ecommerce



collecFoot.com, notre nouveau projet

Le 16 décembre 2003, nous lancions racingstub.com.
Le 18 décembre 2006, quasiment trois ans jour pour jour plus tard, nous lançons collecFoot.com

Depuis peu, nous affichons dans les petites annonces du forum de racingstub.com les annonces d'eBay qui concernent le RC Strasbourg. Forts de cette expérience que nous jugeons réussie, nous avons décidé de proposer un service similaire aux supporters des autres clubs français (en attendant d'élargir aux clubs européens).

Nous avons mis au point un système de classement intelligent qui analyse les annonces eBay et qui les classe par club (les clubs de L1, quelques clubs de L2 et l'Equipe de France) et par catégorie de produits (maillot, écharpe, drapeau, magazines, etc.). C'est là la plus-value du service par rapport au moteur de recherche de eBay qui se contente de retourner les annonces contenant le mot clef que vous avez saisi. Nous pensons que les collectionneurs y trouveront leur intérêt ne serait-ce que pour le gain de temps que l'utilisation de collecFoot.com peut représenter.

Il ne reste plus qu'à faire connaître ce nouveau site. L'inscription dans les différents annuaires footballistiques et dans les moteurs de recherche les plus populaires a été effectuée. On pourrait s'amuser à spammer les différents forums de football mais vous connaissez notre aversion pour cette méthode de voyous. En attendant de développer des outils pour les webmasters qui mettront en avant collecFoot.com, on compte beaucoup sur le bouche à oreille. N'hésitez donc pas à en parler autour de vous ou sur votre blog ! Un grand merci d'avance ! Si vous avez d'autres idées pour populariser un tel service, n'hésitez pas à vous manifester.

De l'argent pour Noël

18/12/2006 19:19
745 lectures
Je vous parlais de Zlio il y a quelques temps. J'avais en effet créé vite fait une boutique de DVD de séries TV pour tester le système. J'ai pas touché un centime pendant des semaines ce qui m'a fait penser que ce service était tout pourri, malgré une idée de base plutôt sympatoche.

Il y a peu, Zlio a changé son mode de rémunération et permet désormais de percevoir des commissions dès qu'un visiteur clique sur l'un des produits figurant dans votre boutique virtuelle. Vous n'êtes plus obligés d'attendre que vos visiteurs achètent réellement le produit chez le marchand, il suffit qu'il visite le site du marchand en question depuis un de vos liens.

Résultats des courses, les commissions se multiplient et j'ai atteint la somme incroyable de 1,35 euros ce soir ! J'explique ce revirement par la multiplication de mes boutiques. Entre celle sur les téléphones Nokia, celle sur le football et la dernière sur Spiderman (qui me ramène le maximum de commissions), j'ai maximisé mes chances de toucher de l'argent. Je vais d'ailleurs en créer quelques autres car j'ai lu le témoignage de deux gusses qui touchent plus de 200 euros par moi grâce à Zlio et leur quinzaines de boutiques chacun !

Bon, allez, devenez mes filleuls, ça augmente mes revenus ! :)

MAJ
: pipologue gagne 93 euros avec ses 11 boutiques et l'explique ici
chris75, lui, parle de 200 euros avec 17 boutiques




J'ai testé Glowria

15/11/2006 11:32
315 lectures
Je parlais il y a quelques jours de Glowria
, un service de location de DVD sur Internet. Bon bah voila, je l'ai testé.

Après avoir renseigné une quinzaine de films que je voudrais recevoir et après les avoir classé par ordre de préférence, Glowria m'a rapidement envoyé les 4 films étant en disponibilité immédiate. C'est logique mais je ne m'y attendais pas : tous les titres ne sont pas disponibles au moment où vous les souhaitez. Glowria indique pour chaque film un niveau d'attente (courte, moyenne, longue ou disponibilité immédiate). Il est toutefois possible de "chaîner" des titres ensemble pour ne pas se faire avoir par les disponibilités variables, notamment dans le cas des films à suite (ex : demander à recevoir Alien 1, 2, 3 et 4 en même temps).

