Arsène Wenger

Flux RSS 632 messages · 118.815 lectures · Premier message par schlesier · Dernier message par pepito

  • C'est du rechauffé mais je n'ai pas pu résister... à vous faire une copie de cet article d'Arsène Wenger... J'ai trouvé cela très beau, eh oui...


    CONFERENCE-DEBAT ORGANISE POUR LE CENTENAIRE DU FOOTBALL A HAGUENAU

    Arsène Wenger s'est livré aux questions du public lors du débat qui a eu lieu au Mégarex de Haguenau, le 23 mai 2000.

    Par contre lors de notre entretien exclusif, il a tenu à nous livrer d'autres points importants de sa vie (son parcours, son rapport au football, son enfance, l'Alsace, sa philosophie...) que nous vous proposons de parcourir ici.


    ARSENE WENGER - L'ALSACIEN D'ARSENAL

    Carte d'identité :
    Né le 22 octobre 1949 à Strasbourg
    Marié
    Habite Londres

    Parcours & palmarès :

    Max Hild le fait entrer à l'AS Mutzig. Période au FC Mulhouse (dirigé par Paul Frantz). Puis à l'AS Vauban à Strasbourg. Le Racing-Club de Strasbourg lui demande de prendre la direction du centre de Formation (1981-1983). Entraîneur adjoint de J.M. Guillou à l'AS Cannes (1983-1984). Suit l'AS Nancy Lorraine jusqu'en 1986. En 1987 il devient entraîneur à l'AS Monaco (champion de France dès la première saison). De 1994 à 1996, il entraîne une équipe japonaise à Nagayo (Grampus Eight). Dès fin 1996, il devient manager général au club d'Arsenal à Londres (contrat jusqu'en 2002). Champion de France 1988, Coupe de France 1991, champion d'Angleterre et Coupe d'Angleterre 1998, Charity Shield vainqueur 1998 et 1999.

    Personnalité, caractère :

    Comme tout Alsacien qui se respecte, il est prudent, mais lorsque sa confiance vous est accordée elle est indéfectible. Homme de discipline et de communication. Grandes aptitudes psychologiques. Humour alsacien teinté de flegme britannique. Reconnaît ses racines alsaciennes tout en étant l'homme européen par excellence. L'authenticité et la passion sont les deux-mots clés dans sa vie.

    -----_-----


    Netcomete : Si le football n'existait pas, qu'auriez-vous voulu faire ?

    Arsène W. : Je crois que je me serais lancé dans la politique.

    Netcomete : Dans un article, un journaliste vous a traité d'homme de droite, "thuriféraire du football-entreprise". Vous n'auriez donc pas choisi le camp de gauche en politique ?

    Arsène W. : Vous savez, j'ai été étudiant et j'ai été confronté au communisme. Franchement, je n'ai pas d'à priori, mais tous mes copains les plus rapiats et les plus obsédés par l'argent étaient communistes !

    Netcomete : Oui, mais c'est souvent le cas, ce qui ont le moins d'argent en parle le plus.

    Arsène W. : Ils en avaient autant que moi à l'époque ! Je n'en parlais pas plus ! Tiens, un jour j'étais avec une copine, à 22 ans; elle m'a dit qu'elle était allée voir une voyante qui d'après mon signe astrologique a déclaré: "Ce n'est pas un bon plan et il ne gagnera jamais d'argent !". Elle voulait peut-être dire que je n'étais pas intéressé par l'argent. Dans ma vie, si je gagne de l'argent, c'est vraiment un accident ! Je me suis passionné pour une activité qui, par hasard, a été lucrative.

    Netcomete : Vous auriez très bien pu faire artiste-peintre passionné et fauché ?

    Arsène W. : Exactement ! C'est ce que je dis parfois aux agents du monde footbalistique : "La différence entre vous et moi, c'est que demain s'il n'y a plus d'argent dans le football, moi j'y serai encore, mais vous non !". Eux sont là à cause du fric, moi j'étais dans le foot bien avant qu'il y ait de l'argent !

    Netcomete : Dans l'absolu et sans le foot, vous auriez fait quoi ?

