Arbitrage, quelles solutions ?

Flux RSS 2384 messages · 139.651 lectures · Premier message par nicofanrcs68 · Dernier message par ilan

  • collina.jpg
    Modifié par elgat67 ·
    elgat67
    Il faut reconnaître que l’utilisation de la VAR a la CDM a été globalement positive.

    En L1, cela ne semble pas du tout être le cas.

    Dans les 2 cas, l’outil est le même. Par contre les personnes qui s’en servent non.

    Si dans les autres championnats utilisant la VAR, les arbitres sont mauvais, c’est possible mais cela ne nous regarde pas (inconnus copyright)
  • fredoracing a écrit, le 11/10/2018 16:31 :
    Peut être leur absence lors des principaux tournois internationaux ?

    À la dernière coupe du monde, il y avait un arbitre français, et pas d'arbitre anglais pour info. Alors certes, ça faisait 6 ans qu'on n'avait pas eu d'arbitre. Mais il semblerait que ça va mieux de ce côté
  • elgat67 a écrit, le 11/10/2018 17:04 :
    Il faut reconnaître que l’utilisation de la VAR a la CDM a été globalement positive.

    Encore une fausse idée. La VAR a été une catastrophe dans les phases de poules, engendrant polémiques et injustices. C'est pourquoi la FIFA a demandé de réduire son utilisation, et c'est justement à partir du moment où elle n'a quasi plus été utilisée que l'arbitrage a été le meilleur.
  • Quand on ne veut plus de son chien on dit qu'il a la rage.....
  • Il suffit de relire les posts de début de Coupe du Monde, dans ce même topic, pour se souvenir de ce que ça donnait.
  • Tu sembles très attaché au sujet. Allez on dit que c'est de la merde. Voilà on peut fermer le topic. Affaire conclue.
    vu que de toute façon y a pas moyen de débattre normalement ou de pouvoir simplement exposer son avis.
    Bref... certainement un complot des membres éminents du forum :))
  • Les reproches faits à la VAR en phase de poule concernanient surtout l’utilisation trop fréquente qui coupait trop les matchs, pas la justesse des décisions prises.

    En finale, je n’ai pas vu une seule personne se plaindre de la VAR pour la faute de main...
  • La vidéo a abouti à un nombre incroyablement élevé de penalties, sur des matchs que tout le monde a déjà oublié car ils ont fait partie de la phase d'écrémage. Les arbitres ont effectivement mis la pédale douce par la suite, en cessant d'intervenir pour un mini-tirage de maillot grossi par les ralentis ou des mains non-délibérées.

    On a eu un aperçu assez net de l'absence d'harmonisation des décisions arbitrales. Sur un tournoi avec des arbitres issus des différents continents, c'est assez logique. Sur un championnat national, c'est bien moins compréhensible. Le dispositif est clairement branlant (pourquoi M. X va voir l'action au ralenti et M. Y non ?) et donne l'impression d'une précipitation, d'une impréparation, d'une application à marche forcée sans que personne ne sache utiliser ce binz.
  • Ce qui renforce la nécessité de la VAR avec par exemple des pouvoirs étendus au 4 e arbitre avec des consignes claires et uniformes.
    Les anomalies citées sont humaines et non techniques.
  • C'est assez marrant : quand la VAR ne marche pas bien, on en déduit qu'il faut l'étendre encore plus pour régler le problème.
    Ses dysfonctionnements ? De simples erreurs humaines, ce n'est pas grave.

    Avant la VAR, quand l'arbitre se trompait (ce qui est une erreur humaine aussi), c'était gravissime, scandaleux, honteux, qualifié de vol... On criait à l'incompétence...
  • rachmaninov a écrit, le 12/10/2018 11:11 :
    On criait à l'incompétence...