Voila ce que j'ai reçu dans ma boîte aux lettre ce lundi :



Au programme : 4 DVD et une enveloppe affranchie pour renvoyer le tout à Glowria
.

Au final, c'est plutôt simple et bien foutu, j'ai eu les films que je voulais même si je suis surpris de voir certains titres comme Reservoir Dogs ou Bonnie and Clyde ne pas faire partie du catalogue.

J'ai profité de l'offre spéciale à 1 euro le premier mois mais je ne pense pas poursuivre l'aventure. Les 15 euros mensuels pour 4 DVD (envoyés en même temps) correspondant à l'abonnement que j'ai choisi me semblent un peu élevé. Le service devient vraiment intéressant avec l'offre à 25 euros par mois qui permet la location d'un nombre de DVD illimité (3 DVD maximum en même temps chez vous, pour recevoir de nouveaux DVD, ils faut les renvoyer deux par deux). Mais entre l'abonnement à Canal + et l'abonnement au cinéma illimité, l'addition commence à devenir salée.

Nul doute que je me repencherai sur le sujet le jour où je serai millionnaire.


Glowria à vous

01/11/2006 18:38
1.221 lectures
Le week end dernier, une discussion pleine de bulles et de fumée avec denpasar, nikotine (et kibitz, mais il préférait regarder les fesses que causer avec nous) m'a ouvert les yeux : les très bons films se font rares dans ma DVDthèque. Pire, il y a plusieurs chefs d'oeuvre que je n'ai jamais vu.

Il est temps de rattraper mon retard ! Pour ce faire, j'ai commencé par dresser une "liste de films à (re)voir" en me basant sur ce que me disait le Balinais et mon voisin yvelinois et en recoupant avec le TOP 250 de l'Internet Movie Database (à ne pas confondre avec la Roller Coaster Database).

Ca donne ça pour l'instant :





  • Voyage au bout de l'enfer
  • Un après-midi de chien
  • Le cercle rouge
  • After hours
  • Les Affranchis
  • Pulp Fiction

  • Les 12 salopards
  • Citizen Kane
  • La mort aux trousses
  • Taxi Driver
  • Reservoir Dogs
  • Amadeus
  • Raging bull


Comme mon RMI ne m'a pas encore été versé, impossible de faire le fou sur Amazon, Cdiscount et compagnie. Les vidéo clubs pullulent me direz-vous. Certes, mais les trucs automatiques préfèrent avoir 10 fois Brice de Nice que 10 films de la liste ci-dessus. Du coup, je lorgne du côté de Glowria
, autoproclamé "Vidéoclub à domicile". Le principe ? Vous prenez un abonnement (à partir de 14,99€ par mois), vous choisissez vos films parmi leur large choix et paf, vous les recevez par la Poste quelques jours plus tard. Une fois visionné, vous les renvoyez à l'aide de la Lettre T qu'ils vont ont fourni. Il y a différentes formules plus ou moins chères qui vous permettent des locations plus ou moins illimitées chaque mois.

Le concept est intéressant et visiblement ça fonctionne bien (levée de 4 millions d'euros en mars dernier sans parler des espoirs fondés sur la VOD, marché sur lequel Glowria est également présent). Je vais donc peut-être me laisser tenter, ne serait-ce que pour visionner les films cités plus haut sans m'embêter à aller à petaoschnock les bains pour les louer !

Des testeurs parmi vous ?


Devenez millionnaire grâce à eBay (ou presque)

12/10/2006 07:12
295 lectures
Vous le savez tous, il y a des centaines de milliers de personnes à travers le monde qui vivent de leurs ventes sur eBay. Les ventes aux enchères sur le net, ça m'a toujours pas mal fasciné, déjà quand iBazar était leader sur le marché français et que Aucland faisait des pubs rigolotes. Cependant, j'ai jamais été fichu de vendre quoi que ce soit, la faute à je-ne-sais-pas-trop-quoi.

Grâce aux conseils de Jennifer Clason, la webmistress du site MommyJobs.com (non, c'est pas un site de cul, j'ai vérifié), je n'ai plus d'excuses pour ne pas devenir successfull sur eBay et m'enrichir comme c'est pas permis. La Jenny donne quelques conseils élémentaires pour bien réussir ses ventes, conseils qui sont lisibles ici.