    Arsène W. : J'aurais aimé faire une profession qui dure toute la vie... Par exemple, j'admire Rubinstein qui a 83 ans a pu donner encore des concerts. J'ai horreur de la retraite ! Et j'ai horreur du fait d'être dans une activité dans laquelle je ne peux être bon qu'un certain moment de ma vie, même si je suis en pleine capacité; par exemple, je n'aurais pas voulu être à la place de certains copains qui travaillaient dans une banque et qui à 55 ans, en pleine force de l'âge, ont été obligés de se retirer. C'est injuste.

    Netcomete : Ces personnes ont alors la possibilité de se consacrer à autre chose.

    Arsène W. : Certes, mais d'être dans une activité comme le piano, la peinture, l'écriture, tu peux encore tout le temps progresser, jusqu'au bout...

    Netcomete : Vous faites partie des 400 personnalités alsaciennes qui ont signé un appel en faveur de la charte européenne pour les langues régionales et minoritaires.

    Arsène W. : C'est exact.

    Netcomete : Or, le Conseil Constitutionnel en a bloqué la ratification en vertu de l'article 2 de la Constitution française (principe de souveraineté et d'unicité). Qu'est-ce qui avait motivé votre signature ?

    Arsène W. : J'avais signé car quelque part je pense que c'est reconnaître mes origines ! Je pense que la langue a une influence sur l'état d'esprit, sur la culture d'un peuple. Je pense aussi que je dois ma vie au fait d'avoir appris le dialecte.
    Netcomete : Cela a été un atout ?

    Arsène W. : Absolument ! L'apprentissage de l'allemand et de l'anglais a été plus facile pour moi. Et sans anglais je ne serai pas entraîneur d'Arsenal aujourd'hui !

    Netcomete : On entend certains Alsaciens dire que l'alsacien c'est du passé, que seul l'anglais compte, et qui renient tout simplement leurs origines...

    Arsène W. : Moi, je ne suis pas comme ça ! J'ai appris des valeurs en Alsace qui m'ont permis d'être apprécié. Discipline, esprit de la parole donnée, respect du travail, la confiance accordée aux autres. Une espèce de naïveté... mais qui est quand même payée en retour ! Je trouve tout ça un peu hypocrite; la Constitution n'autorise pas la reconnaissance des langues minoritaires et d'un autre côté on favorise l'enseignement de toutes les langues régionales dans les universités !

    Netcomete : Le même problème se pose dans les droits des enfants où la France a émis un droit de réserve pour l'article 10 (l'enfant a le droit de pratiquer sa langue et sa culture...) toujours selon le même principe d'unicité et de souveraineté...

    Arsène W. : Ah bon ? Je ne pense plus qu'on soit à l'époque où l'unicité d'un pays est menacée par des dialectes régionaux. Il y a d'autres menaces. Et comment aller ainsi vers l'Europe ?

    Netcomete : Vos parents avaient un restaurant "A la Croix d'or" où se réunissait régulièrement le FC Duttlenheim. C'est ce qui vous a donné la vocation footbalistique ?

    Arsène W. : C'est exactement ça ! Je n'ai pas d'explications rationnelles autres que le fait que je n'entendais parler que de football ! Quand tu es un gosse, tu penses qu'il n'y a que ça dans la vie. Comme une logique. Je n'étais pas trop mauvais à l'école, mais je me suis toujours dit qu'il n'y avait que le foot d'important dans la vie !

    Netcomete : Quel a été votre parcours scolaire ?

    Arsène W. : J'étais au lycée. J'ai fait une licence de Sciences Eco. Je n'étais pas mauvais. Mais c'était toujours des études en attendant, avec un seul objectif final : le football ! Vous savez, cette passion du foot était réelle depuis longtemps. J'ai été élevé dans un village très catholique et j'avais le missel devant moi pendant que l'équipe du village jouait !!! Je priais la messe pour que l'équipe gagne !

    Netcomete : La foi dans le foot !