    ... et au complot afin de favoriser les gros clubs. :))

    Verdammi, c'est touchours pareil, pour nous y a chamais pénalty, mais quand c'est pour Paris, y a faute tout de suite;
    Quand le bächser il tompe, l'arpitre il siffle.
  • Au contraire, c'est encore plus grave et on pointe encore plus l'incompétence.
    Incompétence dans le sens où pour un même fait de jeu, la décision n'est pas la même selon l'arbitre.

    Pour moi le seul argument défendable contre la VAR, c'est la perte de "soudaineté" et d'émotions que certains ont soulevé. J'entends cette position mais par rapport aux enjeux actuels du foot, on ne peut plus se permettre d'erreurs humaines flagrantes. Et la VAR est sensée y remédier en partie.
  • Elle est sensée le faire et elle le fait. Cela ne resoud pas tout, mais corrige une grande partie des erreurs flagrantes. C'est donc un plus indeniables...
  • elgat67 a écrit, le 12/10/2018 12:01 :


    Pour moi le seul argument défendable contre la VAR, c'est la perte de "soudaineté" et d'émotions que certains ont soulevé. J'entends cette position mais par rapport aux enjeux actuels du foot, on ne peut plus se permettre d'erreurs humaines flagrantes. Et la VAR est sensée y remédier en partie.


    Ah ouais et cette argument de @Kitl tu la pas déjà remarquer a force de faire du visionnage vidéo dans tout les sens ?




    kitl a écrit, le 11/10/2018 21:51 :


    On a eu un aperçu assez net de l'absence d'harmonisation des décisions arbitrales. Sur un tournoi avec des arbitres issus des différents continents, c'est assez logique. Sur un championnat national, c'est bien moins compréhensible. Le dispositif est clairement branlant (pourquoi M. X va voir l'action au ralenti et M. Y non ?) et donne l'impression d'une précipitation, d'une impréparation, d'une application à marche forcée sans que personne ne sache utiliser ce binz.


    C'est pas défendable ça ?
  • On devrait proposer un truc du style "chaque entraineur a droit de demander 2 fois la vidéo par match quand il le juge nécessaire".
  • le problème c'est que la VAR n'est utilisée que pour des erreurs flagrantes mais n'harmonise rien du tout. donc dans les situations de penalty comme la faute sur Thauvin contre Marseille Vs celle sur Mothiba contre Angers on a la même faute mais pas du tout la même décision car dans un cas comme dans l'autre il n'y a pas scandale de siffler... ou pas
    donc au final la vidéo évite juste les grosses erreurs mais tue complètement la spontanéité.
    Bref on aseptise encore et encore
  • L'assistance vidéo existe dans beaucoup de sports. C'est un immense progrès car il est incontestable que cela évite les erreurs d'arbitrage les plus grossières. Cela évite aussi les violentes contestations des joueurs avec les agressions des arbitres car les joueurs admettent le jugement de la vidéo et des opérateurs VAR qui disposent de tous les élément, gros plans et ralentis. Cela marche très bien au rugby où il n'y a jamais de contestations.
    Le système peut être amélioré mais il est certain que dans quelques années on ne comprendra pas qu'on ait tant tardé à l'adopter.
  • safrane a écrit, le 12/10/2018 19:22 :
    Cela évite aussi les violentes contestations des joueurs avec les agressions des arbitres car les joueurs admettent le jugement de la vidéo et des opérateurs VAR qui disposent de tous les élément, gros plans et ralentis.
    er.


    ca c'est bien vrai et on ne peut dire le contraire
  • magellan1264966253.jpg
    Modifié par magellan ·
    magellan
    father-tom a écrit, le 11/10/2018 08:49 :

    A côté, le VAR n'est qu'un outil. Si quelqu'un ne sait pas se servir d'un outil, c'est pas la faute de l'outil. Il y a des temps pour faire les coupures VAR, des situations qui se prêtent à des vérifications, à des signalements, à des "le mieux est d'aller vérifier vous même"... A la Coupe du Monde, c'était beaucoup moins chaotique, les décisions étaient beaucoup plus justes, malgré des situations à interprétation TOUJOURS présentes. Le rôle de l'arbitrage c'est de bien interpréter les situations. C'est malheureux mais nos arbitres de L1 sont loin de ces niveaux d'arbitrages. Pas parfaits non plus à la CM mais meilleurs...


