[Arrivée][Officiel] Gilbert Gress

Flux RSS 636 messages · 32.186 lectures · Premier message par zottel · Dernier message par mosto

  • Gilbert Gress est éternel. Le voilà de retour à Strasbourg
    FOOTBALL | L'Helvético-Alsacien va reprendre du grade pour la troisième fois de sa carrière d'entraîneur au Racing.

    OLIVIER BREISACHER | 18.06.2009 | 00:00

    Les événements se précipitent. Hier après-midi, Gilbert Gress a pris l'une des routes qu'il connaît le mieux depuis plus de trois décennies. Celle reliant Saint-Blaise, sa cité neuchâteloise d'adoption, à Strasbourg, sa ville natale, celle qui l'a vu grandir et obtenir ses premiers grands succès.

    «Il ne manque que la signature, nous explique l'entraîneur helvético-alsacien. Mais il ne devrait y avoir aucun problème. Entre nous, les choses sont simples.» Sa façon de signaler qu'il s'est mis d'accord avec le Racing Club Strasbourg. «Je n'ai jamais pris d'avocat pour parapher des contrats.

    Même si parfois, cela aurait été nécessaire, comme lors de mon passage chez Christian Constantin à Sion.» Avec qui il est toujours en procédure judiciaire.

    Depuis 2005 et la fin de son engagement, Gilbert Gress n'avait plus officié en tant qu'entraîneur, exception faite d'une brève opération commando au printemps 2007, où il avait sauvé le FC Aarau d'une relégation programmée. Entre-temps, il est devenu l'un des consultants les plus appréciés de la télévision Suisse alémanique, où son humour et son savoir animaient notamment les grandes soirées de Ligue des champions. Et l'icône du «Toto-Goal», les paris du football qui ont remplacé le Sport Toto.

    Entraîneur par passion

    Mais ceux qui le connaissent, même de loin, ne pouvaient l'ignorer: malgré ses 67 ans, Gilbert Gress aspirait encore à exercer ses talents d'entraîneur, qui l'ont accompagné tout au long de sa vie. A 7 ans, il dirigeait déjà ses camarades de football, en distribuant des papiers où chacun découvrait la composition de l'équipe et le rôle qu'il y tiendrait le lendemain.

    «Il fallait simplement que je reçoive une offre intéressante, nous précise-t-il. Elle est arrivée.» L'ex-entraîneur ne s'en cache pas. Il se dit étonné de n'avoir pas reçu de proposition sérieuse ces dernières années en Suisse. «Dans certains clubs, les dirigeants ont choisi des entraîneurs venant parfois de n'importe où, sans connaître le milieu suisse.» Gilbert Gress devait se contenter de quelques appels «exotiques», comme en Egypte.
    =P~
    Mais tout peut basculer très vite. Après avoir échoué pour un point dans la course à la promotion en Ligue 1, le Racing Club Strasbourg a entamé ses grandes manoeuvres. L'entraîneur Jean-Marc Furlan est devenu indésirable, alors que, voici dix jours, le président Philippe Ginestet (homme d'affaires, qui reste actionnaire majoritaire) a transmis le flambeau à Léonard Specht.

    Signé Léonard Specht

    Specht? Oui, l'ancien stoppeur de l'équipe de France qui, à la Meinau strasbourgeoise, fut d'abord coéquipier de Gilbert Gress au début des années 70, puis l'un des pions essentiels dans la conquête du titre national en 1979 (avant de s'en aller à Bordeaux).

    «Léonard Specht a été tout aussi surpris de devenir président que moi de recevoir son appel», rigole Gilbert Gress. Qui ne voit donc plus d'obstacle à revenir à ses premières amours. «Ces quinze dernières années, je n'ai mis les pieds qu'une seule fois à la Meinau, avoue-t-il. Je ne pouvais pas cautionner la politique de club, trouvant ses racines dans la capitale de l'Europe, mais effectuant l'ascenseur entre la Ligue 1 et la Ligue 2.»