    Arsène W. : Oui, la foi dans le foot ! Mes parents avaient le restaurant et ne pouvaient pas trop s'occuper de moi, et dans un village vous avez un peu une éducation à la Kibboutz : tout le monde prend soin des gosses... A côté de chez moi, habitait un paysan chez qui je me rendais souvent; avec lui j'allais dans les champs... Un jour je lui ai dit "Adolphe, ton équipe de foot risque de descendre" et j'avais une telle foi en lui que j'ai rajouté : "Il faut sauver l'équipe, gagner à tout prix; je vais t'aider". Le dimanche, à deux heures moins le quart je me suis échappé de chez mes parents, j'ai foncé chez lui, "Allez, on y va". Il m'a répondu "Je ne peux plus jouer !". J'ai pleuré, c'était une énorme déception, c'était tout pour moi. Je n'entendais parler que de foot. Mais il y a aussi le tempérament passionné qui joue, car mon frère aussi aime le foot, mais il est moins branché que moi. Comme moi et ma soeur, il vivait dans le même milieu. Mais mon tempérament aurait fait que j'aurais pu faire tout aussi bien diplomate. Tout ce que j'aurais fait, je l'aurais fait comme un fou !

    Netcomete : Vous donnez cette image de quelqu'un d'irréprochable, qui suscite le respect... Vous avez un défaut ?

    Arsène W. : J'ai un tas de défauts. Je suis excessif parce que passionné. Je suis un peu égoïste parce que passionné. Je suis impatient alors que je donne une image de patient ! Une nervosité intérieure...

    Netcomete : Que vous faites ressortir de quelle façon ?

    Arsène W. : Cela sortait dans le foot, ça sort dans l'exercice physique, dans la lecture...

    Netcomete : A propos des lectures, vous adorez vous pencher sur les autobiographies ?

    Arsène W. : Oui, c'est vrai.

    Netcomete : La dernière que vous ayez lu ?

    Arsène W. : En ce moment je n'ai pas trop le temps, mais il y a deux mois j'ai terminé les Mémoires de Jean Daniel. J'aimais bien lire Françoise Giroud à une époque.

    Netcomete : Qu'avez-vous appris dans ces livres-là ? Vous cherchez quelque chose de précis ? Des gens qui fonctionnent comme vous, des fonctionnement différents ?

    Arsène W. : C'est peut-être une façon d'anticiper sur ce qui m'attend. J'ai toujours été attentif à l'expérience des autres. A vingt ans, j'écoutais mon grand-père et je le trouvais intelligent. De temps en temps, il me sortait un "truc" que je trouvais stupide parce que j'étais jeune; mais après, plus la vie avance, plus je me rends compte que les gens ne m'ont pas attendu pour être intelligent !!! Je me suis dit "Sois pas con au point de penser que ceux qui ont vécu avant toi étaient idiots ! Ecoute les autres". D'une certaine façon, je trouve qu'il y a des dénominateurs communs dans toutes les vies, parce que toutes les grandes réussites, toutes les grandes vies ont été à la fois la coïncidence d'une aptitude, d'un talent mais aussi d'une chance de rencontrer des gens qui ont cru en toi et qui ont donné". Il faut que tu rencontres à un moment de ta vie quelqu'un qui te tape sur l'épaule et te dise : "Moi je crois en toi!".

    Netcomete : Comme vous faites avec vos joueurs...

    Arsène W. : Exactement !

    Netcomete : Comment vont être vos prochaines années si vous vous fiez à vos lectures ? Qu'est-ce que vous attendez, que voyez-vous ?

    Arsène W. : Je ne vois rien, mais je pense que quand tu vieillis quelque part tu vas à l'essentiel. On perd de son agressivité. On s'excite finalement comme un gars qui gesticule dans tous les sens pour finalement s'assagir et revenir à l'essentiel.

    Netcomete : La sagesse comme forme de résignation aussi ?

    Arsène W. : Les deux. Un retour progressif à la mort et la vie centrée sur soi-même. Mais j'ai toujours pensé qu'une vie réussie c'est une vie ouverte sur les autres.

    Netcomete : Vous avez toujours vécu cette ouverture grâce au restaurant...