    On peut comprendre le raisonnement – intellectuellement attirant - qui considère qu’il y aura, avec le temps, une amélioration des « servants » du VAR.

    En laissant de côté la question de la réduction des soucis du VAR à ses servants, il reste néanmoins le problème du recrutement de ceux-ci, problème qui ne sera pas facile à résoudre car le niveau de l’arbitrage français est assez poussif, mis à part quelques rares exceptions parmi la trentaine (?) d'arbitres centraux officiants en Ligue 1.

    Outre ceux-là dont il faudrait améliorer le niveau, il faudrait en plus en trouver le double sachant "variser" correctement. Ce n’est pas impossible, mais certainement pas facile, d'autant que les meilleurs sont déjà au centre du terrain.

    Dès avant le VAR, une passerelle a été mise en place entre d’anciens joueurs pros et l’arbitrage, pour consolider ses effectifs, un peu comme l'église catholique manquant de curés a fait appel à des diacres. C'est ainsi que le 4ème arbitre d'OM - Racing fut Gaël Angoula, ancien partenaire de jeu de Florian Thauvin et ami de celui-ci. Imagine-t-on Gaël Angoula arbitre du VAR à Marseille, confirmant le pénalty sur Thauvin ? Même s’il le décide en toute bonne foi, la situation est intenable, tant le doute sera fort, ce qui pose un problème supplémentaire à l'utilisation du VAR.

    Car, en-dehors de trouver des « varistes » de qualité, il se pose un deuxième problème, celui de l’opacité des servants du VAR. Jusqu’à présent, l’arbitre central arbitrait le match avec l’aide de ses assesseurs, au vu et au su de tout le monde, donc avec une certaine obligation de transparence, de fait. Le public est partenaire de l’arbitrage jusqu’à un certain point, et garant d’un certain équilibre.
    Les gens du Var officient en secret et ne subissent aucunement le regard et la pression du public. Je rejoins totalement l'avis de @superdou car il faudrait avoir un optimisme totalement excessif pour penser un seul instant que deux hommes, dans le confort et l’anonymat de leur cabine, ne peuvent pas être soumis à d’autres éléments.

    Par ailleurs, le cas d’Angoula ne sera pas unique car la multiplication des « arbitres » augmentera de façon logarithmique le risque de partialité, et encore beaucoup plus surement celui du soupçon. Les autorités de l’arbitrage n’envoient pas Franck Schneider arbitrer le Racing. Mais sur le nombre d’intervenants actuels, comment savoir si X ou Y n’a pas une affection particulière pour son vieux tonton dijonnais lors de Racing-Dijon ou une aversion particulière pour la choucroute ? L’opacité des servants du VAR représente un danger trop important pour le prendre.
  • Qui produit les images utilisées pour la VAR ?
  • D'après ce que j'ai compris lors des derniers matches, la VAR utilise les images des chaînes qui diffusent, à savoir Canal+ ou Bein.

    Les commentateurs de BEIN en avaient parlé lors d'un des premiers matches retransmis, j'avoue ne plus savoir lequel.
  • Heureusement qu'on ne verra jamais une chaîne de TV comme Canal ou M6 posséder un club !
  • Ou avoir le même propriétaire pour le diffuseur et le club.
  • La ligue impose le placement des caméras. Le traitement des images par le VAR se fait de manière totalement indépendante de la réalisation et du montage des chaines télé. Les chaînes, qui ont les droits de diffusion, n'ont aucune prise sur le VAR.
  • Non, mais elles fournissent simplement les images.
    Il faut bien qu'elles viennent de quelque part, ce n'est pas la ligue qui filme.

    Oulala.... je vois d'ici le complot.... :D
Il faut être inscrit et connecté pour ajouter un commentaire. Déjà inscrit ? Connectez-vous ! Sinon, inscrivez-vous.