Puisque j'ai décidé qu'aujourd'hui était une bonne journée, je vais en profiter pour être sympa et vous livrer un résumé en français :

1) Ne vendez pas des gadgets super populaires. Concurrencer les Apple, Creative et autres Samsung (qui vendent tous sur eBay), c'est suicidaire, ils sont trop gros.

2) Vendez des "consommables". Ex : cartouches d'encre pour imprimante, du papier ou encore des bougies. Ce sont des produits qui ont une durée de vie limitée et qui nécessitent d'être remplacés. Si vous gérez bien votre coup, vos acheteurs reviendront vous voir en premier dès qu'ils auront besoin de se restocker.

3) Vendez des objets rares ou des objets de collection. Moins de concurrence, des produits durs à trouver pour les personnes intéressées et qui cherchent à compléter leur collection. (Mouais, c'est pas le scoop du siècle ça Jenny)

4) Ne vendez pas de produits, mais vendez votre savoir ou votre expérience ! Créez un fichier PDF et commercialisez le. Ex : "Comment faire de l'argent facilement ?" ou "Comment faire un bon gâteau ?".

Jennifer termine sur une dernière recommandation : moins la compétition est féroce, plus il est facile de vendre.

Merci Jennifer, sincèrement. Avec des conseils aussi pertinents, je suis à coup sûr millionnaire le mois prochain !

PS : si vous êtes un artiste, pensez à Etsy, une place de vente consacrée aux objets "home made". Si j'ai bien tout compris, une version française devrait voir le jour d'ici la fin du mois.

Votre propre boutique en ligne avec Zlio

19/09/2006 18:02
427 lectures
ZlioAujourd'hui, je continue mes tests de services innovants avec Zlio et ce malgré le dernier flop en matière de test fait maison (merci kibitz).

Zlio, c'est quoi ? C'est un service qui permet de créer gratuitement sa propre boutique Web. Vous choisissez le look de votre interface, le nom de votre boutique, l'URL de votre boutique et hop, en 5 minutes même pas c'est en ligne. Une boutique c'est bien, mais on y vend quoi me direz-vous ? C'est là que tout le concept de Zlio entre en jeu : vous choississez les produits que vous souhaitez mettre en ligne parmi des milliers de références indexées dans la base de données du service. Les gars de Zlio ont mis sur pied des partenariats avec les principaux marchands français tels que Cdiscount, Amazon ou encore Pixmania et proposent ainsi un vaste catalogue de produits allant du coffret de vibromasseurs à la figurine Dora l'exploratrice.

Chaque vente réalisée par l'intermédiaire de votre boutique vous fait gagner de l'argent. J'ignore quelles sont les commissions exactes (j'imagine qu'elles varient d'un marchand à l'autre) mais je suppose qu'il n'est pas réaliste de croire que l'on peut se créer un véritable revenu grâce à Zlio. Toutefois, une boutique bien référencée peut sans doute apporter un bonus sympathique à la fin de chaque mois. Reste encore à référencer sa boutique. Le patron de Zlio cite, sur son blog, l'exemple d'un gars qui a acheté des mots clefs sur Google pour populariser sa boutique. C'est sans doute une bonne idée.

Le modèle de boutique le plus susceptible de fonctionner reste selon moi les boutiques adossées à un site de contenu (Allociné qui fait une boutique de vente de DVD, Football365 qui fait une boutique de vente de maillots de foot, racingstub.com qui fait une une boutique de vente de bières, etc.). Les blogs populaires peuvent aussi espérer gagner quelques euros grâce à quelques outils pratiques proposés par Zlio qui permettent d'afficher certains produits directement dans son blog. Le blogueur se trouve alors dans un rôle de "recommandeur" (voir sur ce blog à droite "Mes recos").

Histoire de tester le service, j'ai mis sur pied une boutique consacrée aux séries TV :
» Séries TV pas chères.