    Arsène W. : Oui, et j'ai aussi eu beaucoup d'hommes plus âgés que moi dans mon cercle d'amis.

    Netcomete : Vous étiez attiré par la restauration ? Prendre la succession de vos parents ?

    Arsène W. : Non pas vraiment, ça me plaisait quand j'étais gosse. Ou alors j'aurais essayé d'étoffer l'affaire, j'aurais essayé d'en faire un grand restaurant...


    © Netcomete.com
    Article et photos Elisabeth Messmer
  • Je tiens juste à préciser qu'il était au lycée Kléber et comme il y a pas mal de personnes de cet origine sans trop les citer( en commencant par moi-même), je tenias à le préciser ! :-'
  • Akors Mick, tu sors la brosse ou quoi? :))
  • La brosse ? pourquoi faire ??? Sinon mes chevilles vont bien aussi merci ! :-'

    :))
  • :)) :))
  • Wenger : + 3 ans à Arsenal

    Le Français Arsène Wenger, le manager d'Arsenal, a prolongé son contrat avec le club anglais jusqu'au 31 mai 2008, a annoncé hier le club sur son site internet. « Arsenal est heureux d'annoncer que son manager Arsène Wenger a accepté aujourd'hui une prolongation de son contrat qui le laissera au club jusqu'au 31 mai 2008, assurant ainsi qu'il conduira l'équipe dans son nouveau Emirates Stadium qui doit ouvrir en août 2006 », indique le club. « Mon intention a toujours été claire. J'aime ce club et je suis très heureux ici », a expliqué le Français (55 ans) dont le contrat expirait en 2005 et avait été l'objet d'approches de grands clubs européens, notamment le Real Madrid. « Signer un nouveau contrat ne fait que confirmer sur papier mon envie de faire avancer ce club et de réaliser mes ambitions, a-t-il ajouté. J'ai encore tant à réussir et mon objectif est de faire poursuivre sa route à ce club, pas seulement en maintenant nos récents succès, mais en construisant dessus. Ce sont des moments excitants pour Arsenal et je suis fier d'être manager. »
  • Cela signifie aussi qu'on est pas près de le voir signer au Racing, à quelque poste que ce soit :(
  • pou ceux qui y croyaient encore :))
  • Va falloir casser la tirelire pour qu'il vienne :p
  • Citation:
    Wenger pas intéressé par la sélection

    La Fédération anglaise a souligné vendredi qu'elle entendait trouver un successeur au sélectionneur suédois Sven-Goran Eriksson, qui quittera son poste après cette compétition avant le Mondial 2006 (9 juin-9 juillet en Allemagne).

    Le manager d'Arsenal Arsène Wenger a assuré ne pas être intéressé par le poste. «Ce job n'est pas pour moi, a assuré Wenger. J'adore le football de club et je suis sûr que cela me manquerait au quotidien, alors que je suis si occupé. Avec, disons, seulement dix matches par an, cela serait vide. Les périodes de repos sont plus longues et plus intenses parce que vous êtes sous une énorme pression. Il y a soit une très forte pression soit rien à faire, a-t-il repris. C'est encore plus difficile avec l'Angleterre qu'avec n'importe quel autre pays. Plus certainement qu'avec la France. Ici, vous devez regarder autour de vous quand vous sortez, regarder à droite et à gauche. J'ai discuté avec (les anciens sélectionneurs de l'Angleterre) Bobby Robson, Kevin Keegan et Graham Taylor, et ils ont énormément souffert. (Glenn) Hoddle aussi a beaucoup souffert. Encore aujourd'hui, leur souffrance reste énorme» a-t-il confié.

    Annoncé comme un possible successeur du Suédois, le manager de Steve McClaren a prolongé son contrat avec Middlesbrough jusqu'en 2009. Le club anglais avait déjà annoncé cette signature en novembre, mais elle avait finalement été différée, «de mineurs détails techniques» restant à régler. Steve McClaren, adjoint du sélectionneur Sven-Goran Eriksson, a donc débuté sa conférence de presse hebdomadaire vendredi en apposant sa signature au contrat, pour couper court aux rumeurs sur son avenir. Les Anglais Sam Allardyce (Bolton), Alan Curbishley (Charlton) ainsi que le Néerlandais Guus Hiddink, actuel entraîneur du PSV Eindhoven et sélectionneur de l'Australie, et le Brésilien Luiz Felipe Scolari, sélectionneur du Portugal, sont les principaux favoris.