    Apparemment, les meilleures choses se font à trois reprises pour Gilbert Gress. Après ses trois passages à Neuchâtel Xamax (1975-1977, 1983-1990, 1994-1998), il va entamer son troisième règne d'entraîneur au Racing, après les périodes 1977-1980 et 1991-1994. Qui peut prétendre que la fidélité ne joue plus aucun rôle?

    Un «FC Hollywood» alsacien

    Le Racing peut se comparer à un «FC Hollywood alsacien qui monte et qui descend». Crises financières, changements de propriétaires et d'entraîneurs et, surtout, pratique du yo-yo entre la Ligue 1 et la Ligue 2: telles sont les principales caractéristiques du club de la Meinau.

    Depuis 2001, Strasbourg a ainsi connu trois relégations de l'élite à l'échelon inférieur, où elle a souvent fait des passages éphémères d'un an. La dernière promotion en Ligue 1 remonte à 2007 (avec Jean-Pierre Papin à sa tête), suivie douze mois plus tard par une nouvelle chute. Et un échec supplémentaire cette saison, avec une 4e place, juste derrière Lens, Montpellier et... Boulogne-sur-Mer.

    Ce qui a précipité la mise à l'écart du coach Jean-Marc Furlan et le retrait du président Philippe Ginestet.

    Attentes énormes

    «Quand il y a trois promus et que Strasbourg n'y figure pas, même dépassé par Boulogne-sur-Mer, il y a un problème», constate Gilbert Gress.

    L'ancien international français aux cheveux longs en est logiquement le premier conscient: les attentes sur ses épaules seront énormes. Les supporters du Racing n'attendent que la promotion, puis, bien mieux qu'un rôle de faire-valoir en Ligue 1.

    Pas le genre de défi qui effraie Gilbert Gress, qui rappelle détenir aujourd'hui encore les records de longévité à la Meinau, avec deux règnes de trois ans, ce que personne d'autre n'est parvenu à faire.

    Les relations entre Gilbert Gress et «son» club ont toujours été empreintes d'intensité et d'émotion. Inscrivant les plus belles pages de son histoire (titre en 1979, promotion et retour au premier plan dès 1992), mais les deux fois achevées avec fracas, face à des dirigeants ne tenant pas leurs engagements, provoquant le déclin du Racing.

    A 67 ans, Gilbert Gress est prêt à repartir à l'abordage. «Ce n'est pas une question d'âge, rétorque-t-il. C'est une question d'état d'esprit.»

    Source: la tribune de Genève
  • Super je suis pressé vivement les derbis RCS Vs STADE VAUBAN :D :D :D
  • royrodgers1281572245.jpg
    Modifié par royrodgers ·
    royrodgers • 33 ans
    Zotell, tu as parfois des argumênts qui frisent la mauvaise foi quand même :


    zottel a écrit, le 2009-06-18 02:15:32 :
    On va pas être d'accord magellan, pour changer :) .

    On s'en tape qu'il soit meilleur que Furlan ou Fernandez. Est-ce que Gress est le meilleur entraîneur possible parmi les dizaines qui ont harcelé Specht et les autres sur le marché? Est-ce que c'est le meilleur pour la montée ? C'est ça la seule question. La comparaison avec d'autres tocards, ça m'intéresse pas.


    Tu n'as pas l'impression de te contredire là ? Je veux dire Fernandez il était en bonne position parmis les (suposées) dizaine de gars qui ont harcelé Specht... Et là tu le mets dans les tocards. A ce train là il y en a avait beaucoup des tocards dans la lsite... Mais effectivement comme tu le dit la seule question qui vaille est "Est-ce que Gress est le meilleur entraîneur possible ?" A celà j'avoue n'avoir pas de réponse mais faire a priori confaince à Specht car il s'y connait plus que moi en foot et en Racing.

    magellan a écrit, le 2009-06-18 02:02:42 :
    je fais partie des gens qui disent pourquoi pas


    Moi auss, j'ai des doutes mais a priori je jugerai sur pièces, à mi-saison.

    magellan a écrit, le 2009-06-18 02:02:42 :
    pour toute une série de raisons : la compétence du bonhomme


