement-vi...

"une raya de bambins livre aux flammes leurs
landeaux/Une ribambelle de nains fout le feu
dans l'métro/Une armée de gamins qui brûle les
magasins/Trois millions de lycéens carbonisent
leurs boquins/Une concierge allumée fout le feu
au quartier/Le président fêlé enflamme l'Elysée/
Trois secrétaires en chaleur calcinent leur direc-
teur/Une tribu de bonnes soeurs incendie l'
Sacré Coeur.
Chorus
Laï laï laï laï Laï laï laï laï Laï laï laï...

Un trio d'grands brûlés fait exploser l'hosto/Et
5000 chimpanzés dynamitent le zoo/Des rastas
éclatés c'est chaud dans le ghetto/Les feux dans
la cité brûlent pour Géronimo/Des soldats canni-
bales rôtissent leur général/300 patrons qui cra-
quent font sauter la baraque/Et un vieux bonze
chinois se pétrole le minois/Le froid tue la fillette
qui n'a plus d'allumettes.
Chorusse

Les hooligans des stades préparent les jerrycans/
Les jeunes chômeurs s'la donnent aux cocktails
Molotov/Des iraniens inflamment le corps de l'
Oncle Sam/Des squatters s'tapent un boeuf au-
tour d'un grand feu d'keufs/Un gang de pyroma-
nes se croit au paradis/Les pompiers en ont mar-
re c'est la grève aujourd'hui/Il y a le feu partout
c'est la fête des fous/Il y a le feu partout viv' le
feu viv' les fous
Choeurs slaves de la Jeunesse

Un gang de pyromanes se croit au paradis/Les
pompiersen en ont marre c'est la grève aujourd'
hui/Il y a le feu partout c'est la fête des fous/Il y
a le feu partout viv' le feu viv' les fous
Choeur solo
Re-Chorusse" (source)

Berurier Noir, Vive le feu

Vie, eux ?

30/10/2006 00:01
361 lectures
"Mariage plus vieux, mariage heureux" ?

Heure, eux... Bon timing...

Plus marri que mari. Ou marrer ?

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/22.10.2006--10...

"Bien sûr, nous eûmes des orages
Vingt ans d'amour, c'est l'amour fol
Mille fois tu pris ton bagage
Mille fois je pris mon envol
Et chaque meuble se souvient
Dans cette chambre sans berceau
Des éclats des vieilles tempêtes
Plus rien ne ressemblait à rien
Tu avais perdu le goût de l'eau
Et moi celui de la conquête

{Refrain:}
Mais mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'aime

Moi, je sais tous tes sortilèges
Tu sais tous mes envoûtements
Tu m'as gardé de pièges en pièges
Je t'ai perdue de temps en temps
Bien sûr tu pris quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte
Finalement finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes

{Refrain}

Oh, mon amour
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore, tu sais, je t'aime

Et plus le temps nous fait cortège
Et plus le temps nous fait tourment
Mais n'est-ce pas le pire piège
Que vivre en paix pour des amants
Bien sûr tu pleures un peu moins tôt
Je me déchire un peu plus tard
Nous protégeons moins nos mystères
On laisse moins faire le hasard
On se méfie du fil de l'eau
Mais c'est toujours la tendre guerre

{Refrain}

Oh, mon amour...
Mon doux mon tendre mon merveilleux amour
De l'aube claire jusqu'à la fin du jour
Je t'aime encore tu sais je t'aime." (source)

Jacques Brel, La chanson des vieux amants

Mairie me

26/10/2006 00:01
374 lectures
"Le conseil municipal représente les habitants. Ses attributions sont très larges depuis la loi de 1884 qui le charge de régler " par ses délibérations les affaires de la commune ". Cette compétence s'étend à de nombreux domaines. Le conseil municipal donne son avis toutes les fois qu'il est requis par les textes ou par le représentant de l'État.

Il émet des voeux sur tous les sujets d'intérêt local : il vote le budget, approuve le compte administratif (budget exécuté), il est compétent pour créer et supprimer des services publics municipaux, pour décider des travaux, pour gérer le patrimoine communal, pour accorder des aides favorisant le développement économique.

Le conseil exerce ses compétences en adoptant des "délibérations". Ce terme désigne ici les mesures votées. Il peut former des commissions disposant d'un pouvoir d'étude des dossiers.

Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre et l'ordre du jour, fixé par le maire, doit être communiqué avant le début de la séance. Celle-ci est ouverte au public sauf si l'assemblée décide le huis clos ou si le maire exerce son pouvoir de "police des séances", notamment en cas d'agitation, et restreint l'accès du public aux débats." (source)

http://kibitz.racingstub.com/blogs/k/kibitz/photos/30.06.2006-153...

" Johnny's alway's running around
Trying to find certainty

He needs all the world to confirm
That he ain't lonely

Mary counts walls
Knowns he tires easily

Johnny thinks the world would be right
If it would buy truth from him

Mary says he changes his mind
More than a woman

But she made her bed
Even when the chance was slim

Johnny says he's willing to learn
When he decides he's a fool
Johnny say's he'll live anywhere
When he earns time to

Mary combs her hair
Says she should be used to it

Mary always edges her bets
She never knows what to think
She says that he still acts
Like he's being discovered
Scared that he'll get caught
Whithout a second thought

Johnny feels he's wasting his breath
Trying to talk sense to her
Mary says he's lacking a real sense of proportion
So she combs her hair, knows he tires easily" (source)

Placebo, Johnny and Mary