    Je vois pas ce qu'Arsène irait foutre comme selectionneur anglais, déjà qu'il a une certaine presse et le père Fergusson sur le dos :-w

    C'est un poste pour un mytho du genre Mourinho :D
  • k-nar1258295727.jpg
    Modifié par k-nar ·
    k-nar • 26 ans
    Et s'il partait au Real avec Henry? :o)
  • Henry risque de se barrer mais Wenger va rester à Arsenal.
  • L'effet Arsène

    Il se fait trop rare pour ne pas en profiter. Arsène Wenger a effectué un passage éclair mercredi soir à Strasbourg pour parrainer l'inauguration d'un nouvel espace SFR Place Kléber, avant d'être l'invité d'un « Top Sport » spécial Noël sur alsaticTV.

    Disponible, détendu, l'ami Arsène. L'air de l'Alsace sans doute. « C'est ma région, celle de mon coeur. Et un coeur, on n'en a qu'un. » Et pourtant, il n'a passé que quelques heures à Strasbourg. En accéléré. La faute à un brouillard persistant sur Londres qui retarda le décollage de son avion, ce même fog qui empêcha le déroulement la veille de Liverpool-Arsenal, tête d'affiche des 1/4 de finale de la Coupe de la Ligue.

    « Ils ont tendance à commettre des erreurs »

    Sale temps décidément pour l'entraîneur alsacien des « Gunners » qui vient d'écoper d'une amende de 15 000 € en punition de son altercation avec Alan Pardew, l'entraîneur de West Ham et qui sera convoqué le 5 janvier par la commission de discipline suite à son expulsion lors du match Arsenal-Portsmouth (2-2). Wenger avait eu une explication houleuse avec l'arbitre, M. Bennett qui venait d'infliger un carton jaune à son défenseur Gaël Clichy
    « J'ai réagi parce ce que j'estimais que la faute n'était pas sanctionnable. Mais je ne l'ai pas fait en termes grossiers. » Le manager des « Gunners » risque cependant une suspension de plusieurs matches pour mauvaise conduite.
    Interrogé sur la première partie de championnat d'Arsenal (4e à 14 points de Manchester United le leader et à 12 de Chelsea), Wenger ne s'est pas défilé. « J'ai un effectif jeune, notamment en défense. Ils ont tendance à commettre des erreurs, mais dans deux ans, elles seront gommées. »

    « Je me reconnais assez dans cette joie de jouer »

    Si naguère un accord de partenariat avec l'AS St-Etienne avait été conclu entre les Verts et les « Gunners », pourquoi Arsenal ne prêterait-il pas des espoirs au Racing ? « Nous possédons un centre d'entraînement international et c'est toujours aléatoire de prêter de jeunes joueurs à l'étranger. Nous préférons qu'ils s'aguerrissent dans le championnat anglais et c'est aussi plus simple pour les superviser régulièrement. » C'est notamment, le cas du jeune prodige danois de 19 ans, Niklas Bendtner, prêté cette saison à Birmingham City, qui intéresse Lyon et pour lequel le Milan AC serait prêt à débourser 10 millions €.
    Enfin, Arsène Wenger qui suit toujours le Racing de ses racines s'est montré optimisme sur l'avenir du club. « Jean-Pierre Papin a redonné de l'espoir à tout un groupe. Il a osé prendre des risques. Je me reconnais assez dans cette joie de jouer. C'est très positif. Il faut lui donner du temps et le laisser travailler. »
    Le manager des « Gunners » s'est ensuite rendu sur le plateau d'alsaticTV pour participer à un « Top Sport » spécial Noël animé par Mélanie Chanvillard à l'issue duquel, il a signé de nombreuses dédicaces. Après les micros, l'effet Arsène...

    source : DNA
  • Wenger agace l'Angleterre

    Les arbitres partiaux, les adversaires brutaux, le terrain bosselé, les sélectionneurs hostiles : quand l'horizon s'assombrit, l'entraîneur alsacien d'Arsenal, Arsène Wenger, se laisse aller à une complainte reprise avant le 8e de finale retour de la Ligue des champions ce soir face à l'AC Milan.