J'ai défini mes catégories, j'ai choisi mes produits et hop, en 3/4 d'heure c'était réglé. J'ai pas poussé le vice jusqu'à renommer les produits, développer les descriptifs et retravailler le design, ce n'était pas le but. Au final, j'ai trouvé le service plutôt bien foutu et je le vois bien devenir de plus en plus populaire à l'avenir, le principe de la recommandation d'achat étant un principe sûr et éprouvé dans la vente en ligne. Ils annoncent 1 nouveau utilisateur toutes les 3 minutes, c'est pas étonnant !

MAJ : si le sujet vous intéresse, je vous recommande leur revue de presse

Le eCommerce, c'est bon, mangez-en

29/08/2006 00:12
445 lectures
J'ai appris deux choses aujourd'hui :

1) le type qui a lancé Brosseadomicile.com réalise un chiffre d'affaires mensuel d'environ 10 000 euros. Le principe : vous prenez une sorte d'abonnement et le type se charge de vous envoyer une brosse à dent toute neuve tous les 3 mois. Bref, plus d'excuse pour oublier de remplacer sa vieille brosse ! J'ignore ce que ça lui fait en bénéfice net mais après quelques mois d'existence seulement, c'est vraiment pas mal.
(via le podcast d'Ouriel Ohayon par L. Le Meur)

2) La Fraise, le célèbre site de vente de t-shirts qui repose sur un concours de designs, a été vendu aux Allemands de Spreadshirt. Ca, tout le monde le sait, ou presque. On ignorait le montant de la cession, on le connait maintenant : 2 millions d'euros. De quoi assurer une semi retraite paisible à son fondateur.
(via Zoom42.fr)

A quand votre tour ? Personne n'a une petite idée dans un coin de sa caboche ?

15 000 Français vivent de leur activité sur eBay

10/02/2006 00:33
341 lectures
Extrait du Figaro :
Citation:
D'après l'étude menée par ACNielsen International Research pour eBay, plus de 170 000 personnes vivent entièrement ou partiellement des revenus générés par leurs ventes sur eBay en Europe. La fourchette de revenus annuels varie de 8?000 à 13?000 euros selon les pays. En France, cette activité permet à 15 240 personnes d'en vivre ou de compléter leurs revenus.

J'avais une fois entendu le chiffre de 400 000 Américains vivant de leur activité sur eBay.

Ca fait du monde tout ça ! Et vous, vous utilisez eBay régulièrement (ou non) ? Y a-t-il parmi vous des personnes qui ont déjà songé à créer leur business en misant tout sur la plateforme d'eBay ? J'ai le sentiment que les possibilités sont encore multiples et à la portée du plus grand nombre...

Voir également : ITRnews

La machine à plier des t-shirts

26/01/2006 08:30
355 lectures
Histoire de faire parler de sa boutique de t-shirts en ligne, le boss de All-Tribes a misé sur le viral. Sur un mini-blog spécialement créé pour l'occasion, il a publié une vidéo de sa machine à plier des t-shirts. Il prend même le soin de communiquer les plans pour fabriquer une telle machine à l'aide de bouts de carton.

La machine comme le buzz qu'elle occasionne sont des modèles du genre. Mois j'dis bravo !

A voir aussi : le blog de la boutique où le gars explique sa démarche.

Des billets de match sur votre téléphone mobile

Le Toulouse Football Club donne l'image d'un club ambitieux et bien géré. Si les investissements consentis en matière de transferts ne portent pas leurs fruits en terme de résultats, on les remarque en coulisses. Après s'être doté d'un système de panneaux publicitaires ultra perfectionné à faire pâlir l'ensemble des clubs de L1, le TFC s'est lancé dans la modernisation de sa billetterie avec le système eTribune.

Le club a commencé par proposer la réservation des billets de matchs sur son site Internet. Jusque là, rien de bien original, à la différence qu'il est possible d'imprimer directement les billets à domicile et de se présenter aux entrées du stade avec ce billet « home made », un peu comme les billets Prem's de la SNCF.

Le Téfécé a lancé à l'occasion de son dernier match face au PSG une autre nouveauté : vous achetez votre billet sur Internet et plutôt que de l'imprimer ou de le chercher aux caisses, il est transféré sur votre téléphone mobile.