    Il y a quand même des arguments qui ont été avancés pour prouver sa compétence non ? Evidemment on peut se poser des question sur l'adéquation de sa vision du foot avec ce qu'il est actuelement. Mais justement, je trouve que l'on assiste depuis l'Euro 2008 à un certain retour en vogue du football "total" que pronait Gress. (presser haut à la perte du ballon, participation de tous aux taches défensives ET offensives) Donc pourquoi pas, là encore.

    magellan a écrit, le 2009-06-18 02:02:42 :
    le fait qu'il évoluera dans son jardin, une adéquation culturelle avec le club, etc....


    zottel a écrit :

    :-/ :-/ Et alors ?


    Comment ça et alors ?? Tu crois que ce n'est pas un avantage ? Combien d'entraineurs ou de dirigeants ont échoué en partie parcequ'ils ne connaissaient pas la culture, "l'environnement" bien particulier du Racing, ou les relations style "je t'aime moi non plus" entre le public et son équipe ?

    zottel a écrit :

    Un dernier point d'ailleurs sur son âge: son style, sa personnalité, cette espèce d'obsession du travail, c'est justement une approche qui demande a priori énormément d'énergie. Plus qu'un superviseur flegmatique à la Laurent Blanc ou Le Guen ou une grande gueule sudiste à la Courbis. C'est pour ça aussi, à mon avis, que la question de l'âge est aussi lancinante, et qu'on tourne autant autour de la confrontation avec les jeunes - pour ça aussi peut-être, qu'un Guy Roux a craqué.


    La question de l'âge et du fossé de génération peut effectivement faire doute, mais ton argument sur la demande d'énergie, bof quoi. Entre Courbis et Gress (ou Frenandez) je ne sais pas qui crâme le plus de calories sur le banc ou qui a la plus forte pression artérielle...
  • Ah ça fait du bien, le retour de l'enfant-prodige ou du fils prodigue.
  • SCHILLLESSSS !!! SCHIIILLLEESSSSS !!!! YES YES YES :)-
  • Les rideaux des magasins commencent à tomber, les usines tournent au ralenti, l'Alsace s'apprête à vivre en direct ce grand moment de son Histoire.
  • Bon, on va laisser nos doutes de côté et espérer qu'il réussisse ce pari que l'on pourrait trouver insensé.
    Tout le monde ne peut que souhaiter sa réussite, le Racing aura toujours besoin de ses supporteurs. Je suis quand même impatient de voire comment cela va se passer. Quelle sera la composition de l'équipe cette saison, quels bouleversements peut-on encore attendre dans le staff et au sein de l'équipe dirigeante.
    On fait du neuf, avec du vieux certes, mais il faut espérer que la formule réussisse, Le Racing ne va pas bien, il aurait du mal à se remettre d'un échec.
  • Tout à fait d'accord avec toi (+)

    Dès l'annonce de cette piste, j'ai été plus que sceptique, sans être toutefois virulent comme certains, mais maintenant qu'elle se confirme, il n'y a plus qu'à croiser les doigts pour cette opération de la dernière chance fonctionne. Attendons donc quelques matchs avant de se faire une premier idée.
  • C'est fait:

    Gilbert Gress officiellement entraineur du Racing
    Comme nous l'annoncions, en exclusivité, dimanche dernier dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, Gilbert Gress a été officiellement nommé entraineur du Racing club de Strasbourg ce matin.

    La nouvelle a été annoncée à 11h, lors d'une conférence de presse tenue dans le salon des présidents du stade de la Meinau, en présence du président du RCS Léonard Specht et du directeur général Jean-Luc Herzog.

    DNA
  • Gilbert Gress officiellement entraineur du Racing
    Comme nous l'annoncions, en exclusivité, dimanche dernier dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, Gilbert Gress a été officiellement nommé entraineur du Racing club de Strasbourg ce matin.

    La nouvelle a été annoncée à 11h, lors d'une conférence de presse tenue dans le salon des présidents du stade de la Meinau, en présence du président du RCS Léonard Specht et du directeur général Jean-Luc Herzog.

    Source : DNA
Discussion verrouillée.