    Jusqu'en février, Arsenal brillait et son entraîneur affichait sa sérénité. Mais depuis deux semaines et quatre matches sans victoire, il renoue avec des démons qui agacent l'Angleterre et en avaient fait l'an passé un pourvoyeur des gros titres de tabloïds et un habitué de la commission de discipline de la fédération.
    Quand son équipe est surclassée en Coupe d'Angleterre à Manchester United (0-4) le 18 février, sa première réaction est de s'en prendre au terrain, « une honte ». La deuxième est de fustiger un adversaire, Nani, pour ses jongles chambreurs devant William Gallas, estimant que le coup volontaire donné par le Français au Portugais, qui a échappé à l'arbitre, était une bonne leçon. La troisième est de juger sévère l'exclusion de son milieu Emmanuel Eboué pour un vilain geste.
    Une semaine plus tard, son attaquant Eduardo est gravement blessé à Birmingham (2-2), et Wenger remet sa robe d'avocat du beau jeu. « Pour arrêter Arsenal, il faut agresser physiquement Arsenal », grince le Français qui juge que l'auteur du tacle, Martin Taylor, devrait être banni à vie du football. Même s'il l'a retirée, sa réaction est critiquée, beaucoup estimant qu'elle a amplifié les menaces de mort contre Taylor. « Je suis responsable de tout dans ce pays. C'est quoi votre taux de chômage ? J'en suis responsable aussi », répond Wenger.

    « Paranoïa »
    Le Times fustige la « paranoïa » d'un entraîneur accusé de dépeindre ses joueurs comme « les idéalistes persécutés du football anglais ». « Dans ces moments, Wenger ne montre pas son meilleur visage et ne voit que ce qu'il veut voir », regrette l'ancien sélectionneur de l'Angleterre et supporteur d'Arsenal, Graham Taylor. Mais l'intéressé persiste, sous-entend que les autres « entraîneurs envoient leurs équipes brutaliser Arsenal », reproche aux arbitres de maltraiter les Gunners et aux journalistes de « taire les faits ».
    S'appuyant sur l'institut de statistiques Opta, il explique qu'Arsenal est l'équipe qui a subi le plus de fautes ces trois dernières saisons « alors qu'elle a été avertie et sanctionnée plus que toute autre formation », avec un carton jaune « toutes les quatre fautes » contre neuf en moyenne pour ses adversaires.
    L'argument a du poids. Sauf que la presse anglaise découvre vite qu'il repose sur des chiffres inexacts. Arsenal a subi moins de fautes (1449) que Manchester (1467) et Everton (1465), et ses joueurs reçoivent un avertissement toutes les huit fautes (7,95). Selon Graham Taylor, les Gunners pêchent par « manque de discipline » et « se désunissent quand l'adversaire refuse de les laisser jouer ». « Est-ce que la saison d'Arsenal est une nouvelle fois arrivée à ce point où elle risque d'imploser ? », s'interroge Graham Taylor. Réponse ce soir à San Siro.

    source : l'Alsace
  • Il a beau être Alsacien, Wenger je ne le supporte pas.

    Il ne faut pas oublier qu'il est un de plus gros Archange de l'ultra libéralisme footbalistique, qu'il est d'une des voix du G14, qu'il est toujours en première ligne pour militer pour une Superleague Européenne, pour jouer des matchs de championnat à Hong Kong, pour pousser à la suppression des équipes nationales. Aujourd'hui, on notera qu'il n'y a plus un seul britannique qui joue à Arsenal (je ne parles même pas d'Anglais).