C'est l'opérateur Orange qui est à l'origine de cette expérimentation du « M Ticketing ». Les tests semblent concluant puisque près de la moitié des spectateurs ayant acheté leur billet sur Internet ont opté pour le billet virtuel sur leur téléphone mobile.

Avec l'évolution des technologies, ce genre de services devrait se généraliser. J'imagine qu'avec des puces RFID on pourra aller encore plus loin. Je me demande si le Racing réfléchit à tout ça...

A lire : la dépêche AFP
via Le Journal du Sport Numérique

Google lance son Video Store

08/01/2006 15:55
418 lectures
La grande annonce de Google au CES de Las Vegas ne portait finalement pas sur le Google PC ou autre fantasme de geek. Larry Page, cofondateur de Google, a en effet annoncé le lancement du Google Video Store, plateforme payante de téléchargement de contenu vidéo.

Associé à des professionnels de la télévision, Google va désormais proposer (aux Etats-Unis seulement dans un premier temps) des shows, des épisodes de séries TV, des clips musicaux mais aussi des matchs de la NBA. D'autres acteurs de la TV américaine (seul CBS semble être entré dans la danse pour l'instant) devraient s'associer à Google pour proposer leur contenu attirés par l'originalité de Google par rapport à Apple et son iTunes en matière de tarification. En effet, là où Apple propose un tarif unique de 0,99$ pour une chanson et 1,99$ pour une vidéo, Google laisse le fournisseur du contenu choisir son tarif se contentant de prélever 30% des revenus encaissés.

Si sur le papier cette plateforme semble assurée du succès, dans les faits cela dépendra énormément de la capacité de Google à rallier à sa cause les grands fournisseurs de contenu. De nombreux acteurs de la « Video on Demand » se sont en effet heurtés pendant des années à la réticence des ayant-droits à céder leur catalogue. A suivre donc...

A lire : Google Video Store : la guerre est ouverte...

Le bouche à oreille, influenceur numéro 1

BIGresearch, qui est le leader in online market intelligence and Internet powered marketing research (en français dans le texte), a publié une étude qui tente de qualifier l'influence des media sur le comportement d'achat. Différentes catégories d'âge et de produits sont présentées et il est amusant/intéressant/surprenant (rayez la mention inutile) de constater que qu'elle que soit la catégorie analysée, c'est toujours le bouche à oreille qui a le plus d'influence (devant la TV, les journaux et toute forme de publicité).

Je ne suis pas plus étonné que ça puisque la quasi totalité de mes achats se fait en fonction d'avis de consommateurs (via les forums de discussion, les blogs, les commentaires faits par les clients sur les sites marchands, etc.). Mon comportement d'achat est désormais tellement dépendant de l'avis des autres que je n'arrive plus à comprendre mon père lorsqu'il part à Planète Saturn pour acheter, au feeling, un produit électroménager ou quand un ami va à la FNAC pour acheter un lecteur MP3.

Tout ça pour dire qu'il n'y a pas plus redoutable que le bouche à oreille (en bien comme en mal d'ailleurs). Pour illustrer tout ça, on peut noter que le succès de racingstub.com s'est en grande partie construit grâce au « Word of mouth » comme en témoignent ce sondage lancé en début d'année et les différents retours qui nous arrivent.

Comment influer sur le bouche à oreille ? En théorie, c'est quelque chose que l'on ne maîtrise pas. Soit le produit est bon et les gens en parlent, soit il ne l'est pas et les gens en parlent encore plus, soit il est quelconque et les gens n'en parlent pas. Si on veut que le stub fasse parler, il n'y a pas 100 000 solutions : il faut que le site soit au top, avec des articles de qualité, des discussions intéressantes, des statistiques détaillées et tout le toutim. Depuis peu, une nouvelle arme redoutable a rejoint notre arsenal : les stublogs vont en effet (sauf surprise) grandement participer au buzz (« hey, va voir mon blog sur racingstub.com !) et aider le site à se faire connaître.

D'autres idées ?

via Culture Buzz

Buvez de la bière grâce à mon blog

27/11/1922 17:58
331 lectures




(date du billet modifiée en raison de bugs d'affichage dûs au module kelkoo. Date de parution initiale 27/11/2006)
  • 1 (current)