    Bref, il représente quand même une grosse partie du football que je gerbe.
  • ... et il a grandement contribué a l'appauvrissement du Championnat de France en pillant les centres de formation.
  • jean-marie1333519400.jpg
    Modifié par conan ·
    jean-marie • 53 ans
    oui mais c'est de bonne guerre! et si on peu pas les retenir en FRANCE c'est qu'il y a une raison!
  • zottel1349117014.jpg
    Modifié par zottel ·
    zottel • 26 ans
    Sa grande qualité est qu'il me rappelle le marché de Sélestat chaque fois qu'il cause (souvent). A part ça, Aulas disait hier qu'il était presque aussi bon que Ferguson, mais en moins madré...ça doit être son habitude de charger encore la barque quand ça va pas trop bien...
  • zoreil1197818503.jpg
    Modifié par zoreil ·
    zoreil • 33 ans
    Voilà un article inintéressant a la base mais avec une phrase qui me laisse perplexe à la fin, je la met en gras et s'interroge encore sur l'éventualité...


    PSG : Moulin confirme son retrait
    Rédaction Football365 - lundi 26 mai 2008 - 18h26 Invité d'Infosport lundi soir, Michel Moulin a confirmé qu'il ne serait pas le prochain président du PSG. « J'en veux un peu à Sébastien Bazin mais j'ai aussi beaucoup d'estime pour lui. »

    Michel Moulin (ancien conseiller sportif du PSG) sur le plateau d'Infosport
    Ce sera certainement Charles Villeneuve le prochain président du PSG mais ce n'est pas à moi de l'annoncer. C'est M.Bazin qui le fera. Je remercie tous les gens du club, de l'actionnaire à Paul Le Guen, car je me suis régalé pendant un mois. J'espérais devenir président, je suis bénévole et passionné. Les joueurs ont vu que j'étais avec eux et j'ai eu une part de responsabilité, même infime, dans le maintien. J'en veux un peu à Sébastien Bazin mais j'ai aussi beaucoup d'estime pour lui. Il ne m'a jamais rien promis dans cette histoire et ce n'est pas moi qui mets de l'argent sur la table. Maintenant, on peut dire que je suis un peu le dindon de la farce. Et je pense que beaucoup de joueurs auraient souhaité que je reste, surtout les jeunes. Paul Le Guen ? C'est quelqu'un de très intelligent et qui connaît bien le football. Il n'y a pas eu de clash entre nous. Mais si j'avais été le nouveau président du PSG, on aurait eu une discussion. Car on a vu ses erreurs dans le recrutement. Concernant Charles Villeneuve, je ne sais pas s'il connaît bien le football.
    Mais je suis certain que Gilles Grimandi va arriver comme directeur sportif et qu'Arsène Wenger espère lui devenir le futur président du PSG dans un an ou deux.
  • :O C'est une blague ou une rumeur de journaleux ou quoi?
  • J'ai ouï dire que Wenger avait conseillé au PSG de prendre Villeneuve comme président, mais de là à vouloir le devenir ???

    D'où cela vient-il ? De ses relations avec TF1 comme consultant lors des matches de la CL et de l'EdF ?
  • Le gars est Manager Général d'un des 4 plus gros club d'Angleterre, qu'est ce que tu veux qu'il aille foutre comme conseillé du PSG!
  • vincnet1250864719.png
    Modifié par vincnet ·
    vincnet • 23 ans
    Citation:
    Sébastien Bazin prépare l'arrivée de Charles Villeneuve, l'ancien directeur des sports de TF1, à la tête du club de la capitale. Son nom devrait être proposé au conseil d'administration du club, mardi, comme l'a indiqué L'Equipe dimanche soir. Le schéma vers lequel le PSG s'orienterait comprend le maintien de Paul Le Guen au poste d'entraîneur et la nomination de Gilles Grimandi avec une casquette de directeur sportif. L'ex-joueur de Monaco est actuellement scout (superviseur de talents) pour Arsenal. Ce n'est pas un hasard : Arsène Wenger a aidé Charles Villeneuve et Colony Capital à se rencontrer.


    Source: L'Equipe
  • Tout s'explique,
    Wenger président il n'est pas si vieux pourtant :-/
  • Il prépare peut être le terrain pour dans deux ou trois ans ...
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.